Acer - Erable

Vaste groupe d’arbres à feuilles caduques, les érables comprennent des espèces qui se parent des couleurs d’automne les plus délicates et les plus admirables ainsi que des espèces à écorce jaspée. Les érables, robustes et vigoureux, sont parfaitement aptes à former des rideaux, car ils résistent bien à la pollution, même en zone industrielle. Tous rustiques et, à moins d’indications contraires, peu exigeants sur la nature du sol, ils se plaisent mieux, pour la plupart, dans les terres fraîches et bien drainées que dans les sols arides. Leur adaptation aux milieux les plus divers, y compris les plus médiocres, leur assure une place de choix parmi les arbres d’alignement employés dans les villes. Leurs feuilles, le plus souvent palmatilobées, sont opposées et leurs fleurs, généralement discrètes et sans grand intérêt, donnent naissance à des fruits ailés ou samares, réunis par paires.

Les érables sont des arbres et des arbustes du genre Acer appartenant à la famille des Sapindacées selon la classification APG III (autrefois, selon la classification de Cronquist, à celle des Acéracées), dans l'ordre des Sapindales.

Acer

 

Description de cette image, également commentée ci-après

Feuilles d'érable

Classification APG III (2009)

Règne

Plantae

Clade

Angiospermes

Clade

Dicotylédones vraies

Clade

Rosidées

Clade

Malvidées

Ordre

Sapindales

Famille

Sapindaceae

 

Genre

Acer
 

Répartition géographique

Description de cette image, également commentée ci-après

Répartition mondiale du genre Acer

 

Étymologie

Le terme latin acer ne s'est pas imposé dans le bas latin de Gaule, comme c'est souvent le cas pour les noms d'arbres (cf. if, chêne, etc.), contrairement à l'italien acero ou à l'espagnol arce.

Le français a un terme hybride acerabulus, dont la forme d'oïl est attestée dans le Roman de la Rose: arable. Le premier élément s'analyse bien comme le terme latin acer, mais le second -abulus est probablement celtique selon Vendryes, repris par Xavier Delamarre qui le font venir du gaulois abalo-, aballo-, pomme, pommier (cf. Glossaire de Vienne: avallo 'poma').

Acerabulus signifie donc littéralement « érable-pommier », formation comparable à celles du celtique insulaire, par exemple : vieil irlandais fic-abull, figuier ou gallois cri-afol, sorbier des oiseaux. L'occitan languedocien conserve aussi par endroits un terme issu du même étymon hybride : argelabre, même si la forme la plus répandue est directement issue du latin avec aseron en languedocien (formé de acer + suffixe diminutif -onis) et en gascon avec aseròu (formé de acer + suffixe diminutif -olum).

Le latin acer est un proche parent d’acus, aiguille, d’acutus, aigu, mots latins basés sur la racine indo-européenne *ak que l'on retrouve aussi dans l'allemand Ahorn, érable.

Description

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/26/Acer_saccharum.jpg/170px-Acer_saccharum.jpg

Érable à sucre (Acer saccharum)

La plupart des érables peuvent atteindre entre 10 et 45 m de hauteur. Les autres relèvent plus du terme d'arbrisseau, mesurant moins de 10 m. La plupart des espèces ont des feuilles caduques, mais une minorité en Asie du Sud et dans le bassin méditerranéen sont sempervirentes. La plupart des érables tolèrent le manque de luminosité : beaucoup de petits spécimens s'accommodent de vivre sous la canopée des feuillages des arbres plus grands qu'eux, si bien que les plus grands spécimens deviennent dominants dans de la canopée. Le faisceau des racines de l'érable est typiquement dense et fibreux. Quelques espèces, dont Acer cappadocicum, drageonnent régulièrement.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/VineMaple_7518t.jpg/220px-VineMaple_7518t.jpg

Feuilles de l'érable circiné (Acer circinatum) illustrant le caractère de nervuration palmée de la plupart des espèces

Les feuilles d'érable sont toujours opposées et sont, dans la plupart des espèces, à nervuration palmée avec 3 à 9 nervures (plus rarement 13) dont la nervure principale au milieu.