SEPTA DOLIPORES

Les septa Dolipores sont des cloisons de division spécialisées entre les cellules (septa) trouvées dans presque toutes les espèces de champignons du phylum Basidiomycota .  Contrairement à la plupart des septa fongiques, ils ont un gonflement en forme de tonneau autour de leur pore central, qui est d'environ 0,1 à 0,2 µm de large.  Cette structure est typiquement coiffée à chaque extrémité par des membranes spécialisées , appelées " parenthèses " (après leur apparence de parenthèse sous un microscope) ou simplement "capuchons de pores". 

 

Les rouilles (Pucciniales) et les charbons ( Ustilaginales ), bien que classés dans Basidiomycota, n'ont pas été observés pour avoir des cloisons dolipores. 

Les septa dolipores varient considérablement entre les hyphes monocaryotes et dicaryotes , qui se forment à différents moments du cycle de vie des basidiomycètes. Dans les hyphes monocaryotes mais non dicaryotes, les parenthèses sont continues avec le réticulum endoplasmique et les parois septales sont construites à partir d'un matériau différent de celui des parois cellulaires.  Tous les septa dolipores peuvent permettre au cytoplasme , et parfois aux mitochondries , de s'écouler à travers leurs pores;  ceux des hyphes monocaryotes ont des parenthèses perforées, qui permettent également aux noyaux cellulaires de circuler. 

La structure a été décrite pour la première fois par Royall Moore et James McAlear en 1962. 

 

6503

Dans les hyphes des champignons basidiomycètes , les parenthèses (1) «coiffent» un septum dolipores (2). La paroi cellulaire (3) gonfle autour du pore septal pour former un anneau en forme de tonneau. Les perforations entre parenthèses permettent au cytoplasme de s'écouler entre (4) et (5).

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire