OOGONIUM

Un oogonium (pluriel oogonie ) est une petite cellule diploïde qui, lors de sa maturation, forme un follicule primordial chez un fœtus femelle ou le gamétange femelle (haploïde ou diploïde) de certains thallophytes.

En phycologie et mycologie , l' oogonium désigne un gamétange féminin si l'union du mâle (mobile ou non) et du gamète femelle a lieu au sein de cette structure. 

Chez les Oomycota et certains autres organismes, les oogonies femelles et les anthéridies équivalentes mâles sont le résultat de la sporulation sexuelle, c'est-à-dire du développement de structures dans lesquelles la méiose se produira. Les noyaux haploïdes (gamètes) sont formés par méiose au sein des anthéridies et des oogonies, et lorsque la fécondation se produit, une oospore diploïde est produite qui finira par germer au stade somatique diploïde du cycle de vie des thallophytes. 

Dans de nombreuses algues (par exemple, Chara ), la principale plante est haploïde; des oogones et des anthéridies se forment et produisent des gamètes haploïdes. La seule partie diploïde du cycle de vie est la spore (ovule fécondé), qui subit une méiose pour former des cellules haploïdes qui se développent en nouvelles plantes. Il s'agit d'un cycle de vie haplontique (avec méiose zygotique ).

Structure

L'oogonie de certaines espèces de thallophytes sont généralement rondes ou ovoïdes, avec un contenu divisé en plusieurs oosphères uninucléées . Cela contraste avec les anthéridies mâles qui sont allongées et contiennent plusieurs noyaux. 

Chez les espèces hétérothalliques , les oogonies et les anthéridies sont situées sur les branches hyphales de différentes colonies de thallophytes. L'ogonie de cette espèce ne peut être fécondée que par des anthéridies d'une autre colonie et garantit que l'autofécondation est impossible.  En revanche, les espèces homothalliques présentent les oogonies et les anthéridies sur la même branche hypale ou sur des branches hyphes séparées mais dans la même colonie. 

 

Fertilisation

Dans un mode de fécondation commun à certaines espèces de thallophytes, les anthéridies se lieront à l'oogonie. Les anthéridies formeront alors des tubes de fécondation reliant le cytoplasme des anthéridies à chaque oosphère dans l'oogonie. Un noyau haploïde (gamète) de l'anthéridie sera ensuite transféré à travers le tube de fécondation dans l'oosphère, et fusionnera avec le noyau haploïde de l'oosphère formant une oospore diploïde. L'oospore est alors prête à germer et à se développer en un stade somatique diploïde adulte.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire