ECOSYSTEME

Système formé par un environnement (biotope) et par l’ensemble des espèces (biocénose) qui y vivent, s’y nourrissent et s’y reproduisent.

Un écosystème a une taille qui va de celle d’une flaque d’eau à celle d’une forêt, voire de l’ensemble des profondeurs océaniques mondiales ; il doit être homogène, équilibré, stable ; s’il ne l’est pas et que l’homme n’intervient pas, le système évolue, par accroissement du nombre d’espèces constituantes et de la biomasse, vers un climax, selon une succession correspondant à divers degrés de maturité.

En écologie, un écosystème est l'ensemble formé par une association ou communauté d'êtres vivants (ou biocénose) et son environnement biologique, géologique, édaphique, hydrologique, climatique, etc. (le biotope). Les éléments constituant un écosystème développent un réseau d'échange d'énergie et de matière permettant le maintien et le développement de la vie. Le terme fut forgé par Arthur George Tansley en 1935 pour désigner l'unité de base de la nature. Unité dans laquelle les plantes, les animaux et l'habitat interagissent au sein du biotope. Dans l'écosystème, le rôle du sol est de fournir une diversité d'habitats, d'agir comme accumulateur, transformateur et milieu de transfert pour l'eau et les autres produits apportés.

En 2004, les auteurs du rapport commandité par l'ONU et intitulé l’Évaluation des écosystèmes pour le millénaire, ont explicitement intégré la nécromasse en définissant un écosystème comme un « complexe dynamique composé de plantes, d’animaux, de micro-organismes et de la nature morte environnante agissant en interaction en tant qu’unité fonctionnelle ».

On peut parler d'écosystème naturel, naturellement équilibré : à chaque niveau, la biomasse est stabilisée grâce aux interactions avec les autres niveaux.

En 2012, l'UICN a annoncé vouloir créer (avant 2025) une « liste rouge » des écosystèmes vulnérables, menacés ou en danger critique dans le monde. C'est une initiative testée et portée par un biologiste vénézuélien (Jon Paul Rodriguez) qui a travaillé sur l'importance des données locales et les critères régionaux des listes rouges (2001)4 puis réalisé un tel classement pour les écosystèmes terrestres du Venezuela et a en 2011 publié5 une liste argumentée de critères d'évaluation environnementale de la santé des écosystèmes et de hiérarchisation des menaces pour les écosystèmes.

En économie, l'écosystème signifie un ensemble d'entités : organisation, entreprises d'un secteur ou une filière donnée et leurs parties prenantes (client, employés, fournisseurs, sous-traitants, pouvoirs publics), qui ont en commun un projet de développement ambitieux dans le temps, moyennant l'engagement par chaque partie d'honorer des engagements prédéfinis vis-à-vis des autres.

À la différence de ce qui caractérise un cluster, le point commun entre les entités et entreprises qui constituent l'écosystème, est la contribution à la création de la valeur ajoutée des autres entreprises, selon un "contrat d'engagement et de résultats sur une longue durée" généralement initié et supporté par les pouvoirs publics.

Les écosystèmes contiennent des combinaisons d'espèces (Êtres vivants, plantes, etc.) plus ou moins complexes. La plupart des scientifiques s'accordent à dire que plus de 50 % des espèces végétales et animales du globe sont concentrées dans les forêts tropicales. Ces dernières auraient subi de moindres variations climatiques au cours des temps, ce qui aurait permis aux espèces de poursuivre leur évolution sur une longue période jusqu'à aujourd'hui.

 

 

 

 

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire