Pelargonium fulgidum

Pelargonium fulgidum

Genariaceae

Avec son feuillage argenté et soyeux et ses fleurs rouge vif, Pelargonium fulgidum est un sujet intéressant et magnifique pour les jardins côtiers et aquatiques dans la région des pluies d’hiver. C'est aussi le parent de nombreux hybrides modernes.

1662

La description

Pelargonium fulgidum est un arbuste nain vivace au port de brouillage. Sa hauteur est de 0,4 à 1,0 m, mais si elle croît parmi et soutenue par d’autres plantes, elle peut atteindre une hauteur de 2 m ou plus. Les tiges sont semi-succulentes, deviennent ligneuses avec l'âge et sont recouvertes de stipules membraneuses persistantes.

1663

Les feuilles sont oblongues à en forme de cœur, avec des bords en dents de scie et sont recouvertes de minuscules poils argentés les rendant soyeuses. Les feuilles mesurent de 30 à 100 x 20 à 70 mm et sont incisées de façon pennélique en 3 à 6 lobes (ce qui signifie qu’elles sont fendues près de la nervure centrale mais ne sont pas séparées en feuilles distinctes). Les pétioles mesurent 20 à 90 mm de long et sont couverts de longs poils souples. Fusillées à la base des pétioles, se trouvent les grandes stipules asymétriques, ovales et membraneuses.

Les fleurs sont écarlates ou carmin et portent au-dessus du feuillage un long pédoncule ramifié à la tête en forme d’ombelle à 4 à 9 fleurs. La floraison a lieu de l'hiver au début de l'été (de juin à novembre).

 

État de conservation

Pelargonium fulgidum n'est pas en voie de disparition.

Distribution et habitat

Pelargonium fulgidum se développe sur des affleurements de granite exposés balayés par le vent ou sur des dunes, près de la côte. L'espèce est principalement confinée aux districts côtiers occidentaux. Il se produit depuis le fleuve Orange en passant par le Namaqualand Klipkoppe et le Knersvlakte de Namaqualand, jusqu'à Yzerfontein dans le Western Cape.

Dérivation du nom et des aspects historiques

Le pélargonium est dérivé du pélargos (grec), signifiant cigogne, se référant à la forme du fruit, qui ressemble au bec d'une cigogne. Le nom latin d'espèce f ulgidum signifie brillant ou de couleur vive et fait référence aux fleurs aux couleurs éclatantes.

Le genre Pelargonium comprend environ 200 espèces naturelles et de nombreux hybrides artificiels. La plupart des espèces naturelles sont indigènes en Afrique du Sud, mais quelques espèces sont présentes en Afrique tropicale, en Syrie, en Australie et sur quelques îles de l'océan Indien.

Linnaeus (1753) a initialement décrit Pelargonium fulgidum comme étant Geranium fulgidum. Son histoire remonte aux débuts de la colonisation au Cap. Au début du XVIIIe siècle, cette espèce fut introduite en Hollande et distribuée dans les jardins de Pise en Italie et dans le Sherard Garden, près de Londres. C'est l'une des rares espèces de Pelargonium avec des fleurs rouge vif et est le parent d'un certain nombre de beaux hybrides.

Écologie

Cette espèce est pollinisée par les colibris. Il connaît des étés secs et des hivers humides, poussant dans des zones exposées, sur des affleurements rocheux ou sur des collines sablonneuses dans les zones côtières. Il peut résister à ces conditions environnementales difficiles en étant semi-succulent et en dormance pendant les mois d'été. Les tiges deviennent ensuite ligneuses. Les feuilles velues aident à retenir l'humidité en condensant le brouillard sur les feuilles la nuit.

Les usages

Les feuilles fraîches de Pelargonium fulgidum sont utilisées comme aliment sauvage. Ils ont un goût légèrement acide et astringent, mais ils sont agréables.

1664

 

Culture de Pelargonium fulgidum

Pelargonium fulgidum pousse dans la région des pluies d’hiver du sud de l’Afrique, en plein soleil et sur un sol sableux bien drainé. Comme il est semi dormant pendant les mois chauds et secs de l’été, ne pas trop arroser pendant cette saison. Ce pélargonium conviendra parfaitement aux jardins côtiers peu gourmands en eau, dans la région des pluies d’hiver, et se mariera parfaitement dans une rocaille ou en poterie. Il ne fait peut-être pas aussi bien dans la région des précipitations estivales qu’il peut recevoir trop d’eau pendant sa phase de repos.

Pelargonium fulgidum peut être multiplié par des boutures pendant les mois d'automne (avril ou mai); quand la plante entre en feuille. Une fois la coupe prise, laissez-la sécher pendant un jour ou deux. Pour améliorer le succès de l’enracinement, utilisez une poudre d’hormone d’enracinement. Placez les boutures dans un plateau rempli de sable de rivière et placez-le dans un cadre froid ou dans une zone fraîche et légèrement ombragée. Gardez le bac humide mais pas mouillé. Les boutures vont enraciner dans quatre semaines ou plus.

Une fois les boutures enracinées, mettez-les dans un substrat sableux bien drainé et placez-les dans un endroit ensoleillé. Arrosez-les tous les trois jours. Quand ils ont formé une racine solide, plantez-les dans le jardin.

Le Pelargonium fulgidum ou pélargonium éclatant est un sous-arbrisseau de la famille des Geraniaceae, originaire d'Afrique du Sud.

Au XVIIIe siècle, il fut maintes fois hybridé avec d'autres espèces et permit d'obtenir de nombreux cultivars dont probablement le groupe Unique et la couleur rouge resplendissante du groupe Regal.

Pelargonium fulgidum

1665

Pelargonium fulgidum
(R. Sweet 1822)

Classification

Règne

Plantae

Division

Magnoliophyta

Classe

Magnoliopsida

Ordre

Geraniales

Famille

Geraniaceae

Genre

Pelargonium

 

Nom binominal

Pelargonium fulgidum
(L.L'Hér.1789

Classification phylogénétique

Classification phylogénétique

Ordre

Geraniales

Famille

Geraniaceae

 

 

Étymologie et historique

Le nom générique Pelargonium, en latin scientifique, dérive du grec pelargós (πελαργός), désignant la cigogne, la forme de leur fruit évoquant le bec de l'échassier. L'épithète spécifique fulgidum est une flexion du latin fulgidus « lumineux, brillant » (Gaffiot) en référence à l'éclat de ses fleurs.

Le P. fulgidum fut une des premières espèces de géraniacées à être introduite en Hollande au début du XVIIIe siècle puis de là, elle fut envoyée en Italie et en Angleterre.

Description

Le Pelargonium fulgidum est un sous-arbrisseau pérenne, étalé ou grimpant, en général de moins d'un mètre de haut. Les tiges d'abord semi-succulentes se lignifient avec l'âge.

Les feuilles simples sont pinnatolobées à pinnatifides, aux segments irrégulièrement incisés, dentés, d'un lustre argenté. Le pétiole est plus court que le limbe. Le feuillage a une odeur chimique, un peu semblable à la térébenthine.

Les inflorescences sont des ombelles de 4 à 9 fleurs d'un rouge écarlate brillant (comme P. inquinans). Les 2 pétales supérieurs sont veinés de rouge garance, fortement révolutés (enroulés vers l'arrière) et plus larges que les 3 pétales inférieurs. Sur les 10 étamines, 7 sont fertiles.

En Afrique du Sud, la floraison a lieu de juin à novembre.

Distribution

L'espèce sauvage est confinée sur la côte ouest d'Afrique du Sud : de Rivière Orange par le Namaqualand Klipkoppe et le Knersvlakte, à Yzerfontein dans le Cap-Occidental. Elle pousse dans les régions à pluies hivernales, sur les sols sablonneux ou rocailleux, ventés et bien ensoleillés.

L'espèce n'est pas menacée.

Synonymes

D'après Eggli:

  • Geranium fulgidum Linné
  • Polyactium fulgidum (L.) Ecklon & Zeyher
  • Geraniospermum fulgidum (L.) Kuntze

    Plante arbustive de petite taille <1 m, bien que poussant souvent parmi d’autres plantes soutenues par des branches et pouvant atteindre quelques mètres. Tiges semi-succulentes, devenant ligneuses avec l'âge et couvertes de stipules membraneuses persistantes. 

    1666

Cultivars

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/31/Pelargonium_ardens.jpg/220px-Pelargonium_ardens.jpg

Pelargonium x ardens

Cette espèce étrange, qui passerait presque inaperçue, à l'odeur peu attirante, s'est révélée être un des pélargoniums majeurs quand les obtenteurs ont commencé à l'utiliser.

Elle est en effet, apparue comme une rare espèce (de la section Hoarea) capable de se croiser avec plusieurs autres sections comme les Polyactium et les Pelargonium Elle est devenue un parent important de nombreux hybrides au XVIIIe siècle comme les cultivars du groupe Unique (Scarlet Unique) ou du groupe Regal auxquels elle aurait apporté son rouge resplendissant. Par contre, elle n'entrerait pas dans la parenté du groupe zonal ni des géraniums-lierre hybrides.

Le pépiniériste Jame Lee (à Londres) obtient un hybride célèbre Pelargonium x ardens au début des années 1800, par un croisement de Pelargonium fulgidum et de P. lobatum. C'est une plante d'un rouge cramoisi, facile à cultiver mais entrant périodiquement en dormance. En 1841, la Gardeners' Chronicle donne une série de critères pour faire des pélargoniums une fleur de fleuristes, basés essentiellement sur les hybrides de P. cucullatum et de P. fulgidum.

Feuilles Lamina oblongues-cordées, 3-10 x 2-7 cm, profondément piquées profondément, 3-6 parties vers la base, lobes diversement incisés. Pétioles 2-9 cm, couverts de longs poils mous. Stipules grandes, largement ovales, fusionnées avec la base des pétioles. Pédoncules d’inflorescence ramifiés portant des pseudo-ombelles à 4-9 fleurs. Fleurs portées au dessus du feuillage. L'hypanthium est proéminent et contraste avec le pédicelle fin. Sépales 5, réfléchis. Pétales Pétales 5, écarlates ou carmin.

1667



1668

1669

Étamines 7 fertiles. Répartition Habitat L'espèce est confinée aux districts côtiers occidentaux, d'Yzerfontein à Orange River, et pousse sur des dunes rocheuses exposées et balayées par le vent. Ci-dessus, une plante du  Seeberg dans le parc national de la côte ouest du Cap-Occidental, poussant au milieu d'arbustes succulents.  Seeberg est un endroit pittoresque avec vue sur l'Atlantique, surplombant le parc national. À une courte distance en voiture de Capetown, le parc se transforme chaque printemps en un jardin coloré.

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire