Créer un site internet

Ajuga genevensis

Ajuga genevensis

Bugle de Genève

 

  • Famille : Famille de la menthe – Lamiaceae (Labiatae)

  • Type de croissance : Herbacée vivace. Sans stolons.
  • Hauteur : 10–35 cm. Tige quadrangulaire, totalement velue.
  • Fleur : Corolle irrégulière (zygomorphe), bleu vif, 12–20 mm de long, soudée, bilabiée, à long tube. Lèvre supérieure de la corolle très courte, bilobée ; lèvre inférieure trilobée, lobe central à extrémité entaillée. Calice presque régulier (actinomorphe), pentalobé. Quatre étamines, dont deux longues et deux courtes, plus longues que la corolle. Gynécée constitué de deux carpelles soudés. Fleurs organisées en verticilles formant un épi cylindrique désordonné à partir de la base.
  • Port
  • Plante vivace, de 10 à 40 cm de haut. La tige est dressée, simple à partir de la souche.
  • Feuilles : En rosette basale et opposées sur la tige, avec ou sans pétiole. Généralement, la rosette fane lorsque la plante fleurit. Limbe ovoïde–effilé-elliptique, muni de grandes dents. Bractées rétrécissant vers la couronne, bractées inférieures ressemblant aux feuilles caulinaires, bractées supérieures plus courtes que les fleurs, souvent partiellement bleues.
  • Fruit : Schizocarpe à quatre sections.
  • Habitat : Talus de voies ferrées, terres de jachère, jardins, parcs. Plante ornementale.
  • Période de floraison : Mai–juillet.

La bugle de Genève est parfois cultivée en Finlande pour ses qualités ornementales et on peut la trouver en tant qu’exotique occasionnelle le long des voies ferrées et sur les prés. Dans certains endroits, elle est pratiquement considérée comme une espèce établie. Les bugles diffèrent des autres membres de la famille de la menthe (Lamiaceae) car elles ne présentent pas le parfum caractéristique des autres espèces.

La bugle de Genève est facile à distinguer des autres membres du genre qui poussent en Finlande, en tout cas pendant la floraison : généralement sa rosette de feuilles fane lorsqu’elle est en fleur, tandis que chez les autres espèces elle reste verte pendant la période de croissance. La manière dont les étamines dépassent de la corolle constitue un autre bon critère d’identification. Il faut toutefois noter que si plusieurs espèces poussent dans un même lieu, elles peuvent s’hybrider. La bugle de Genève se croise facilement avec la bugle rampante (A. reptans), mais elle peut aussi s’hybrider avec la bugle pyramidale (A. pyramidalis).

Plante de la famille des Lamiaceae. Elle fleurit de mai à août.

Espèce(s) proche(s): la Bugle rampante, dont la tige est carrée avec seulement deux faces poilues, et qui émet des stolons rampants.

 

Plante vivace de 10-40 cm, inodore, sans rejets rampants 
- tiges dressées, simples, velues-laineuses tout autour, peu feuillées 
- feuilles obovales ou oblongues, velues sur les 2 faces, crénelées ou dentées, les radicales à peine plus grandes que les caulinaires, détruites à la floraison, atténuées en long pétiole 
- fleurs d'un bleu vif, rarement roses, en long épi interrompu à la base 
- bractées sinuées-crénelées ou trilobées, souvent bleuâtres, les supérieures plus courtes ou à peine plus longues que les fleurs 
- calice velu, à dents lancéolées, plus longues que le tube.

Écologie Lieux secs, surtout calcaires, dans presque toute la France.

1236

La Bugle de Genève (Ajuga genevensis L.) est une plante herbacée vivace de la famille des Lamiacées.

Ajuga genevensis

1237

Bugle de Genève

Classification

Règne

Plantae

Division

Magnoliophyta

Classe

Magnoliopsida

Ordre

Lamiales

Famille

Lamiaceae

Genre

Ajuga

 

Nom binominal

Ajuga genevensis
L., 1753

Dénominations

Nom scientifique

Ajuga genevensis L. (1753)

Noms vernaculaires

En français, cette plante est nommée Bugle de Genève. Elle est nommée par les anglophones green Ajuga, carpet bugle, geneva bugleweed, blue bugleweed ou encore blue bugle (aux USA)1.

Étymologie

« Bugle » vient du latin abigere, déformation populaire d’abiga qui signifie "plante qui a le pouvoir de provoquer l’avortement".

« Ajuga » vient du latin a (privatif) + jugum (joug) = corolle sans lèvre supérieure.

« genevensis » vient également du latin et signifie "de Genève".

Caractéristiques

Port général

Ajuga genevensis est une herbacée vivace de 10 à 40 cm de hauteur dont la tige est dressée.

Appareil végétatif

Tige

Ajuga genevensis est une herbacée vivace de 10 à 40 cm de haut. La tige est dressée, simple à partir de la souche et poilue [1, 4, 6–10].

Feuilles

Ses feuilles sont opposées et simples, les basilaires sont entières, allongées, obovales ou oblongues et pétiolées. Celles de la tige sont également entières et obovales ou oblongues mais moins allongées et non-pétiolées. Ses feuilles sont à limbe mince, velues sur les deux faces et à bord crénelé ou denté avec un sommet obtus.

Appareil reproducteur.

Fleur

La fleur est hermaphrodite, de couleur bleue vive, rarement rose avec une absence de pédoncule et mesurant de 12 à 20 mm. Les pétales sont soudés et forment la corolle. Cette corolle est irrégulière, présente des lèvres supérieures très réduites et bilobées ainsi que des lèvres inférieures plus grandes, trilobées (avec le lobe central qui est ''entaillé''). Ces fleurs sont donc bien zygomorphes. On observe la présence de quatre étamines de différentes tailles (deux longues, deux courtes) qui s'ancrent dans la corolle. Le pistil quant à lui est composé d'un style surmonté d'un stigmate bifide. Le calice est quasiment régulier, présente cinq lobes velus en forme de dents.  

Inflorescence

Ses fleurs forment des épis cylindriques feuillés qui sont composés de verticilles séparés par des bractées (qui rétrécissent en taille du bas vers le haut de l'inflorescence). Ces bractées se retrouvent à la base des fleurs et sont sinuées-crénelées ou trilobées et d'ordinaire bleuâtre-violacée.

Fruit

Le fruit d’Ajuga genevensis est akène déhiscent et schizocarpe à quatre sections. Il est poilu et ovoïde, sa taille peut varier de 3 à 8 mm et sa couleur se rapproche du gris-brun.

Espèces voisines

Elle ressemble à la bugle rampante (Ajuga reptans L. 1753). Cependant elle s'en distingue car elle ne se propage pas via des stolons bien qu'elle soit rhizomateuse. Sa tige est à section ronde et non carrée et celle-ci est entièrement recouverte de poils contrairement à Ajuga reptans qui présente uniquement deux faces poilues.

Taxonomie et classification(s)

Synonymes

Ajuga alpina L., 1767

Ajuga astolonosa Schur, 1866

Ajuga cryptostolon Lagr.-Foss., 1845

Ajuga genevensis var. glabrifolia Cariot & St.-Lag., 1889

Ajuga genevensis var. longistyla Cariot & St.-Lag., 1889

Ajuga interrupta Dulac, 1867

Ajuga rugosa Host, 1831

Ajuga vulgaris subsp. Alpina (L.) Rouy, 1909

Ajuga vulgaris subsp. Genevensis (L.) Rouy, 1909

Bugula alpina Gray, 1821

Bugula alpina (L.) Delarbre, 1800

Bugula genevensis (L.) Crantz, 1766

Bugula pyramidalis Lam., 1779

Teucrium genevense (L.) Crantz, 1769

Sous-espèces

Ajuga genevensis subsp. Pyramidalis (L.) Bonnier & Layens

Ajuga genevensis var. glabrifolia Cariot & St.-Lag.

Ajuga genevensis var. knaffii Wolfner

Écologie

Région d'origine et régions de naturalisation

A. genevensis se retrouve abondamment en Europe centrale (native de France), en Asie occidentale et boréale mais aussi en Amérique du nord où elle a été introduite.

Habitat

C’est une plante rudérale dont les habitats types sont les pelouses basophiles médioeuropéennes. Elle se développe facilement sur les talus de voies ferrées, les terres de jachère, jardins, parcs [1,4–6]. Elle est héliophile (besoin de lumière), mésoxérophile (plante qui vit dans des lieux secs mais ne survit pas à des sécheresses extrêmes), neutrocalcicole (se dit d'une plante se rencontrant sur un sol basique, riche en cations échangeables (substrats calcaires, marneux) à neutre).

Cycle de vie

Il s'agit d'une plante vivace. La floraison a lieu entre avril et août.

Pollinisateurs

A. genevensis est mellifère, elle produit du nectar qui attire les pollinisateurs telles que les abeilles qui avec celui-ci produisent du miel. La bugle a une pollinisation entomogame, c’est-à-dire que le pollen est essentiellement véhiculé par des insectes. La dissémination de ses graines est epizoochore, elles sont transportées par des animaux [6,10].

Interactions avec d'autres espèces

Le bugle de Genève s’hybride facilement avec des espèces proches telles que la bugle rampante (Ajuga reptans) ou encore la bugle pyramidale (Ajuga pyramidalis).

Maladies

Les bugles en général sont sensibles à l’oïdium.

Utilisations

Elle est cultivée par l’homme comme plante ornementale. Ces feuilles ont un goût amer et peuvent se manger en soupe ou en salade.

Elle possède aussi des propriétés médicinales. Elle était surtout utilisée au Moyen-âge contre les hémorragies et les diarrhées. A notre époque elle est encore utilisée en homéopathie pour ses propriétés astringentes, contre les ulcérations buccales ainsi que les angines. Elle est aussi vulnéraire, nettoie et aide à la cicatrisation des plaies et ulcères. Elle peut aussi s’utiliser en médecine vétérinaire.

1238

1239

1240

La tige est pleine, avec une consistance herbacée, à section ronde. Elle a une surface lisse, et elle est poilue.

1241

Les feuilles sont opposées, avec une base simple.

1242

Vue d'ensemble de la feuille

Face supérieure

 

1243

Face inférieure

   1244

Face supérieure 

1245  Face inférieure

Les feuilles sont simples. Celles de la base sont entières, très allongées, oblongues, pétiolées avec unebase en coin. Celles de la tige sont entières, oblongues, non pétiolées.
Les feuilles ont un limbe mince, avec un bord crénelé et un sommet obtus. Leurs deux faces sont poilues.

                                                 1246

1247

Inflorescence

Les fleurs sont regroupées en épi feuillé (épi formé de verticilles plus ou moins rapprochés, séparés par des bractées).

12481249

Les bractées situées à la base des fleurs sont crénelées ou trilobées, les supérieures plus courtes.

125012511252

1253

Fleur

Les fleurs sont bleu vif, parfois roses. Elles sont dépourvues de pédoncule. Elles présentent 4 étamines soudées à la corolle, de taille différente. Le pistil est surmonté d'un seul style et d'un seul stigmate bifide.

Fleur en place

1254

1255

1256

1257

1258

1265

Fleur isolé

1259

1260

La corolle est en forme de tube muni d'une lèvre. Détail de la corolle:

1261

Le calice est velu. Il est en cloche, avec 5 dents égales, de la longueur du tube.

Détail du calice

1262

Détail de la fleur

1263

1264

                                                                                                          Détail des étamines

 

Fructification. Les fruits sont des tétrakènes.

C'est une plante assez commune dans le Centre et l'Est, mais rare ailleurs. Elle apprécie la lumière et les sols secs. La tige dressée, simple, est velue tout autour, de même que les feuilles qui sont dentées à trilobées dans l'inflorescence. Les fleurs, d'un bleu vif, sont groupées en épi. Les étamines sont très saillantes. Il ne faut pas confondre cette espèce avec le bugle rampant, Ajuga reptans Linné, qui possède des stolons, une tige velue sur deux faces opposées, des feuilles glabrescentes, des fleurs de couleur moins vive et des étamines moins saillantes.

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire