Austrocylindropuntia vestita

Austrocylindropuntia vestita

Description

Un petit cactus décoratif souvent proposé en jardinerie et autres magasins non spécialisés, reconnaissable par ses tiges dressées vertes assez fines (1-2 cm de diamètre à la vente), sans côtes, presque entièrement couvertes de longues soies blanches, et ses feuilles cylindriques effilées de 1-3 cm de long, persistant longtemps sur le haut des tiges. La forme cristée est également souvent proposée à la vente.
Cactus arbustif ramifié à la base de jusqu'à 50 cm de haut aux tiges faiblement tuberculées vert foncé cylindriques, ellipsoïdales ou subglobuleuses de jusqu'à 50 cm de long sur 1,5-3 cm de diamètre, ne se détachant pas facilement du tronc. Feuilles vert foncé cylindriques et effilées de 1-3 cm de long, persistant longtemps.
Aréoles de petite taille portant 4-8 épines fines brunâtres, de 1-2,5 cm de long, émergeant à peine des nombreuses soies, et des glochides blancs.
Floraison diurne en été. Fleurs rouges de 3,5 cm de long sur 3-4 cm de diamètre restant ouvertes 2-3 jours. Péricarpelle possédant de nombreuses aréoles laineuses.
Fruits sphériques à allongés rouges à pourpre foncé, de jusqu'à 4 cm de long sur 2,5 cm de diamètre, sans épines mais avec des glochides.

Il s’agit généralement d’un cactus cylindrique élancé, blanc et très velu, de haute altitude. Les plantes standard forment une branche à la base et près du sommet des tiges. Tiges: Cylindriques de 2-3 cm de diamètre recouvertes de longs poils blancs. Les tiges peuvent éventuellement atteindre près de 60 cm de hauteur. Feuilles: Subres minces, caduques (mais persistantes du printemps à l'automne si la plante est régulièrement arrosée). Epines: Peu fines, atteignant 1 cm de long et blanches. La plante a aussi d'abondants poils longs, fins et caoutchouteux qui recouvrent complètement les branches. 

FleursA. vestita n'est pas un bloomer fiable. Lorsque la floraison se produit enfin, les fleurs seront d'un beau rouge pur ou violet jusqu' à 2-2,5 cm. La pilosité du péricarpelle est généralement aussi dense que celle des tiges, mais la spination reste moins. Les fleurs sont toujours développées au sommet des tiges.

Forme à crêteLa belle forme à crête a des coussinets ondulés non segmentés recouverts de fins cheveux blancs et est maintenant courante et présente dans la plupart des jardins. Les fleurs finissent par apparaître sur les minces tiges de "pôle de coton" retournées.  Les formes cristallisées se produisent généralement lorsque la plante est endommagée à un jeune âge (ces dommages peuvent être dus à la consommation d'insectes par la pointe en croissance, ou à de nombreuses autres causes, notamment une prédisposition génétique). En réaction à la "blessure", les cellules à la pointe de la branche où la croissance se produit commencent à se multiplier à un rythme beaucoup plus rapide et la pointe de croissance normale "devient folle", créant des spires et des ventilateurs fantastiques. 

 

Le genre Austrocylindropuntia regroupe la plupart des Opuntia sud-américains à tiges cylindriques à croissance indéfinie, c'est à dire que leur longueur n'est pas prédéterminée génétiquement. Considéré comme le genre le plus "primitif" de la sous-famille des Opuntioideae en dehors des Pereskiopsis et des Quiabentia, il se caractérise, outre ses tiges, par une ramification basale ou médiane (apicale ou subapicale chez les Cylindropuntia nord-américains), par des feuilles rudimentaires moyennes à grandes, persistantes (ne tombant que très tardivement), l'absence d'étui papyracé sur les épines (contrairement aux Cylindropuntia nord-américains), et des graines subsphériques et lisses possédant une ceinture funiculaire (épaississement circulaire de l'arille) peu développée.
Cactus à tiges cylindriques à croissance indéfinie, pas ou peu segmentées, ramifiés à la base ou au milieu des tiges, buissonnant ou formant des coussins. Racines épaisses. Feuilles rudimentaires cylindriques, souvent grandes, de 0,4-12 cm de long, persistantes (ne tombant que très tardivement).
Aréoles produisant des épines sans étui papyracé et des glochides, parfois modifiés en poils.
Fleurs jaunes à rouges.
Fruits elliptiques charnus. Graines subsphériques de 3,5-10 mm de diamètre, lisses, possédant une ceinture funiculaire peu développée et très fine de 0,1-0,2 mm de large.

Clé de détermination (nous avons volontairement conservé dans cette clé Punotia lagopus et Tephrocactus verschaffeltii car, même si ces deux espèces relèvent d'autres genres, leur apparence est très proche des vrais Austrocylindropuntia) :
1. Cactus arborescent de 1-5 m de haut à tiges de 3-8 cm de diamètre :
1-1: Cactus arborescent de 2-5 m de haut à tiges de 3-6 cm de diamètre, aréoles situées au sommet de tubercules oblongs, parfois légèrement rhomboïdaux, feuilles de 3-12 cm de long et épines atteignant 8 cm de long : A. subulata.
1-2: Cactus arborescent de 2-4 m de haut, à tiges de 3-6 cm de diamètre, aréoles situées au sommet de tubercules nettement rhomboïdaux, feuilles atteignant 1 cm de long et épines atteignant 1(-3) cm de long : A. cylindrica.
1-3: Cactus colonnaire atteignant 1 m de haut à tige de 3-8 cm de diamètre pas ou peu ramifiée, grandes aréoles rapprochées et nombreuses épines de taille variable atteignant 2 cm de long, plutôt dirigées vers le bas : A. pachypus.
2. Cactus buissonnant érigé de 30-50 cm de haut à tiges de 1,5-3 cm de diamètre :
2-1: Cactus buissonnant érigé de 30-50 cm de haut, ramifié à la base, à feuilles atteignant 3 cm de long, poils denses et persistants et épines de 1-2,5 cm de long : A. vestita.
2-2: Cactus buissonnant érigé de 30-40 cm de haut, ramifié à la base, à feuilles atteignant 0,6 cm de long, poils peu denses et caduques, et épines atteignant 4,5 cm de long: A. shaferi.
2-3: Cactus buissonnant érigé de 30-40 cm de haut, proliférant de toutes les aréoles, à feuilles de 0,5-3 cm de long et plus, poils inexistants à très rares, et épines fines : A. subulata f. monstruosa.
2-4: Cactus buissonnant de 30-40 cm de haut, sans poils et parfois sans épines, possédant deux types de tiges, des longues de 10 cm de long et plus, dressées puis retombantes à rampantes, et des petites, souvent sphériques et se détachant plus facilement : Tephrocactusverschaffeltii.
3. Cactus formant des coussins, à tiges cylindriques de 2-6 cm de diamètre et apex aplati :
3-1: Cactus formant des coussins bas, à tiges cylindriques étalées et apex aplati, à glochides transformés en poils multiseriés d'aspect rêche, parfois glabre : A. floccosa.
3-2: Cactus formant des coussins hauts, à tiges cylindriques dressées et serrées et apex aplati, à vrais poils unisériés d'aspect soyeux : Punotia lagopus.

 

Culture

Culture facile sans grandes particularités par rapport aux conditions générales de culture de la famille des Cactaceae.
Reproduction par semis ou, surtout, bouturage.

Étymologie

Austrocylindropuntia: du latin australis, au sud, et cylindrus, cylindrique, Opuntia à tiges cylindriques de l'hémisphère sud.
Vestita: du latin vestis, vêtement, vêtu, en référence à sa toison de soies blanches.

Habitat

Bolivie, notamment sur les collines entourant La Paz, et nord de l'Argentine.

Classification

Famille : Cactaceae
Sous-famille : Opuntioideae
Tribu : Austrocylindropuntieae

Culture

Culture généralement facile sans grandes particularités par rapport aux conditions générales de culture de la famille des Cactaceae. Les grands Austrocylindropuntia sont plus sensibles au froid que les espèces moyennes et surtout petites. Les premiers seront plutôt hivernés à 5-10°C par sécurité, alors que les autres seront hivernés à un minimum de 5°C bien qu'ils résistent à de faibles gelées. Un substrat standard dit '3 tiers' convient bien à Austrocylindropuntia cylindrica et subulata mais les autres espèces préfèreront un substrat minéral. Les arrosages seront surtout printaniers, très tôt en saison pour les espèces d'altitude qui poussent 'à la fraiche', ralentis en été et arrêtés en hiver. Se reporter aux fiches d'espèces pour plus de précision.
Reproduction par semis et surtout bouturage de tiges, voire greffage, notamment pour Austrocylindropuntia pachypus dont certains clones se bouturent mal, ainsi que pour les cristations.

Étymologie

Austrocylindropuntia : du latin australis, au sud, et cylindrus, cylindre : Opuntia (à tiges) cylindriques de l'hémisphère sud.

Anecdotes

Histoire taxonomique : Le genre Austrocylindropuntia a été publié en 1938 par Backeberg en retenant comme type Opuntia exaltata A. Berger 1912, maintenant considéré comme une sous-espèce d'Austrocylindropuntia subulata. Ce genre était clairement justifié par ses différences avec le genre nord-américain Cylindropuntia, détaillées ci-dessus dans le champ description, et qui révèlent clairement que la ressemblance des Opuntia à tiges cylindriques d'Amérique du Nord avec ceux d'Amérique du Sud, relève plus d'une convergence des formes que d'une réelle proximité taxonomique. Le genre Austrocylindropuntia va cependant intégrer certaines espèces bien éloignées du type, uniquement sur la base de leurs tiges cylindriques et de leur origine sud-américaine (Maihueniopsis clavarioides, Opuntia (Salmiopuntia) salmiana,…). Parallèlement, une certaine résistance, principalement britannique, s'est organisée autour du maintien d'un mégagenre Opuntia, incluant les Austrocylindropuntia (notamment G.D. Rowley 1958).
En 2002, la publication par R. Wallace et S. Dickie d'une étude phylogénétique menée sur les Opuntioideae (dont les conclusions sont recoupées par les observations sur les graines de W. Stuppy publiées dans le même ouvrage) démontre que le genre Austrocylindropuntia mérite bien d'être distingué des Opuntia stricto sensu, mais également sa grande proximité avec le genre Cumulopuntia. R. Wallace et S. Dickie regroupent alors ces deux genres au sein d'une nouvelle tribu, Austrocylindropuntieae : "Taxon andicola ab aliis subfamiliae Opuntioidearum caulibus foliisque teretibus, spinis sine vaginis, seminibus globosis pyriformibus cingulo funiculi rudimentali differt. Typus: Austrocylindropuntia Backeberg."
G.D. Rowley va même plus loin en 2006 en reclassant dans le genre Austrocylindropuntia plusieurs Cumulopuntia. A l'inverse, Guiggi publie en 2011 les genres Andinopuntia pour Austrocylindropuntia floccosa et Austrocylindropuntia lagopus, Banfiopuntia pour Austrocylindropuntia verschaffeltii, Peruviopuntia pour Austrocylindropuntia pachypus et Trichopuntia pour Austrocylindropuntia shaferi et Austrocylindropuntia vestita, ne conservant donc dans le genre Austrocylindropuntia que 2 espèces : Austrocylindropuntia cylindrica et Austrocylindropuntia subulata.
Une analyse phylogénétique ultérieure axée sur les petites Opuntioideae d'Amérique du Sud, publiée par C.M. Ritz et al. en 2012 a révélé qu'Austrocylindropuntia lagopus se situait à la charnière des deux genres Austrocylindropuntia et Cumulopuntia. Pour définir des genres monophylétiques, c'est à dire des genres regroupant les espèces de même lignage, il fallait donc, soit regrouper les genres Austrocylindropuntia et Cumulopuntia dans un même genre Austrocylindropuntia, comme l'avait initié G.D. Rowley, soit créer un nouveau genre monospécifique pour le seul Austrocylindropuntia lagopus. C'est ce dernier choix qui a été privilégié par D.R. Hunt avec la création du genre Punotia. Nous le retenons dans cette encyclopédie, moins par conviction, car le choix de G.D. Rowley est tout à fait défendable, que parce que c'est le choix qui déroutera le moins le cactophile en l'attente de plus amples investigations.
La même analyse phylogénétique de 2012 a conduit à reclasser Austrocylindropuntia verschaffeltii dans le genre Tephrocactus. Cette espèce présentait un dimorphisme des tiges, avec d'une part des tiges à croissance indéfinie typiques des Austrocylindropuntia et d'autre part des tiges sphériques à croissance définie évoquant advantage les Tephrocactus. Elle possède des grandes feuilles cylindriques qui persistent longtemps sur la plante, mais, contrairement aux autres Austrocylindropuntia, ses graines étaient aplaties et leur ceinture funiculaire était très développée, atteignant 4 mm, caractère évolué qui faisait fortement douter de son appartenance au genre Austrocylindropuntia. Les analyses génétiques ont confirmé que son classement dans le genre Austrocylindropuntia était injustifié : les tiges à croissance indéfinie et les longues feuilles persistantes constituent donc une simple rétrogression avec réapparition de caractères primitifs.
Espèces exclues :
Austrocylindropuntia boliviana (Salm-Dyck) G.D. Rowley 2006 → Cumulopuntia.
Austrocylindropuntia clavarioides (Pfeiffer) Backeberg 1942 → Maihueniopsis.
Austrocylindropuntia lagopus (K. Schumann) I. Crook, J. Arnold & M. Lowry2003 → Punotia.
Austrocylindropuntia miquelii (Monville) Backeberg 1942 → Miqueliopuntia.
Austrocylindropuntia rossiana (Heinrich &Backeberg) G.D. Rowley 2006 → Cumulopuntia.
Austrocylindropuntia salmiana (Parmentier ex Pfeiffer) Backeberg 1942 → Opuntia (Salmiopuntia).
Austrocylindropuntia schickendantzii (F.A.C. Weber) Backeberg 1951 → Opuntia (Brasiliopuntia ).
Austrocylindropuntia sphaerica (C.F. Förster) G.D. Rowley 2006 → Cumulopuntia.
Austrocylindropuntia verschaffeltii (F. Cels ex F.A.C. Weber) Backeberg 1939 → Tephrocactus.
Publication originale (Backeberg 1938) :
"Begründung der neuen Gattungen und Untergattungen:
6) Austrocylindropuntia Bckbg. Ohne Scheidenstacheln, zum großen Teil lange Blattrudimente, geographisch getrennt von den nördlichen Scheidenopuntien. Der Klarheit halber und als Parallele zu Corynopuntia war diese Aufstellung notwendig.
Typ: Opuntia exaltata Berg."

1109

1110

1111

1112

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire