Polygonum amphibium – La renouée amphibie

(Polygonaceae)

La Renouée amphibie, encore appelée Persicaire amphibie (Persicaria amphibia) est une espèce de plantes vivaces herbacées de la famille des Polygonaceae.

Plante généralement flottante, mais pouvant devenir terrestre et rampante après le retrait des eaux. Feuilles allongées, arrondies ou en cœur à la base et portées par un long pétiole. Fleur roses en épis dense au printemps et en été.

Habitat : eaux calmes peu profondes.

Répartition : partout en France.

Statut : espèce assez commune.

Ne pas confondre avec : le poivre d’eau (Polygonum hydropiper) et la renouée persicaire (Polygonum persicaria) sont communes dans les lieux humides sans être aussi aquatiques. Elles s’en distinguent par un pétiole court et la base des feuilles aiguës. La deuxième possède aussi généralement une tache noire au milieu des feuilles.

 

5610

 

Persicaria amphibia

5611

Renouée amphibie

Classification

Règne

Plantae

Division

Magnoliophyta

Classe

Magnoliopsida

Ordre

Polygonales

Famille

Polygonaceae

Genre

Persicaria

 

Espèce

Persicaria amphibia
(L.Delarbre1800

Classification phylogénétique

 
   
   

Synonymie

Polygonum amphibium L.

Description

La Renouée amphibie se présente sous deux formes. La forme aquatique est une espèce hydrophyte qui présente des feuilles flottantes d'environ 10 cm de long et une tige qui se développe en rhizome et qui peut atteindre de 60 cm à 3 m de long. La forme terrestre de la plante, hémicryptophyte, pousse sur les rivages des étangs, des lacs et des rivières et elle possède des tiges mesurant entre 30 cm et 1 m. Un même rhizome peut s'étendre à la fois dans l'eau et sur la rive. Les deux formes présentent des fleurs roses en épi serré.

Plante se propageant essentiellement par voie végétative (rhizomes...) ; les germinations sont exceptionnelles.


Description de la plante adulte : - Hauteur: 30 à 100 cm.

- Tige dressée ou ascendante, simple à ramifiée, glabre ou velue à poils apprimés, présence de racines adventives.

- Feuilles sessiles ou pétiolées, vert pâle, presque blanchâtre à la face inférieure. Limbe de consistance ferme, de forme oblongue, rétréci à la base en pétiole, nervure principale saillante. Pétiole au dessus du milieu de la gaine foliaire ciliée (ochréa). Rhizome de couleur rouge.

- Fleurs roses, disposées en un épi serré qui termine la tige ou les rameaux, les sépales ne sont pas glanduleux. Étamines dépassant longuement les divisions du calice.

- Fruit brun-noir, brillant, ovale et aplati.

- Plante diurétique. Jamais de floraison en zones exondées.

Type biologique : Vivace à rhizomes

La renouée aquatique Persicaria amphibia, anciennement Polygonum amphibium, est une plante persicaire surtout intéressante pour les bassins de jardin ou pour agrémenter les bords de petits étangs ou de milieux lentiques. La persicaire amphibie (aquatique, hélophyteamphiphyte) est une vivace d'origine géographique très vaste, tant de l'Est à l'Ouest que du Nord au Sud. Les lectotypes exploités par Linné, récoltés par Gemlin, provenaient du Pakistan.
 

5612

La renouée amphibie Persicaria amphibia est une plante aquatique superbe grâce à sa floraison rose! Les autres couleurs de fleurs sont peut-être d'autres espèces, ou des formes, des variétés, des sous-espèces ou encore des sous-variétés. Très facilement étudiées, elle l'a été (trop) souvent... Les débats n'ont pas fini de noircir quelques feuilles de papier! Mais attention, car la "belle" qu'est P. amphibium lors de la floraison, est aussi un peu diabolique: la souche, de type traçante avec les rhizomes, peu vite devenir envahissante et peut littéralement étouffer les autres plantes de bord d'eau! C'est de toute façon tout le problème des renouées et cette renouée aquatique n'échappe pas à cette règle.

La renouée amphibie est une plante vivaceherbacée, à rhizomes et tiges ramifiées, allant jusqu'à 1 m de long, qui peut être immergée. La feuille présente un pétiole. Elles sont ciliéesoblongues ou lancéoléescordiforme ou arrondie à la base et la face inférieure est vert pâle. Lorsqu'elle se développe sur la terre, les feuilles peuvent être poilues, et les pétioles sont plus courts. Les stipules ont un tube soudé brunâtre. Les fleurs à pointes terminales sont érigées, compactes et allongées. La corolle rose accueille 5 étamines saillantes et 2 styles fixés à la base. Le fruit est un akène noirâtre de 2-3 mm, lenticulaire ou quelque peu gonflé. Elle fleurit de la fin du printemps et tout au long de l'été.


L'écosystème aquatique de la renouée amphibie est un écosystème d'eau stagnante, typiquement un plan d'eau lentique. La renouée aquatique nécessite d'être plantée sous quelques dizaines de cm de profondeur d'eau, généralement entre 30 à 60 cm. P. amphibia croît généralement dans des eaux stables ou à écoulement lent, en écosystème lentique, d'où elle se répandra dans une forme terrestre loin de l'eau. La renouée amphibie est la plus typique des masses d'eau mésotrophes et eutrophes, en particulier des lacs, des canaux et des rivières de basse altitude canalisées. La forme terrestre est hémicryptophyte.

La résistance au froid en hiver est très bonne, supportant des gelées jusque -15 °C (et au-delà).
 

En milieu naturel, la plante se propage surtout par voie végétative (multiplication végétative) via une extension et dichotomies des rhizomes; les plantules issues de germination sont donc exceptionnelles. Attention, il n'y a jamais de floraison en zone exondée.
 

5613

Historiquement connue sous le taxon Polygonum amphibium, la renouée aquatique est désormais connue sous le binom Persicaria amphibia.
La principale période de floraison est le début de l'été, en juillet et août, mais elle peut débuter en juin et finir en septembre.
Cette espèce a une distribution sous-
cosmopolite, elle est native dans la majeure partie de l'Ancien Monde et apparemment en Amérique du Nord mais a été introduite au Mexique, en Amérique du Sud et en Afrique australe. L'altitude maximum connue de croissance est de 3000 mètres.

La plante entière, et surtout la racine, a des capacités de dépuration et d'adstringence et est utilisée pour traiter les douleurs d'estomac. La renouée amphibie est donc une plante médicinale utilisée en phytothérapie. Le rhizome peut être utilisé comme un astringent, un diurétique et un purificateur de sang.
 

5614

La renouée amphibie (Persicaria amphibia ou Polygonum amphibium) forme de beaux épis de fleurs rougeâtres en été. Elle pousse sur la terre ferme des berges mais aussi en pleine eau, jusqu'à 40 cm de profondeur. Dans ce cas, le feuillage flotte en surface.

La renouée amphibie, ou renouée aquatique, peut devenir une espèce envahissante, elle est à isoler des autres plantes. Persicaria amphibia se distingue facilement de la renouée bistortePersicaria bistorta, par les hauteurs : 10 à 15 cm seulement pour l'amphibie contre 45 cm pour la bistorte.

Cette plante vivace amphibie est un rustique adapté aux latitudes européennes. Originaire de l'hémisphère nord (Asie, Amérique, Europe), la renouée amphibie pousse dans l'eau comme en terrain humide. Elle se propose comme un excellent couvre-sol pouvant s'utiliser pour les zones de marnage. Grâce à sa grande faculté d'adaptation, elle peut se retrouver en alternance submergée puis en zone à peine humide sans problème.

Plante vigoureuse, à tiges rampantes et radicantes, ses feuilles sont lancéolées, de forme variable en fonction de l'habitat. Dans l'eau, elles sont glabres, flottantes, longuement pétiolées, contractées à la base. Les limbes apparaissent sur de longs pétioles et ont une surface allongée, de forme ovale à pointue. Mais avec une implantation terrestre, les feuilles sont parfois pubescentes, légèrement recouvertes de poils, à pétiole court, arrondies à la base, au niveau de leur attache.

Lorsque la plantation est terrestre, à partir du rhizome, des pousses apparaissent au niveau du sol, qui se multiplie et forment des limbes qui se dirigent vers l'eau. Près de la berge, le rhizome devient souterrain, mais reste rampant en situation immergée.

Les fleurs rose pâle, en épis compacts, sont très décoratives car les renouées sont très florifères. Les inflorescences sont très remarquées, leur couleur rose se situe 10 cm au-dessus du niveau de l'eau et ont une épaisseur de 1 cm. La variété terrestre couvre les champs humides au sol lourd, elle fleurit de la même manière que les plantes immergées mais de façon plus discrète et les germinations (déjà rares pour les plants immergés) sont quasiment inexistantes en zones exondées.

5615

La renouée amphibie (Persicaria amphibia) ne supporte pas la sécheresse, à la différence des autres renouées terrestres. Réservez-lui une zone toujours humide à défaut d'être immergée, jusque 40 cm de profondeur (mieux dans les situations nordiques pour passer des hivers rigoureux).

Plante peu exigeante, la renouée aquatique préfère un substrat riche.

Pour les renouées plantées en bassin ou étang, faites attention lors de la plantation à ce que la renouée amphibie soit placée à bonne distance de la berge, afin qu'elle ne pénètre pas dans la terre : elle pourrait déranger la berge.

Positionnez les plantes immergées à 30-40 cm sous la surface, directement dans le substrat du plan d'eau.

Plantez les plantes terrestres avec le rhizome sous 10 cm de substrat.

5616

En fin d'automne, nettoyez les fleurs fanées et le feuillage desséché. Il est inutile de prévoir des protections hivernales pour ces plantes très rustiques.

Tous les 3-4 ans environ, divisez les anciennes souches pour les rajeunir et réactiver la floraison.

Taille de Poligonum amphibie

La renouée aquatique ne demande qu'une élimination des parties mortes, il est judicieux d'éliminer les inflorescences en fin de vie et les feuilles pourrissantes en fin d'automne.

Attention : la sève des renouées pouvant irriter la peau, il est conseillé de porter des gants lors de toute manipulation, surtout pour les tailler.

Maladies, nuisibles et parasites

Surveillez les attaques de limaces au printemps pour les plants plantés en terrestre. Sinon, la renouée amphibie est peu sensible car vigoureuse.

Multiplication de la renouée amphibie

5617

Les renouées amphibies (Persicaria amphibia) sont multipliées par division de touffe au printemps ou en automne. La plante se propageant naturellement par voie végétative via ses rhizomes ; les germinations sont rarissimes.

La multiplication par division s'applique à de nombreuses plantes :

  • Les plantes herbacées vivaces qui poussent en souches composées de plusieurs pieds issus de la même souche : phlox, asters, pâquerettes sauvages, primevères sauvages, anémones
  • Celles qui poussent à partir de bulbes (tulipesnarcisses), de tubercules (dahlias) ou de rhizomes (iris).
  • Les plantes qui émettent des stolons, tiges rampantes aux extrémités desquelles s'implante un nouveau plan identique au plan mère (fraisiers).
  • Certains arbustes naturellement drageonnant (cornouillers) ou se marcottant spontanément (symphorines).

Attention : veillez à choisir une plante saine pour la diviser. Dans le cas contraire, vous risquez de transmettre ses maladies aux nouvelles pousses.

Attendez la bonne saison pour multiplier par division

Vous pouvez théoriquement multiplier des plantes vivaces en toutes saisons. Cependant, pour la plupart, la reprise sera d'autant plus rapide si vous les prélevez et repiquez en période de croissance au printemps. C'est en particulier le cas des bambous et autres graminées, des fougères ou des agapanthes

En revanche, dans les régions sèches, comme dans le Midi, mieux vaut que vous attendiez le début de l'automne et des premières pluies. Même chose pour les plantes à bulbes fleurissant en été, tel le dahlia.

Par exemple, vous diviserez une anémone du Japon au printemps ou en octobre, tandis qu'un iris sera multiplié fin août. Quant à la ciboulette ou la rhubarbe au potager, c'est au printemps qu'il vaut mieux les diviser.

Pour les plantes à fleurs bisannuelles, cette opération se réalise en automne.

Préparez la division

  • Soulevez la souche avec une fourche-bêche, par exemple, de façon à conserver un maximum de racines. Pour cela, n’hésitez pas à fouiller profondément sous la souche.
  • Pour une souche importante, vous pouvez la conserver en place et n’en prélever qu’une partie sur sa périphérie.
  • Si les racines ne sont pas trop touffues et trop intriquées, débarrassez-les de la terre en tapant la motte ou en les trempant dans un récipient d’eau. Cela rendra le partage de la touffe plus facile.

Procédez à la division

  • Selon les espèces, effectuez la séparation de parties situées vers l'extérieur de la souche par simple traction modérée à la main des portions à récupérer, en prenant soin de conserver au maximum les racines (cas de plantes de petite taille, à racines fines telles que primevères sauvages, campanuleœillet mignardise, etc.).
  • Pour d'autres, plus fortement liées ou en touffes étendues (delphinium, lupin, myosotis), pour les tubercules (dahlia) ou rhizomes (iris), aidez-vous d'un outil tranchant : couteau, transplantoir, pelle-bêche...
  • Pour une touffe trop importante et fortement accrochée, plantez en son milieu deux bêches dos à dos et soulevez l'une en faisant levier sur l'autre.

Sélectionnez les souches pour la multiplication

  • Récupérez plusieurs portions de souche.
  • Sélectionnez celles provenant de la périphérie qui seront les plus vigoureuses.
  • Éliminez, au contraire, les plus anciennes provenant du centre, vous éviterez ainsi tout risque de dégénérescence.
  • Mettez assez rapidement en place ces nouveaux plants sélectionnés dans un sol que vous aurez préparé à l’avance.
  • Arrosez-les copieusement de façon à tasser la terre et la faire adhérer aux racines.

Note : chaque portion à replanter doit comporter au moins deux ou trois pousses en bon état.

Conseils écologiques

La renouée amphibie est connue en médecine douce. Plante indigène très répandue dans tous les lieux humides d'Europe, son rhizome riche en tanins contient aussi de la saponine et du nitrate de potassium. On l'utilise en médecine douce pour ses propriétés astringentes, dépuratives et sudorifiques.

Un peu d'histoire…

Persicaria amphibia est un taxon officiel depuis 2012 mais la renouée amphibie est surtout connue sous un ancien taxon synonyme (invalide) : Polygonum amphibium.

La renouée amphibie est inscrite sur la Liste rouge des espèces en danger fournie par l'UICN.

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire