Hydrocotyle bonariensis

 Hydrocotyle bonariensis

- Nom commun : Hydrocotyle de Bonaire.
- Nom à La Réunion : Herbe tam-tam.
- Autre nom : Herbe bol.
- Nom scientifique : Hydrocotyle bonariensis Lam.
- Synonymes :
- Hydrocotyle petiolaris DC.
- Hydrocotyle polystachya A. Rich. var. quinqueradiata Thouars ex A. Rich.
- Ordre : Apiales.
- Famille : Araliaceae - Araliacées :: 12 espèces sur le site.
- Sous-famille : Hydrocotyloideae.
- Genre : Hydrocotyle L. 1 espèce(s) dans le genre Hydrocotyle
- Espèce : Hydrocotyle bonariensis.
- Origine : Afrique tropicale, Amérique tropicale et subtropicale.

Hydrocotyle bonariensis , l' hydrocotyle à longues feuilles autrefois membre de la famille des Apiaceae , appartient maintenant à la famille des Araliaceae et du genre Hydrocotyle est une vivace sans poils et rampante.

Description botanique :

Jeune plante :

Premières feuilles : issues de tiges rampantes souterraines. Elles sont simples et alternes, à limbe circulaire et pelté, porté par un pétiole grêle et long. Les jeunes feuilles sont glabres, à marge crénelée et présentent un aspect luisant.

Adulte :

Aspect : plante herbacée, vivace, rampante, s'enracinant aux nœuds et se développant en tache dense.
Racine : pivot principal et nombreuses racines pivotantes adventives se développant à chaque nœud en contact avec le sol.
Tige : grêle et rampante, partiellement rhizomateuse souterraine ou stolonifère. Elle est cylindrique, pleine, charnue et glabre, s’enracinant aux nœuds.
Feuilles : simples, alternes portées par un pétiole grêle, charnu, dressé verticalement, long de 2 à 37,5 cm. Le limbe est circulaire à largement elliptique, de 1,2 à 12 cm de diamètre, et largement pelté, disposé horizontalement. La marge est plus ou moins crénelée à parfois profondément lobée. La nervation est constituée de 12 à 20 nervures palmées, rayonnant à partir du point d’insertion du pétiole. Les faces sont glabres.
Inflorescence : ombelle composée au sommet d’un pédoncule grêle et habituellement plus long que les feuilles. L’ombelle principale comprend 5 à 7 rayons. Au sommet de chaque rayon se trouve un verticille de fleurs, sous-tendu par un involucre de bractées ovales lancéolées de 1 à 2 mm de long. Chaque fleur est portée par un pédicelle de 1 à 2 cm de long, étalé ou réfléchi. Le calice est réduit à de petites dents collées à l’ovaire infère, la corolle est formée de 5 pétales ovales, étalés au dessus de l’ovaire, de couleur blanche à verdâtre et de 2 à 2,5 mm de diamètre. 5 étamines sont fixées en alternance avec les pétales. L’ovaire à 2 carpelles biloculaires est situé en position infère. Il est surmonté de 2 courts styles filiformes de 1 mm de long surmontés de stigmates courts.
Fruit : capsule transversalement ellipsoïde, latéralement comprimé, longue de 1 à 2 mm, large de 2 à 4 mm, émarginée à la base et au sommet. Elle est formée de 2 méricarpes qui restent soudés entre eux à maturité. Le sommet est surmonté des 2 styles, longs d’environ 1 mm. Les 10 côtes longitudinales sont bien distinctes. Le tégument est brun rouge, légèrement ridé à maturité.

 

Fleurs

Cette plante a de nombreuses fleurs blanches  à jaune crème, et ses tiges peuvent avoir une hauteur de 30 centimètres (12 po).

Fruits et reproduction

Les tiges rampent et prennent racine aux nœuds; la plante se propage par les rhizomes. Dollar Weed produit un fruit sec et déhiscent qui, à maturité, se scinde en deux ou plusieurs parties contenant chacune une seule graine.

Habitat

Cette plante vit dans des zones sablonneuses aux conditions assez extrêmes: des terres très sèches et parfois inondées.

Espèce communautaire

Distribution

Cette espèce colonise les sols sablonneux  et les sites côtiers perturbés, les estuaires , le littoral , les dunes de sable et les étangs . H. bonariensis a également montré une tendance à préférer les altitudes plus élevées et à y être plus fort.

Natif

Afrotropique :

Afrique tropicale Ouest-centrale : Cameroun

Afrique tropicale d’Ouest : Côte d’Ivoire , Ghana , Libéria , Nigéria , Sénégal

Afrique tropicale du sud : Angola , Mozambique

Afrique australe : Afrique du sud

Océan Indien occidental : Madagascar , Maurice , Réunion

Nearctic :

Sud-est des États-Unis : Alabama , Floride , Géorgie , Louisiane , Mississippi , Caroline du Nord , Caroline du Sud

Centre-Sud des États-Unis : Texas

Néotropique :

Amérique centrale : Costa Rica , Guatemala , Nicaragua , Panama

Caraïbes : Cuba , Porto Rico

Nord de l'Amérique du Sud : Venezuela

Brésil : Brésil

Ouest de l'Amérique du Sud : Bolivie , Colombie , Pérou

Sud de l'Amérique du Sud : Argentine , Chili , Paraguay , Uruguay

 

Hydrocotyle bonariensis Lam., appartient à la famille des Araliaceae à la sous famille des Hydrocotyloideae et au genre Hydrocotyle qui comprend une centaine d'espèces originaires des régions tropicales et tempérées du monde. Le genre Hydrocotyle qui regroupe des plantes vivaces aquatiques ou semi-aquatiques été autrefois classées parmi les Apiaceae.

Hydrocotyle bonariensis Lam, est une espèce native d'Afrique tropicale, de l'Amérique tropicale et subtropicale, cette plante herbacée a été introduite dans de nombreuses régions tropicale et subtropicale, elle s'est parfois naturalisée : Australie.

Hydrocotyle bonariensis est une espèce amphinaturalisée, assimilée comme indigène à La Réunion. L'espèce est nommée Herbe tam-tam ou parfois Herbe bol en référence à la forme de ses feuilles. Elle se rencontre au bord des rivières et de canaux d’irrigation, dans les bas-fonds humides, dans les zones sablonneuses, dans les terres sèches qui sont parfois inondées et comme elle est tolérante à une certaine salinité elle peut se développer à proximité des lagunes. Hydrocotyle bonariensis est une espèce considérée à La Réunion comme potentiellement envahissante.

Hydrocotyle bonariensis est une plante, vivace, rampante, s'enracinant aux nœuds et se développant en tache dense. De son pivot principal robuste, elle se propage par des racines pivotantes adventives qui naissent à chaque nœud en contact avec le sol.

Sa tige est partiellement rhizomateuse souterraine ou stolonifère. Elle est cylindrique, pleine, charnue et glabre.

Les feuilles glabres sont simples et alternes, portées par un pétiole grêle, dressé pouvant atteindre plus de 30 cm de long. Le pétiole s'insère dans le limbe pratiquement en son centre, de ce point d'insertion formant une marque blanche sur le dessus de la feuille part entre 12 à 20 nervures palmées.

Le limbe disposé horizontalement est circulaire à largement elliptique pouvant atteindre 12 cm de diamètre. La marge est plus ou moins crénelée à parfois profondément lobée.

L'inflorescence est une ombelle composée au sommet d’un pédoncule grêle et habituellement plus long que les feuilles. L’ombelle principale comprend 5 à 7 rayons. Au sommet de chaque rayon se trouve un verticille de fleurs.

La fleur est protée par un pédicelle de 1 à 2 cm de long, le calice est réduit à de petites dents collées à l’ovaire infère, la corolle est formée de 5 pétales ovales, étalés au-dessus de l’ovaire, de couleur blanche à verdâtre et de 2 à 2,5 mm de diamètre. 5 étamines sont fixées en alternance avec les pétales.

Le fruit est une capsule longue de 1 à 2 mm, large de 2 à 4 mm, émarginé à la base et au sommet.

1555

 

1556

 

1557

 

 

Remarques : Répandue au Sud des U.S.A., en Amérique du Sud et en Afrique du Sud, cette écuelle d'eau qui rappelle hydrocotyle vulgaris par ses feuilles rondes formant des parasols se caractérise par un pétiole dépassant parfois les 30 cm pour un limbe pouvant atteindre une dizaine de centimètres de diamètre au pourtour légèrement échancré. La hampe florale est également longue d'une dizaine de centimètres. Dans la nature, on la rencontre au bord et dans les eaux peu profondes. Elle convient par conséquent davantage pour le paludarium que pour l'aquarium.

1558

 

Plusieurs variétés ont été proposées: Hydrocotyle bonariensis var. multiflora (Ruíz & Pavón) G. Don 1834 (= Hydrocotyle multiflora Ruíz & Pavón 1802), Hydrocotyle bonariensis var. texana J.M.Coulter & rose 1890, Hydrocotyle bonariensis var. tribotrys (Ruíz & Pavón) De Candolle (=Hydrocotyle tribotrys Ruíz & Pavón 1802).    

1559

 

1560

 

1561

 

1562

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire