Créer un site internet

Boletus luridus - Bolet blafard

(Bolet blafard)

 

Boletus luridus, ou Suillellus luridus, en français le Bolet blafard, est une espèce de champignons (Fungi) basidiomycètes de la famille des Boletaceae, présent dans les forêts de l'hémisphère nord. Il a la forme typique des cèpes, caractérisée par un pied trapu et un chapeau hémisphérique, mais se distingue notamment par un pied et des tubes rougissants. Il présente de nombreuses variétés. C'est un champignon qui est toxique cru et indigeste mal cuit.

 

Boletus luridus

Image55

 

Bolet blafard

Classification

Règne

Fungi

Division

Basidiomycota

Sous-division

Agaricomycotina

Classe

Agaricomycetes

Sous-classe

Agaricomycetidae

Ordre

Boletales

Famille

Boletaceae

Genre

Boletus

 

Nom binominal

Boletus luridus

Taxinomie

Nom scientifique accepté

Le nom binomial scientifique accepté actuel est Boletus luridus.

Basionyme, synonymes, et binômes obsolètes

  • Suillellus luridus
  • Boletus luridus
  • Boletus rubeolarius
  • Leccinum luridum
  • Leccinum rubeolarium
  • Suillellus luridus

Noms vulgaires et vernaculaires

Le nom vulgaire de Boletus luridus repris par les auteurs francophones est Bolet blafard.

On rencontre plus rarement les termes vernaculaires de Bolet luride ou Cèpe luride et de Bolet blême.

Description

Le Bolet blafard a la forme des cèpes et en possède les caractéristiques générales.

Son chapeau arrondi, de près de 5 cm, s'étale en vieillissant, pour atteindre parfois 20 cm de diamètre. La cuticule est mate, de couleur assez variable, de jaunâtre à brun olivacé, parfois teintée d'orange. Le bord du chapeau, de la même couleur, est régulier et dépasse légèrement les tubes.

La chair se tache de noir aux endroits abîmés, comme par les morsures de limace par exemple : elle est nigrescente. Sa chair est épaisse, jaune pâle et rougit sous les tubes et aux morsures de limaces. Elle bleuit rapidement et fortement lorsque l'on coupe le champignon, elle est cyanescente puis elle devient plus claire quand elle sèche. Ses tubes, bien rouges, deviennent jaunes olivacé avec l'âge. Ils sont séparables de la chair.

Son pied, de 8 à 15 cm de hauteur et rarement jusqu'à 20 cm, en forme de massue enfoncée dans le sol, est parfois ventru. Sa surface, de couleur jaune orangé est recouverte d'un réseau de mailles rouges étirées vers le bas.

Le bolet blafard présente une odeur de champignon et une saveur douce.

Chapeau

Jeune hémisphérique, puis convexe et enfin presque plan ; brun-olive clair, parfois aussi jaune ou rose avec des reflets brun-roux ; jusqu’à 20 cm de diamètre.

 

Tubes

Jeunes jaunes, puis olive, orangé vers les pores ; deviennent bleu-vert au contact, avec une ligne rouge sur la chair du chapeau qu’ils contactent.

 

Pied

Assez élancé, renflé à la base ; jaune citron à orangé, avec un réseau roux étiré qui s’assombrit avec le temps ; bleuit fortement au toucher.

 

Chair

Jaune, rouge sombre à la base du pied, bleuissant lorsqu’on la coupe puis reprenant une teinte plus claire ; peu parfumée ; sporée brun-olive.

 

Risques de confusion

Avec le bolet à beau pied, vénéneux.

Variétés et formes

Proche phylogénétiquement de Boletus fechtneri (le Bolet pâle) et de Neoboletus luridiformis (le Bolet à pied rouge), Boletus luridus (le Bolet blafard) est très variable et de nombreuses variations de la couleur de sa surface (cuticule) et des mailles colorées de son pied (stipe) ont été décrites. La variété erythropus est publiée comme «bêta» en 1821 11 mais est synonyme de Boletus luridiformis.

La variété rubriceps à chapeau rouge est décrite en Espagne (tout d'abord en tant qu'espèce Tubiporus en 1937), mais est plus tard officiellement transférée à Boletus et devient Boletus luridus var. rubriceps en 1987.

Boletus luridus présente d'autres variétés comme obscurus et rubromaculatus.

Il existe aussi la variété tenuipes que l'on trouve en République tchèque; la variété lupiniformis à chapeau grisâtre pâle un peu jaunâtre est décrite en France et la variété queletiformis à chapeau brun orangé et chair de la base du pied vineuse est décrite en Espagne.

Boletus erythrentheron, qui présente des tons violacés, et dont la chair devient violette à la coupe, est décrit à l'origine comme une espèce distincte et est publiée plus tard comme Boletus luridus variété erythrentheron et enfin, en tant que sous-espèce.

Une forme primulicolor à chapeau jaune est décrite en Sardaigne en 1997.

La variété caucasicus qui présente un pied rouge et un réseau réduit au sommet du pied est actuellement considérée comme une espèce indépendante: Boletus caucasicus.

De même, Boletus luridus forme sinensis, fort semblable à luridus mais dont les spores sont manifestement différentes, qui se récolte dans la province de Hainan, en Chine, est maintenant élevé au rang d'espèce sous le nom de sinensis.

Miroslav Smotlacha décrit deux autres variétés : Boletus luridus var. avelanus et Boletus luridus var. tiliaceus

Sous-espèces

  • Boletus luridus subsp. caucasicus, vide Boletus caucasicus
  • Boletus luridus subsp. erythrentheron, vide Boletus luridus var. erythrentheron
  • Boletus luridus subsp. erythropus vide Boletus luridiformis
  • Boletus luridus subsp. luridus

Espèces proches et risques de confusion

Dans l'ensemble, les critères d'identification de Boletus luridus restent sa couleur terne (son côté « blafard ») et surtout le réseau très marqué, étiré vers le bas de son pied, rougeâtre sur fond plus clair. Boletus luridus n'est qu'un des nombreux bolets présentant des couleurs rouges ou rougeâtres au niveau du pied et/ou des tubes ainsi qu'un bleuissement plus ou moins intense de la chair. Il peut se confondre, entre autres, avec les espèces suivantes :

  • le Bolet à pied rouge (Neoboletus luridiformis (ex erythropus)) : chapeau plus brun-rouge, pied plus rouge, moucheté sans réseau saillant, très fort bleuissement, émétique cru, sinon comestible ;
  • le Bolet à beau pied (Boletus calopus) : chapeau gris, réseau rouge assez vif sur le pied mais pores restant jaunes, bleuissement faible, amer et immangeable ;
  • le Bolet Satan (Boletus satanas) : plus massif (obèse), généralement plus méridional, chapeau gris clair, pores et pied rouges mais réseau fin et limité, bleuissement uniquement par temps humide, toxique ;
  • le Bolet pourpre (Boletus purpureus) : chapeau jaune cuivré, rougissant au contact, pores et pied rouges, réseau très fin, bleuissement intense, émétique cru, comestible bien cuit ;
  • le Bolet de loup (Boletus lupinus) : chapeau rose, tubes rouges, pied orangé, chair bleuissante, odeur de scléroderme, toxique cru et comestible bien cuit ;
  • Boletus torosus à pores jaunes.

Habitat

Le bolet blafard apparaît du début de l'été et au début de l'automne sous les feuillus, les bois mélés, voire dans les pelouses ou au bord des chemins. Il apprécie particulièrement les sols calcaires. C'est un champignon assez courant. A partir de juin dans les forêts de feuillus et de conifères, fréquents surtout sous les hêtres. Trop fréquemment consommé, ce champignon peut provoquer cependant une intoxication, surtout lorsqu’il n’est pas assez cuit ou que l’on boit de l’alcool en le mangeant. Il contient des traces de muscarine. La coloration bleue de la chair est commune à de nombreux bolets et n’est en aucun cas un caractère absolu de toxicité.

Répartition

Le bolet blafard est très répandu en Europe, dans la région à l'est de la mer Noire et dans la partie orientale de l'Anatolie en Turquie, et au Pakistan, où il a été découvert à partir de Khanspur, jusqu'à Kuzagali, Sudhan Gali et Hajinpir.

En Amérique du Nord, il est connu de l'est du Canada et des États-Unis à l'est des Grands Lacs, bien que dans un cas spécifique, il a été trouvé dans le Dakota du Nord. Son aire de répartition s'étend aussi dans le sud au Mexique et il a été trouvé une fois au Costa Rica.

En Asie, il a été trouvé dans la forêt Bar'am dans la Haute Galilée dans le nord d'Israël, en Inde, à Taïwan, et dans les forêts sèches de diptérocarpes dans la province de Nakhon Sakon en Thaïlande.

Il est largement répandu en Chine, où on l'a trouvé dans le Hebei, le Jiangsu, l'Anhui, le Henan, et dans les provinces du Guangdong et du Yunnan.

La variété rubriceps a été spécifiquement trouvée sous les tilleuls (Tilia) en République tchèque.

Comestibilité

Ses pores rouges, son bleuissement spectaculaire et les risques de confusion avec les bolets du groupe satanas effrayent la plupart des amateurs. En fait, s'il est toxique à l'état cru, c'est, après une cuisson soigneuse qui fait d'ailleurs disparaître le bleuissement, un comestible tout à fait honorable, comparable aux meilleurs bolets à chair blanche (cèpes). Comme pour tous les bolets, il est recommandé d'enlever les tubes qui sont souvent gluants et spongieux à la cuisson. Avec l'âge, ce champignon devient toutefois vite véreux.

Toxicité

L'analyse chimique a révélé des traces de muscarine et de ses stéréo-isomères.

Boletus luridus a été impliqué dans des réactions indésirables semblables à celles provoquées par la coprine lorsqu'il est consommé avec de l'alcool, mais les tests de laboratoire n'ont pas mis en évidence de coprine dans le champignon.

Image56

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire