Vitex lucens

Vitex lucens

Règne : Plantae 
(non classé): Angiospermes 
(non classé): Eudicots 
(non classé): Astéroïdes 


Ordre: Lamiales 


Famille : Lamiaceae 


Genre: Vitex 


Espèce: V. lucens 


Nom scientifique: Vitex lucens 


Nom (s) commun (s) : Puriri, acajou de Nouvelle-Zélande, Nouveau Teck de Zélande, kauere.

 

Icône de la Nouvelle-Zélande dans le paysage, ce grand arbre à la canopée indigène en pleine croissance a des feuilles côtelées brillantes et une forme verticale avec une grande cime étalée. L'écorce est mince, squameuse et de couleur marron clair. Les baies rouge vif constituent une excellente source de nourriture pour les oiseaux, en particulier le pigeon ramier. C'est un bon arbre de rue ou un bon spécimen pour un jardin ou un paysage plus vaste et il peut ajouter une note de chute ou un tamis luxuriant à une situation de jardin indigène. Son habitude de croissance qui se développe fournit un abri contre le soleil quand il mûrit.

Puriri est l'un des rares arbres indigènes à grandes fleurs colorées. De nombreuses plantes en Nouvelle-Zélande ont des fleurs blanches ou vertes. Les fleurs tubulaires du puriri ressemblent plutôt à des fleurs de muflier et peuvent aller du rose fluorescent au rouge foncé, en passant au rose foncé (le plus commun) ou parfois même à une fleur blanche à rougissement jaune ou rose. La couleur vive, la forme du tube, la production abondante de nectar et les poils à la base du tube de la fleur indiquent tous que les oiseaux pollinisent cette fleur (les poils empêchent les insectes de voler le nectar). 
Sur le continent néo-zélandais, il y a souvent beaucoup de nectar dans les fleurs car il n'y a pas assez d'oiseaux pour manger tout le nectar produit par l'arbre. 
La fleur produit une «pierre» côtelée robuste qui a des écailles sur 4 côtés. En tombant, ces écailles permettent à l'humidité de pénétrer dans le bois. Cela, à son tour, gonfle les 4 graines et elles peuvent toutes germer en poussant les écailles de côté pour en faire 4 individus distincts accrochés à leur capsule ligneuse. En règle générale, une seule graine finira par devenir un grand arbre. 

Dans le passé, Puriri était exploité de manière active et sélective afin de fournir du bois destiné à un large éventail d'utilisations finales. Seuls les meilleurs arbres ont été abattus, laissant le puriri noueux que l’on trouve souvent dans les enclos de la ferme. Cela a donné l’impression que le puriri est incapable de pousser droit, mais les premiers rapports sur le puriri décrivent des troncs naturellement clairs de 4,5 à 9 m et il reste encore quelques arbres comme celui-ci. 

Usages traditionnels des Maoris.
Une infusion de feuilles de cet arbre noble contient un germicide puissant. Les feuilles étaient bouillies. Elle était appréciée pour les entorses dues au bain et les maux de dos. La perfusion a favorisé les ulcères et les maux de gorge. L'écorce était une source de colorant. 

1092

ESPÈCE

Vitex Lucens

 

ÉTYMOLOGIE

Vitex: Tisser ou attacher, chaste 
lucens: brillant

 

NOMS COMMUNS)

Puriri

 

STATUT DE CONSERVATION ACTUEL

2012 - non menacé

 

ETAT DE CONSERVATION PRÉCÉDENT

2009 - non menacé 
2004 - non menacé

AUTORITÉ

Vitex Lucens Kirk

 

FAMILLE

Lamiaceae

 

BRÈVE DESCRIPTION

Grand arbre avec une fine écorce pâle et feuilletée sur un tronc irrégulier noueux aux feuilles vert foncé, composé de cinq folioles froissées rayonnant au sommet d'une tige, le plus grand feuillet au milieu, des fleurs roses, en forme de cloche avec des filaments pâles saillants, rouge.

 

FLORE CATÉGORIE

Vasculaire - Native

 

CLASSE STRUCTURELLE

Arbres et arbustes dicotylédones

 

SYNONYMES

Vitex littoralis A.Cunn.

 

DISTRIBUTION

Endémique. Nouvelle-Zélande: Trois îles Kings et l'île du Nord, de Te Paki à Taranaki, dans la péninsule de Mahia et le nord de la baie de Hawkes. En règle générale, Puriri est rare au sud d’Opotiki et de Kawhia.

HABITAT

Dans la partie nord de son aire de répartition, Puriri est une commune dominante commune avec Taraire (Beilschmiedia tarairi) et karaka (Corynocarpus laevigatus), en particulier sur les sols riches et fertiles dérivés de roches ignées basaltiques et basaltiques-andésitiques. Au sud du nord de la baie de Plenty et des ports de Raglan, on le trouve rarement à l'intérieur des terres et plus communément dans les forêts côtières où il cohabite avec le pohutukawa (Metrosideros excelsa) et le karaka. Puriri est aussi un arbre forestier important sur un grand nombre des plus petites îles du golfe d' Hauraki, où il peut parfois être la canopée dominante.

 

CARACTÉRISTIQUES

Arbre jusqu'à c. 20 m. grand avec un large baldaquin s'étendant ; tronc jusqu’à environ 1,5 m. diamètre ; écorce brun grisâtre, ferme, se desquamant en petits fragments de forme irrégulière. Branches corpulentes, étalées; rameaux à 4 angles, verts. Feuilles opposées, glabres , coriaces , composées , sur des pétioles atteignant 110 mm de long; Folioles 3-4-5, un peu unduloses, vert foncé, brillantes, vert clair, mat; basales ou paires de folioles généralement beaucoup plus petites que le terminal 3, digitées; lamina de 3 folioles principales 50-140 × 30-60 mm; elliptique - oblong à obové, brusquementaigu à subacuminé, marge entière . Donatia (à noyau) présent à l'aisselle du Costa et des veines principales. Inflorescence dans les panicules axillaires, dichotomiques, (4) -10-15. Calyx cupulaire, finement 5 dents; corolle rouge terne, rose ou blanche, pubescente, à 2 lèvres, environ 25-35 mm de long. Lèvre supérieure entière ou bifide, inférieure déflexée, trilobée. Style mince, bifide, environ 25 mm de long. Drupe Diamètre inférieur à 20-26 mm, rouge vif, rose ou blanc.

 

TAXONS SIMILAIRES

Aucun

 

FLORAISON

Mai – octobre

 

COULEURS DE FLEURS

Rouge / rose, blanc

 

LA FRUCTIFICATION

Janvier – octobre

 

TECHNIQUE DE PROPAGATION

Facilement cultivé à partir de graines. La graine peut être lente à germer, bien que la germination puisse être accélérée en scarifiant le tégument. Les semis et les gaules sont tendres au gel et nécessitent un site abrité, chaud et semi-ombragé (au moins pour se développer). Puriri préfère un sol riche, profond et fertile, mais est étonnamment tolérant pour toute une série de conditions, y compris la sécheresse (une fois établie). C'est un spécimen spectaculaire qui mérite d'être plus largement cultivé qu'il ne l'est. C'est un excellent arbre de rue / avenue ou parc, et les fleurs attirent les oiseaux (surtout les tui et les bellbirds) et les fruits kereru

 

DES MENACES

Non menacé. Cependant, dans certaines parties de Northland, le "dépérissement" du puriri a été observé (dont les causes exactes sont très controversées). Puriri est parfois très fréquenté par les possums, à tel point que des arbres peuvent mourir.

10931094

1095

1096

Fleur Puriri (Fleurs du début de l'hiver au milieu du printemps)

1097

1098

Baies Puriri Une baie tombée  Feuilles du Puriri Le dessous d'une feuille de Puriri Le tronc d'un Vitex lucens C'est un petit arbre qui pousse sur un terrain en friche près d'une autoroute. La graine doit avoir été excrétée ici par un oiseau. Les oiseaux fruitiers jouent un rôle écologique important dans la dispersion des graines de podocarpes et d'arbres à feuilles larges et d'arbustes ici en Nouvelle-Zélande. Leur travail est essentiel pour maintenir des forêts saines et régénérer de nouvelles forêts. 

1099

1100

1101

1102

1103

1104

1105

Les Hemiphaga novaeseelandiae de Kereru (pigeon de Nouvelle-Zélande) jouent un rôle clé en consommant des fruits et en excrétant les graines d'au moins 70 espèces de plantes, dont 16 grands arbres indigènes. Le Tui (Prosthemadera novaeseelandiae) est le deuxième diffuseur de graines le plus important de plantes et d’arbres indigènes. Il y a 7 espèces d'oiseaux introduits qui mangent aussi de petites quantités de fruits.

1106

Un vieux papillon puriri (Aeneus virescens) s'enfouit dans un tronc de puriri. Le tronc ci-dessous a perdu son écorce, révélant un poivron d'entrées de terrier et une cicatrice d'alimentation. 

1107

1108

 

 

Les dégâts ont été causés par la larve d'un papillon puriri dans un morceau de bois puriri. La forme distinctive du terrier.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire