Toxicodendron vernicifluum - Vernis du Japon

Toxicodendron vernicifluum - Vernis du Japon

Le Vernis du Japon (Toxicodendron vernicifluum) est un arbre du genre Toxicodendron (anciennement Rhus) qui pousse en Asie, dans certaines régions de Chine, en Corée et au Japon. Il est cultivé et exploité pour sa résine toxique, qui est utilisée comme un vernis très résistant servant à faire une laque utilisée sur les produits chinois, coréens et japonais. On trouve au Japon des objets traités par ce vernis et vieux de 9 000 ans datant de la période Jōmon.

Le vernis du Japon (Toxicodendron vernicifluum, anciennement Rhus verniciflua), est un arbre de près de 20 m à feuilles caduques, exploité depuis plusieurs milliers d'années pour sa sève, toxique mais produisant la fameuse laque japonaise.

Le vernis du Japon, ou « arbre à laque », est un arbre de la famille des Sumacs (Anacardiacées). Originaire d’Asie, Inde, Japon, Corée et plusieurs provinces chinoises, la sève de Toxicodendron vernicifluum a été utilisée pendant environ 3 000 ans (et probablement plus) pour la production de la laque asiatique, laque exploitée dans de nombreux pays asiatiques dans les arts et l'artisanat.

L'habitat naturel de Toxicodendron vernicifluum se situe dans des forêts, sur les collines et les montagnes à des altitudes de 800 à 2 800 m (surtout dans la tranche 1 000-1 400 m). Le vernis du Japon atteint une stature d'un maximum de 20 m (mais souvent moins de 15 m), et une envergure de 10 m. L'écorce des branches est brun jaunâtre. Les grandes feuilles, de 15 à 30 cm de long, sont imparipennées avec 9 à 13 folioles en général. Le pétiole mesure de 7 à 14 cm de long. L'ensemble de la feuille revêt un aspect velu mais moelleux. On note une absence de stipules. Les feuilles rougissent avant de tomber.

Les inflorescences, pendantes et ramifiées, donnent un ensemble floconneux jaune grisâtre, poilu. Les fleurs femelles, qui atteignent 3 mm de long, sont plus robustes et plus grandes que les fleurs mâles (seulement 1 mm de long). Chaque arbre est unisexué, les fleurs sont dioïques. Elles sont pollinisées par les insectes, souvent des mouches. Les lobes du calice en forme d'œuf mesurent environ 0,8 mm, avec un aspect glabre. Les larges pétales sont jaune-vert avec un dessin en forme de plumes marron. Les étamines, de 2,5 mm de long environ, sont de la même longueur que les anthères. Les ovaires ne contiennent qu'un seul ovule.

Les fruits, également pendants, comprennent des drupes symétriques, lisses.

Attention : le vernis du Japon contient des substances toxiques qui peuvent causer une irritation sévère. Toutes les parties de la plante contiennent des composés phénoliques résineux appelés « urushiols » (du nom japonais « urushi »), et la sève est particulièrement toxique et caustique. Dans son état liquide, l'urushiol peut causer des irritations graves, à la fois par contact et par la vapeur (après durcissement, les réactions sont rares mais possibles). Il y a habituellement une période de latence d'environ 12 à 24 h à partir du moment du contact, suivie par une rougeur et des cloques graves de la peau. Même des spécimens végétaux vieux de 100 ans ou plus peuvent causer des problèmes. L'urushiol est également présent dans une autre espèce du genre, Toxicodendron radicans, le sumac vénéneux, qui est bien connu pour provoquer démangeaisons, irritations et parfois de douloureuses éruptions cutanées chez la plupart des personnes qui entrent en contact avec la plante.

Plantes du même type

Virgilier

Chêne des marais

Phellodendron amurense

Arbre aux mouchoirs

Espèce du vernis du Japon

Vernis du Japon (Toxicodendron vernicifluum)

1453

  • Fleurs et floraison : Floraison en juillet, les graines mûrissent de septembre à novembre.
  • Taille : Belle envergure, avec une hauteur de 12 à 20 m, pour un étalement d'environ 8-10 m.
  • Qualités : La sève produite, une fois récoltée, permet de fabriquer la fameuse laque asiatique, en ajoutant des oxydes de fer pour la teinter en rouge ou noir.

 

 Plantation du vernis du Japon

1454

 

Où le planter ?

Toxicodendron vernicifluum s'adapte à la plupart des sols humides mais bien drainés, sans notable préférence pour l'acidité du sol. Les terrains légèrement calcaires sont supportés. En revanche, il ne peut pas grandir à l'ombre : le plein soleil est son domaine, surtout que l'arbre aime la chaleur, l'espèce n'est pas très rustique. Il réussit le mieux dans un sol fertile.

Les plantes ont des branches fragiles qui peuvent être rompues dans les vents forts.

Quand planter le vernis du Japon ?

Plantez à la fin du printemps ou au début de l'été, afin qu'il n'y ait aucun risque de gelées tardives.

Comment le planter ?

Un plant de plus d'un an est planté comme tout arbre, sans autre complication.

Attention : cet arbre ne supporte pas les fortes gelées, ou même des gelées de faible intensité sur de longues périodes ! Réservez sa plantation aux régions les plus chaudes en France. On note d'ailleurs que l'arbre est cultivé pour son vernis dans les régions les plus chaudes du Japon.

Toxicodendron vernicifluum

 

1455

Vernis du Japon

Classification

Règne

Plantae

Sous-règne

Tracheobionta

Division

Magnoliophyta

Classe

Magnoliopsida

Sous-classe

Rosidae

Ordre

Sapindales

Famille

Anacardiaceae

Genre

Toxicodendron

 

Nom binominal

Toxicodendron vernicifluum
Stokes F.Barkley

Classification phylogénétique

Classification phylogénétique

Ordre

Sapindales

Famille

Anacardiaceae

 

Description

Les arbres poussent jusqu'à 20 m de haut avec de grandes feuilles, possédant chacune 7 à 19 folioles (le plus souvent 11 à 13). La sève contient des composés allergisants comme l'urushiol, qui tire son nom du nom japonais de cette espèce urushi (漆). Son absorption peut provoquer d'importantes démangeaisons (rash)

Utilisations

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2017). 

Dans certaines régions de Corée du Sud, les habitants consomment ces feuilles avec de la sauce piquante comme une salade. Il existe aussi, en Corée du Sud, des plats avec du canard piqué de branches d'arbre à laque ainsi que du riz cuit en ragoût avec le canard. L'ensemble du plat est toxique, et seul une partie de la population peut le consommer, prétendant au passage que ce plat serait bon pour l'estomac.


Les feuilles, les graines et de la résine du Vernis du Japon sont parfois utilisés dans la médecine chinoise pour le traitement des parasites internes et pour l'arrêt de saignement. Les flavonoïdes (butéine et sulfurétine) sont des antioxydants ayant des effets inhibiteurs sur les processus avancés de glycation.

Les moines bouddhistes qui pratiquent l'art de la sokushinbutsu utilisent de la sève de l'arbre dans leur cérémonie.

Sommaire

  • Étape 1 : Préparez le trou de plantation
  • Étape 2 : Cas n° 1 : Plantez un arbre à racines nues
  • Étape 2 : Cas n° 2 : Plantez un arbre en motte
  • Étape 2 : Cas n° 3 : Plantez un arbre en conteneur

Après avoir choisi les essences et les emplacements où vous souhaitez planter les futurs arbres d'ornement de votre jardin, vous devez procéder à leur plantation. 

La préparation du trou est toujours la même, mais la méthode de plantation change selon qu'il s'agit d'un arbre à racines nues, d'un arbre en motte ou d'un arbre en conteneur.

Cette fiche explique toutes les techniques à connaître pour planter un arbre d'ornement et s'assurer ainsi qu'il fasse une bonne reprise.

1 Préparez le trou de plantation

À la bêche, de préférence 10 à 15 jours avant la plantation (pour permettre à la terre de s'aérer), creusez un trou de plantation au minimum de 80 cm de côté et de 60 à 70 cm de profondeur, à adapter si le sujet est grand et les racines imposantes : le volume du trou doit être 2 à 3 fois supérieur au volume des racines, de la motte ou du conteneur de l'arbre à planter.

En enlevant la terre du trou, prenez la précaution de mettre de côté la couche de terre végétale superficielle, à différencier de la terre profonde peu fertile.

Au fond du trou, déposez quelques poignées d'engrais organique complet et recouvrez-les de terre pour éviter tout contact direct avec les racines.

Mélangez la terre végétale sortie du trou avec du compost bien mûr (moitié terre, moitié compost).

 

2 Cas n° 1 : Plantez un arbre à racines nues

Plantez votre arbre très rapidement après l'achat, de préférence fin octobre, mais la saison de plantation peut aller jusqu'à fin mars, en dehors des périodes de gelées.

  • Retaillez la partie aérienne au sécateur, en diminuant le nombre de branches et en retaillant celles qui restent de 15 à 20 cm.

Attention : ne retaillez pas les branches des chênes, hêtres, marronniers, bouleaux, tulipiers, liquidambars.

  • Retaillez légèrement les racines endommagées et pralinez-les avec un pralin du commerce ou fait par vous-même.
  • Formez une butte de terre et étalez les racines de l'arbre dessus.
  • Positionnez l'arbre bien droit.
  • Si le sujet est déjà grand, adjoignez-lui un tuteur solide en châtaignier, positionné entre l'arbre et les vents dominants.
  • Rebouchez le trou avec le mélange de terre végétale et de compost que vous avez préparé : le collet de l'arbre (point de jonction entre le tronc et les racines) doit arriver juste au niveau du sol.
  • Tassez au fur et à mesure que vous rebouchez, afin que le mélange s'infiltre dans toutes les radicelles sans laisser de poches d'air.
  • Lorsque vous avez fini de reboucher le trou, tassez encore bien la terre au pied de l'arbre.
  • Liez l'arbre à son éventuel tuteur, sans trop serrer, avec un collier en plastique.
  • Arrosez très copieusement, même par temps de pluie.
  • Quelques jours après, tassez à nouveau la terre, puis formez une cuvette d’arrosage autour du sujet nouvellement planté.
  • Poursuivez les arrosages très régulièrement par la suite.

Praliner les racines des arbres et arbustes

2 Cas n° 2 : Plantez un arbre en motte

Plantez votre arbre très rapidement après l'achat, d'octobre à avril.

  • Inspectez soigneusement la motte :
    • si des racines cassées dépassent, coupez-les au sécateur ;
    • si un chevelu de petites racines s'est formé sous la motte, coupez-le aussi au sécateur, ou encore déployez-le en positionnant la motte dans le trou.
  • Humidifiez légèrement la motte si besoin et posez-la au centre du trou, surtout sans la défaire : positionnez-la bien droite et de façon que le dessus de la motte arrive à environ 4 cm en dessous de la surface du sol.
  • Si le sujet est déjà grand, adjoignez-lui un tuteur positionné face aux vents dominants, en faisant attention à ne pas briser la motte.
  • Rebouchez le trou et continuez comme pour un arbre à racines nues.

 

 2 Cas n° 3 : Plantez un arbre en conteneur

Vous pouvez planter en toute saison, toutefois la période allant de septembre à mai est la plus favorable.

  • Mettez le conteneur à tremper dans une grande bassine d’eau jusqu’à ce que la terre soit complètement imbibée.
  • Laissez s’écouler l’eau en excès, puis retirez la motte du conteneur.
  • Placez la motte au centre du trou et positionnez-la bien droite et de façon que le dessus arrive à environ 4 cm en dessous de la surface du sol.
  • Si le sujet est déjà grand, adjoignez-lui un tuteur positionné face aux vents dominants.
  • Rebouchez le trou et continuez comme pour un arbre à racines nues ou en motte.

1456

Le Vernis du Japon est un arbre - oui, d'accord, c'est bizarre comme nom, mais on n’a pas choisi - ainsi nommé car il sert depuis des millénaires à produire du vernis. Il est peu rustique et est originaire d'Asie, où il atteint 20 m. Il prend un port colonnaire et se plaît en France dans les régions littorales, en sol drainé, humifère, frais, en plein soleil. Il porte des feuilles imparipennées de 20 à 30 cm de long, à folioles ovales, d'abord vertes puis rouges en automne. En juillet-août il porte des inflorescences pendantes en panicules, à fleurs de moins de 3 mm. Les fruits ne sont portés que par les sujets femelles, et sont verts, sphériques. Attention, toutes les parties de la plante sont toxiques au contact.

Plantez entre octobre et fin mars, hors période de gel. Vérifiez que vous disposez d'un emplacement correspondant aux exigences décrites dans la description. Creusez un trou trois fois grand comme la motte en séparant les couches du sol, puis émiettez la terre sur les bords. Évitez de travailler dans un sol détrempé. Replacez une partie de la terre du fond pour pouvoir disposer votre arbre à la bonne hauteur. Plantez un tuteur face au dominant au fond, sur le côté du trou. Placez votre arbre bien droit. Replacez la terre de manière à ne pas mélanger terre de fond et terre de surface, et tassez régulièrement. Attachez le tuteur au tronc avec un lien souple. Versez deux arrosoirs au pied, puis paillez.

La cire est obtenue à partir de l'écorce du fruit du Vernis du Japon (Toxicodendron vernicifluum, anciennement Rhus Verniciflua). Les baies sont cuites et la cire brute est ensuite extraite et filtrée.

La consistance molle cette cire lui permet d'être utilisée comme composant épaississant et hydratant dans les produits cosmétiques, plus particulièrement dans les baumes à lèvres et bâtons de soin, mais également dans les émulsions, ainsi que dans les soins capillaires et les produits de maquillage.

Elle peut également être utilisée comme un substitut à la cire d'abeille : elle est cependant bien plus plus légère et moins filmogène que la cire d'abeille.

1457

Toxicodendron vernicifluum (anciennement Rhus verniciflua [1]), également connu sous le nom commun de laque de Chine, [1] [2] [3] est une espèce asiatique du genre Toxicodendron (anciennement Rhus), originaire de Chine et du sous-continent indien, et cultivé dans des régions de Chine, de Corée et du Japon. [4] Parmi les autres noms communs figurent laque japonaise [5], le sumac japonais [4] et le vernis [5]. Les arbres sont cultivés et exploités pour leur sève toxique, qui est utilisée comme laque très durable pour fabriquer des laques chinois, japonais et coréens.

Les arbres atteignent 20 mètres de haut avec de grandes feuilles contenant chacune de 7 à 19 folioles (le plus souvent entre 11 et 13). La sève contient le composé allergénique urushiol, qui tire son nom du nom japonais de cette espèce, urushi (urushi (漆)); "urushi" est également utilisé en anglais en tant que terme collectif pour désigner toutes sortes de laques asiatiques fabriquées à partir de la sève de cet arbre et d'espèces d'arbres asiatiques apparentées, par opposition au "vernis" européen ou au japon fabriqué à partir d'autres matériaux. L'urushiol est l'huile contenue dans l'herbe à la puce qui provoque une éruption cutanée.

Les usages

Une sève caustique et toxique, contenant de l'urushiol, est prélevée dans le tronc du laque de Chine pour produire de la laque. Cela se fait en coupant 5 à 10 lignes horizontales sur le tronc d'un arbre de 10 ans, puis en recueillant la sève jaune grisâtre qui exhale. La sève est ensuite filtrée, traitée thermiquement ou colorée avant d'être appliquée sur un matériau de base à vernir. Pour sécher la sève appliquée, il faut la "sécher" dans une chambre ou un placard chaud et humide pendant 12 à 24 heures, où l'urushiol polymérise pour former une surface transparente, dure et imperméable. À l'état liquide, l'urushiol peut provoquer des éruptions cutanées extrêmes, même causées par les vapeurs. Une fois durcies, les réactions sont possibles mais moins courantes.

Les produits recouverts de laque sont reconnaissables à leur fini extrêmement durable et brillant. La laque a de nombreux usages. certaines applications courantes incluent la vaisselle, les instruments de musique, les stylos à plume, les bijoux et les archets. Il existe différents types de laques. Le cinabre-rouge est hautement considéré. La laque non pigmentée est brun foncé, mais les couleurs les plus courantes des finis à l'urushiol sont le noir et le rouge, à partir de pigments d'oxyde de fer en poudre d'oxyde ferreux-ferrique (magnétite) et d'oxyde ferrique (rouille), respectivement. La laque est peinte au pinceau et durcit dans un environnement chaud et humide.

L'application artistique et la décoration de la laque peuvent être un processus long, nécessitant plusieurs heures ou plusieurs jours de couches et de temps de séchage minutieux et répétitifs. La création d’une seule pièce d’art urushi, telle qu’un bol ou un stylo-plume, peut prendre des semaines, voire des mois. La laque est un adhésif très fort.

Les feuilles, les graines et la résine de laque de Chine sont parfois utilisés en médecine chinoise pour traiter les parasites internes et pour arrêter le saignement. Les composés butéine et sulfururine sont des antioxydants et ont des effets inhibiteurs sur l'aldose réductase et les processus de glycation avancés.

Les moines bouddhistes qui pratiquaient l'art de Sokushinbutsu utiliseraient la sève de l'arbre lors de leur cérémonie.

1458

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire