Aesculus chinensis

Hippocastanaceae

 

Aesculus chinensis a été décrit en 1833 par Alexander Andrejewitsch von Bunge et le nom a été validement publié.

Taxonomie

Aesculus chinensis est une espèce du genre Aesculus, qui comprend environ 28 à 47 espèces et appartient à la famille des Hippocastanaceae (Hippocastanacées). L'espèce type du genre est Aesculus hippocastanum.

Caractéristiques

Feuilles

Aesculus chinensis est une plantes à feuilles caduques. Les feuilles sont vertes, palmées et opposées. Les folioles sont pétiolées à nervure pennée.

Fleurs et Fruits

Aesculus chinensis présente des fleurs à multiples pétales de couleur blanche qui s'organisent en panicule.
Les arbres forment des capsules de déhiscence loculicide.

Distribution

Aesculus chinensis provient du nord de la Chine.

Cultivation

Emplacement

Les arbres préfèrent des sols frais à humides. Le substrat doit être limono-sableux ou limono-graveleux. Les plantes supportent des températures jusqu'á -23°C.

Toxicité

Les plantes sont toxiques.

La graine est riche en saponines. Bien que toxiques, les saponines sont mal absorbées par le corps humain et la plupart passent donc sans danger. Les saponines sont assez amères et peuvent être trouvées dans de nombreux aliments courants tels que certains haricots. Ils peuvent être éliminés en lixiviant soigneusement les graines ou la farine dans l'eau courante. Une cuisson minutieuse, et peut-être en changeant l'eau de cuisson une fois, en supprimera également la plupart. Cependant, il n'est pas conseillé de manger de grandes quantités d'aliments contenant des saponines. Les saponines sont beaucoup plus toxiques pour certaines créatures, comme les poissons, et les tribus de chasse en ont traditionnellement mis de grandes quantités dans les ruisseaux, les lacs, etc. afin d'étourdir ou de tuer les poissons.

Aesculus chinensis est un arbre à feuilles caduques atteignant 25 m (82 pieds) par 10 m (32 pieds) à un rythme lent.
Il est rustique à la zone (UK) 6 et n'est pas sensible au gel. Il est en fleur en juillet et les graines mûrissent en septembre. L'espèce est hermaphrodite (a des organes mâles et femelles) et est pollinisée par les abeilles.
Convient aux sols légers (sableux), moyens (limoneux) et lourds (argileux) et préfère les sols bien drainés. PH approprié: sols acides, neutres et basiques (alcalins). Il peut pousser à mi-ombre (bois clair) ou sans ombre. Il préfère les sols humides.

Arbres atteignant 25 m de haut, à 2,5 m de dh. Rameaux glabres ou pubérulents à densément villeux lorsqu'ils sont jeunes. Pétiole 7-15 cm, pubérulent grisâtre ou glabre; limbe des feuilles 5-7 (-9) -foliolé; pétiolules de 0,5-2,5 (-3) cm, pubérulante grisâtres ou glabres; limbes des folioles oblongues-lancéolées, oblongues, oblongues-oblancéolées ou oblongues-obovales, de 8-25 (-30) × 3-8,5 (-10,5) cm, abaxialement glabres, tomenteuses grisâtres sur les nervures (parfois seulement lorsqu'elles sont jeunes), ou ± uniformément grisâtre tomenteux ou villeux, base cunéiforme à largement ainsi, arrondie ou légèrement cordée, marge dentelée ou crénelée-dentelée, apex brusquement acuminé; veines latérales en 13-25 paires. Inflorescence pubérulante ou glabre; pédoncule 5-10 cm; thyrse cylindrique, 15-35 cm, 2,5-12 (-14) cm de large à la base; rameaux de 2-4 (-6) cm, à 5-10 fleurs; pédicelles 2-8 mm. Fleurs parfumées. Calice de 3-7 mm, abaxialement pubérulent ou glabre. Pétales 4, blancs, avec des taches jaunes, subéquales, oblongues-obovales à oblongues-oblancéolées, 8-14 × 3-5 mm, abaxialement pubérulentes. Étamines 6 ou 7, 18-30 mm; filament glabre; anthère 1-1,5 mm. Style glabre ou villeux sauf au sommet. Capsule brun jaunâtre, ovoïde, globuleuse, obovoïde ou pyriforme, de 3-4,5 cm, densément pointillée mais lisse; péricarpe de 1 à 6 mm d'épaisseur après séchage. Graines 1 ou 2, brunes, globuleuses ou subglobuleuses, de 2-3,5 cm de diamètre; hile blanc, occupant moins de 1/3 à ca. 1/2 de graines. Fl. Avril-juin, fr. Sep-oct.

● Forêts à feuilles larges, près des ruisseaux dans les hautes forêts ombragées, bois, fourrés, pentes des montagnes et des collines, ravins, bords de routes, également cultivées; en dessous de 2000 (-2300) m. Originaire de Chongqing, S Gansu, N Guangdong, Guizhou, SW Henan, W Hubei, Hunan, W Jiangxi, S Shaanxi, Sichuan et NE Yunnan; cultivé dans le Hebei, le N Henan, le S Jiangsu, le S Shaanxi, le S Shanxi et le N Zhejiang.

L’Aesculus chinensis typique, décrit de Pékin, est planté, en particulier dans les jardins des temples et par les maisons, et n'est pas connu avec certitude à l'état sauvage. Les plantes cultivées du sud du Jiangsu et du nord du Zhejiang étaient décrites comme A. chekiangensis (réduites au rang variétal sous A. chinensis dans FRPS), mais elles se distinguent à peine des plantes de la région de Pékin et ont en fait certaines caractéristiques que l'on pensait distinguer A wilsonii, à savoir un péricarpe plus fin et un hile plus petit. Aesculus wilsonii a été décrit à partir de plantes sauvages à Chongqing, W Hubei et Sichuan, et dans sa forme typique diffère d’A. Chinensis par les caractéristiques ci-dessus et par ses feuilles abaxialement pubescentes (vs ± glabres) avec une base plus arrondie (vs. cunéate). Dans l'aire de répartition d’A. Wilsonii, il existe de nombreux intermédiaires avec A. chinensis, comme l'a noté Hardin (Brittonia 12: 34. 1960), qui a émis l'hypothèse que cette dernière espèce pourrait n'être qu'une forme cultivée de la première. Le commentaire dans FRPS sur les plantes indigènes d' A. Chinensis existant dans la chaîne de montagnes Qin Ling (S Shaanxi) était peut-être basé sur un commentaire de Rehder (dans Sargent, Pl. Wilson 1: 500. 1913), qui a été interrogé par Hardin ( loc. cit.), qui a noté que les spécimens qu'il a examinés du Shaanxi "représentent une forme d' A . wilsonii ". En effet, parmi les intermédiaires mentionnés ci-dessus se trouvent le même rassemblement vu par Hardin et un autre de Mianxian dans le sud-ouest du Shaanxi. Alors que des formes extrêmes peuvent facilement être attribuées à A. chinensis ou A. wilsonii, l'existence de tant d'intermédiaires rend impossible la délimitation des espèces et difficile même à justifier les taxons infraspécifiques. Nous avons donc décidé de reconnaître une espèce variable, A. chinensis, mais néanmoins de conserver un statut distinct pour les plantes sauvages, comme var. wilsonii.

Problèmes

Pour les plantes du genre Aesculus, les problèmes de maladie potentiels incluent l'oïdium, la rouille et l'anthracnose et les problèmes potentiels d'insectes incluent les vers à anse, les scarabées japonais et les foreurs. Le grillage des feuilles (les bords brunissent) peut se produire dans des conditions de sécheresse ou sur des sites exposés à des vents forts.


Limbes foliaires abaxialement glabres ou tomenteux grisâtres sur les nervures jeunes, base cunéiforme à large.

1a var. chinensis

+

Limbes foliaires abaxialement ± uniformément grisâtre tomenteux ou villeux, ou grisâtre tomenteux sur les nervures (parfois seulement quand ils sont jeunes), base largement cunéiforme à arrondie ou légèrement cordée.

 
     

 

5162

 

5163

 

5164

 

5165

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire