Ailanthus excelsa

Ailanthus excelsa

INTRODUCTION

Au cours de la dernière décennie, le système autochtone ou traditionnel a gagné en importance dans le domaine de la médecine. Dans la plupart des pays en développement, un grand nombre de populations dépendent des praticiens traditionnels, qui dépendent des plantes médicinales pour satisfaire leurs besoins en soins de santé primaires. Bien que les médicaments modernes soient disponibles, la phytothérapie a conservé son image pour des raisons historiques et culturelles. Depuis que l'utilisation de ces médicaments à base de plantes a augmenté, des problèmes et des préoccupations concernant leur qualité, leur sécurité et leur efficacité dans les pays industrialisés et en développement sont apparues (OMS, 1999). L'intérêt croissant a forcé le chercheur à examiner scientifiquement diverses revendications traditionnelles. Il est nécessaire de passer au crible les revendications traditionnelles car il s’agit d’une ère scientifique et chaque personne souhaite bénéficier du soutien scientifique avant d’utiliser les médicaments traditionnels. Ainsi, à l'heure actuelle, tant les utilisateurs que les professionnels de la santé recherchent des informations actualisées et de substitution sur la sécurité et l'efficacité de toute plante médicinale recommandée en tant que médicament avant son utilisation. La présente tentative consiste à examiner et à compiler les informations totales à ce jour sur divers aspects d’Ailanthus excelsa Roxb. Une plante utilisée dans l'école / le système de médecine indien à diverses fins (Kirtikar et Basu, 1995). L'Ailanthus est un genre de grands arbres feuillus, largement répandus en Indo-Malay, au Japon, en Chine et en Australie. Le genre est noté pour ses propriétés antidysentriques et antidiarrhéiques (Chopra et al. 1958). Les différentes espèces du genre sont Ailanthus glandulosa en Chine et dans la péninsule malaise (folioles très grossièrement dentées à la base et des filaments dépassant plusieurs fois l'anthère), Ailanthus malbarica en Indochine (folioles entières et des filaments plus gros que les autres) et Ailanthus excelsa in Inde (folioles à dents très grossières et filaments plus courts que les anthères) (Lavhale et Mishra, 2007). Ailanthus excelsa Roxb. Appartenant à la famille des Simaroubaceae, qui est définie dans le syllabus d’Engler, comprend six sous-familles de 32 genres et plus de 170 espèces d’arbores ou d’arbustes. Le genre le plus important est la picromnie avec environ 40 espèces indigènes des tropiques du nouveau monde. En effet, toute la famille est d’habitude pantropicale à l’exception des genres Picrasma et Ailanthus qui s’étendent à l’Asie tempérée. Les genres de Simaroubaceae sont généralement bien définis, mais la famille n’est que faiblement tissée. Une importante littérature botanique s'est accumulée sur la question de l'affinité et des cinq sous-familles Surianoideae (quatre genres), Kirkioideae (monogénérique), Irvingioideae (trois genres), Picramnioideae (monogénétique) et Alvaradoideae (monogénétique) ont toutes été retirées du Simaroubaceae le temps ou un autre. Cela ne laisserait que les Simarouboideae (22 genres) au sein des Simaroubaceae. Cette famille comprend les espèces suivantes riches en quassinoïdes et en d’autres constituants importants (Anonyme, 1985).
Ailanthus excelsa Roxb. (Simaroubaceae) est communément appelée Mahanimba en raison de sa ressemblance avec le neem (Azadirachita indica) et Maharukha en raison de sa grande taille. Ailanthus vient de ailanto qui signifie arbre du ciel et est le nom d'une des espèces présentes dans les Moluques, tandis qu'en latin excelsa signifie grand. La plante est connue sous différents noms comme arbre du ciel en anglais et d’autres noms locaux indiens sont les suivants (Database, 2000).

Ailanthus excelsa, communément appelé arbre du ciel, est un grand arbre à feuilles caduques que l'on trouve en Inde et au Sri Lanka.

En tamoul, il est également connu sous le nom de Pi-Nari Maram en raison de son odeur désagréable.

Médias
En Inde, il est communément appelé MAHARUKH ou MAHANEEM. C'est un arbre de résineux ayant des feuilles composées. Ceci est également utilisé dans l'industrie des allumettes. Il est utilisé comme fourrage pour les chèvres en Inde. C'est l'un des meilleurs arbres utilisés pour piéger les particules en suspension (SPM).

1357

1358

Nom commun: Arbre des cieux indien, Coramandel ailanto • Hindi: Mahanimb, Maharukh • Marathi: Marukh, Mahrukh, mahanimb • Tamil: Agal, Perumaram, perumaruntu • Malayalam: Mattipongilyam, Pérou, Tel Perumaram : pedda, peddamandu, peddamanu • Kannada: bende, dodabevu, dodda • oriya: lunaison nordique • sanskrit: aralu, araluka, araluvrksa.


Nom botanique: Ailanthus excelsa

 

Famille: Simaroubaceae (famille Quassia)


Indian Tree of Heaven est un grand arbre à feuilles caduques, 18-25 m de haut; tronc droit, 60-80 cm de diamètre; écorce gris clair et lisse, devenant gris brun et rugueuse sur les grands arbres, aromatique, légèrement amer. Feuilles alternes, composées pinnatiquement, grandes, 30-60 cm ou plus de longueur; folioles de 8 à 14 paires ou plus, à long pétiole, ovales ou en forme de lance, à base très inégale, de 6 à 10 cm de long, de 3 à 5 cm de large, souvent incurvées, à longue pointe, à glande poilue; bords grossièrement dentés et souvent lobés. Les grappes de fleurs tombent à la base des feuilles, plus courtes que les feuilles, très ramifiées; nombreuses fleurs, principalement mâles et femelles sur différents arbres, à tiges courtes, jaune verdâtre. Cinq sépales, 5 pétales étroits étalés sur 6 mm. Fruit: Samara à 1 graine, en forme de lance, plat, pointu aux extrémités, 5 cm de long, 1 cm de large, rouge cuivré, fortement veiné, tordu à la base. Le nom de genre Ailanthus vient d’ailanthos (arbre du ciel), nom indonésien pour Ailanthus moluccana. Floraison:

janvier-mars.
Utilisations médicinales: [Avertissement: information non vérifiée] Écorce utilisée en Inde comme puissant remède contre la fièvre et tonique. Les feuilles et les écorces sont réputées comme toniques après le travail, et le jus des feuilles et de l'écorce fraîche employés par les Konkans comme remède contre les douleurs postérieures.

 

Abstrait
Au cours de la dernière décennie, les médicaments à base de plantes et les médicaments ayurvédiques sont devenus un sujet d'importance mondiale, avec des implications à la fois médicinales et économiques. Une utilisation régulière et généralisée des herbes dans le monde entier a accru les préoccupations sérieuses quant à leur qualité, leur sécurité et leur efficacité. Ainsi, une preuve scientifique appropriée ou une évaluation est devenue le critère d'acceptation des allégations de santé à base de plantes. Ailanthus excelsa Roxb. est un arbre appartenant à la famille des Simaroubacées, originaire de l’Inde centrale et méridionale. Communément, il est connu comme une plante du ciel. Les revendications traditionnelles, les recherches phytochimiques et les évaluations pharmacologiques ainsi que certaines formulations ayurvédiques fournissent l’ossature à la fabrication de cet arbre comme plante du ciel. Ce n’est pas faux de dire que c’est grand parce qu’il a plusieurs activités. Cet article de revue explore les connaissances ou revendications traditionnelles ainsi que les aspects pharmacognostiques, phytochimiques, pharmacologiques et futurs de cette plante. Au fil des siècles, les humains ont exploité les richesses de la nature pour découvrir de nouveaux phytoconstituants qui ont été utilisés pour le traitement de nombreuses maladies; beaucoup de ces traitements sont utiles même aujourd'hui comme médecine moderne. De nouvelles preuves suggèrent également que la recherche sur l'utilisation de composés actifs de la nature dans la lutte contre les maladies humaines se poursuit et qu'elle ouvre également la voie à la recherche de nouveaux composés actifs naturels et nouveaux, semi-synthétiques ou synthétiques.

 

L'arbre du ciel grandit rapidement et est largement cultivé dans de nombreuses régions de l'Inde, à proximité des villages. L'arbre est originaire du sud et du centre de l'Inde et est réparti dans la péninsule occidentale, le Rajasthan, le Bihar, l'Orissa, le Bundelkhand, dans le Madhya Pradesh, le Broach et le district de Panchamal du Gujarat, dans des forêts sèches de Maharastra, dans les forêts de Deccan et de Karnataka, N. Circars, forêt de Tamilnadu. Il est souvent planté le long des routes. On le trouve exotique au Soudan. L'usine est connue pour son importance économique et commerciale élevée (Anonyme, 1985; Database, 2000).

DISTRIBUTION

C'est un grand arbre à feuilles caduques, 18-25 m de haut; tronc droit, de 60 à 80 cm de diamètre; écorce gris-brun clair et rêche sur les grands arbres, aromatique légèrement amer. Feuilles alternes, composées pinnatiquement, grandes, 30-60 cm ou plus de longueur; folioles de 8 à 14 paires ou plus, à long pétiole, ovales ou à grosses lances, à base très inégale, de 6 à 10/90 cm de long, de 3 à 5 cm de large, souvent incurvées, à longue pointe, à glande poilue; bords grossièrement dentés et souvent lobés. Grappe de fleurs lobée à la base des feuilles, plus courte que les feuilles, très ramifiée; nombreuses fleurs, principalement mâles et femelles sur différents arbres, pédonculées, jaune verdâtre; calice à 5 lobes; 5 pétales étroits s'étendant sur 6 mm; étamines 10; sur les autres fleurs, 2-5 pistils séparés, chacun avec un ovaire elliptique, un ovule et un type élancé. Fruit: Samara à 1 graine, en forme de poil, plat, pointu aux extrémités, 5 cm de long, 1 cm de large, rouge cuivré, fortement veiné, tordu à la base (Fig. 1a, b et 2). Le nom générique Ailanthus vient de ailaanthos (arbre du ciel), l'indonésien de Ailanthus moluccana (Anonyme, 1985; Database, 2000; Lavhale et Mishra, 2007).

Les feuilles seraient utilisées comme adultérant pour Adhatoda zeylanica / (Adhatoda vasica Nees.). Son écorce est un bon substitut du kutaj (Holarrhena antidysenterica Wall.). Il est cultivé comme allée pour son ombre profonde et peut être utilisé à des fins anti-érosions. Il prospère mieux sur un sol limoneux poreux. L'arbre peut être élevé à partir de graines et de souches. Sa croissance rapide et son immunité absolue au pâturage confèrent à l'espèce le premier choix parmi les bois tendres (Anonyme, 1956). Les feuilles sont considérées comme du fourrage très appétant et nutritif pour les ovins et les caprins et un arbre produit en moyenne environ 500 à 700 kg de feuilles vertes deux fois par an. Le bois est saint, blanc jaunâtre et convient parfaitement à l'ébénisterie (Bhandari et Gupta, 1972).

 

Occlusions vasculaires dans la tige d'Ailanthus excelsa Roxb .: Cavités gommeuses-résineuses traumatiques présentes ou développées dans la tige d'Ailanthus excelsa Roxb. La tige d'Ailanthus excelsa Roxb. (Simaroubaceae) peuvent développer des occlusions vasculaires et des cavités gomme-résine dans le xylème en réponse à une blessure et à une infection. Des hyphes fongiques sont observés dans la lumière du vaisseau et dans les cellules de parenchyme adjacentes. Les occlusions sont apparues sous différentes formes et ont montré une composition chimique variable. La nature chimique du matériau d'occlusion était différente de celle de l'exsudat formé dans les cavités. La majorité des occlusions contenaient des lipides, des protéines, des polysaccharides, des composés phénoliques, de la lignine et probablement de la pectine, tandis que l'exsudat contenait des lipides, des protéines et quatre sucres solubles. Tous les composants de l'occlusion, à l'exception de la lignine et de la pectine, semblent s'être formés dans les cellules du parenchyme adjacentes au vaisseau et avoir migré vers la lumière du vaisseau à travers les creux de la paroi du vaisseau. Les différents composants migrent indépendamment dans la lumière du vaisseau où ils se mélangent pour former des occlusions (Shah et Babu, 1986).

Ecologie et distribution
Histoire de la culture: cet arbre est originaire de l’Inde centrale, occidentale et méridionale, mais il se propage maintenant à d’autres régions semi-arides et subtropicales. Il est assez commun dans le centre du Soudan et se trouve planté sur des sols riverains et sablonneux.

Habitat naturel: Ailanthus excelsa pousse bien dans les régions semi-arides et semi-humides et a été jugé apte à la plantation dans des zones sèches avec des précipitations annuelles d'environ 400 mm. On le trouve couramment dans les forêts mixtes de feuillus et dans certaines forêts de sal, mais il est rare dans les zones humides où la mousson est intense. Les associations de plantes comprennent Acacia catechu, A. leucophloea et Azadirachta indica. C'est une espèce relativement tolérante au sel.

Limites biophysiques: Altitude: 0-900 m, Température annuelle moyenne: 0-45 ° C, Précipitations annuelles moyennes: 500-2 500 mm.

Type de sol: Se développe dans une grande variété de sols, mais se développe mieux dans les loams sableux poreux. Il évite les sols argileux peu drainés et les zones gorgées d'eau. Sa croissance est faible sur des sols peu profonds et secs.


Biologie de la reproduction: Les fleurs apparaissent en grandes grappes ouvertes parmi les feuilles vers la fin de la saison froide. Des fleurs mâles, femelles et bisexuées sont mélangées sur le même arbre. Les fruits mûrissent juste avant le début de la mousson. Les graines sont très légères et sont dispersées au loin par la propagation et la gestion du vent (Vogt, 1995).

Méthodes de propagation: La reproduction naturelle se produit à travers la graine et le taillis. La régénération des plantules est généralement rare et on ne peut pas compter sur elle pour régénérer les peuplements naturels. La régénération naturelle par taillis et drageons est suffisante tant que les arbres récoltés sont en bonne santé. La régénération artificielle se fait par semis direct ou par plantation de semences prégermées (Hong et al., 1996).

Gestion des arbres: Ailanthus excelsa a de fortes exigences en matière de lumière. L'espacement recommandé est de 6x6 m pour l'agroforesterie et de 3x3 m dans les plantations en blocs. Les semis sont sensibles au gel et sont facilement supprimés par les mauvaises herbes en raison de l'ombrage. La sécheresse prolongée tue également les semis, bien que les poteaux et les arbres résistent à la sécheresse. La saturation en eau et le mauvais drainage entraînent une mortalité élevée des semis. Il recoupe bien et produit des drageons qui doivent être éclaircis pour réduire la concurrence.

Gestion du matériel génétique: Les graines sont généralement cueillies avant maturité, car les fruits bien mûrs risquent de perdre la plupart de leurs graines en raison de la dispersion par le vent dès que des tentatives sont faites pour les récolter. Le comportement de stockage des graines est probablement orthodoxe; la viabilité est maintenue pendant 1 an en stockage ouvert. Il y a environ 9500 graines kg-1.

Prestations de service
Ombre ou abri: Ailanthus excelsa est cultivé comme arbre d’ombrage et d’avenue dans la plupart des régions les plus chaudes de l’Inde.

Limite ou barrière ou support: Les arbres servent de brise-vent le long des bordures de champs.

Ravageurs et maladies: Atteva fabriciella, A. niveigutta et Eligma narsissus défoliés l’arbre. Les Baters comprennent Batocera rufomaculata. Parmi les champignons, on trouve les champignons de la tache des feuilles (Cercospora glandulosa) et Alternaria sp. (Anonyme, 1986).

Essai de provenance sur Ailanthus excelsa (Projet 1: AFRI-40 / FGTB / 1994-2006)
Ailanthus excelsa: Les caractères morphologiques des graines des différentes Provenances ont été enregistrés en termes de longueur, de largeur et de poids spécifique. Le poids de test le plus élevé enregistré dans la province de Jodhpur était de 120 g, suivi de Jodhpur et Kajipet de 105,8 et 105,1 g, respectivement. Le poids spécifique le plus faible (55,5 g) a été enregistré avec une provenance de Bilaspur. La longueur de la graine était la plus élevée (6,6 ± 0,5 cm) dans la province de Kajipet. La longueur de la graine des autres Provenance variait de 5,60 à 2,52 cm. Bikaner Provenance a déclaré que la largeur maximale des semences était de 1,46 ± 1,7 cm et que le minimum était de 0,78 ± 0,1 cm de Bilaspur Provenance. Le pourcentage de germination était particulièrement dans la région chaude aride et semi-aride de la province de Balaghat, qui était de 50,7%. La province suivante était Jodhpur Provenance, avec 40,1% de germination. La performance de germination la plus faible a été affichée par Jaipur
Provenance (0,41%). (Inde).

Pharmacognosie (Anonyme, 1985; Base de données, 2000)
Écorce: L'écorce est d'environ 1 cm d'épaisseur, superficiellement blanchâtre, rugueuse avec des fissures irrégulières. La surface intérieure est de couleur jaunâtre, blanche et fibreuse. Les lenticelles sont allongées verticalement avec des extrémités pointues, cloquées au centre et de couleur brun blanchâtre. Le goût est amer. En coupe transversale, le phellogène est constitué de cellules à parois minces allongées de manière tangentielle. Le liège et le cambium proviennent d'une seule couche sous-épidermique. Phelloderme est composé de cellules parenchymateuses avec des plaques de scléroïdes et de sphérocristaux isolés dispersés dans le tissu. Les grains d'amidon sont également présents. Les scléroïdes sont longs avec une lumière étroite et piqués. Le cortex primaire réduit dans l'écorce mature et montre la présence de fibres et de scléroïdes. Le phloème est constitué de parenchyme de phloème et de fibres traversées par des rayons médullaires. Les fibres du phloème se présentent seules ou en petits groupes, disposées en anneau concentrique. Les fibres sont longues avec des extrémités effilées et pointues et une marge parfois dentelée ou présentant une cheville ressemblant à une projection du côté des parois dénoyautées. Les rayons médullaires sont généralement multisériés et parfois unisériés, composés de cellules allongées radialement. Le cristal d'oxalate de calcium (polygonal, prismatique, rhomboïdal, en forme de bâtonnet) est abondant dans le phelloderme et les sphéroïdes sont dispersés dans le phloème secondaire de l'écorce.

Feuille: Les feuilles sont pennées, vert grisâtre, de texture douce et veloutée, avec des carottes aux pennes irrégulièrement dentées inégales à la base et un pétiole non cannelé. En coupe transversale, la feuille est de type subsentrique avec une seule rangée de cellules de palissade. La cuticule est striée; les parois des cellules épidermiques sont rectilignes avec une tendance au perlage. Les stomates sont des anomalies

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire