Abies bracteata (Sapin de Santa Lucia, Sapin bractifère)

Abies bracteata est une espèce d'arbre de la famille des Pinacées ; en français il est appelé Sapin bractéifère ou Sapin de Santa Lucia. Il ne pousse à l'état naturel que sur les pentes des Santa Lucia Mountains, dans le sud-ouest de la Californie.

 

Abies bracteata

Description de cette image, également commentée ci-après

Abies bracteata, planche de Flore des serres et des jardins de l'Europe

Classification

Règne

Plantae

Division

Pinophyta

Classe

Pinopsida

Ordre

Pinales

Famille

Pinaceae

Genre

Abies

 

Nom binominal

Abies bracteata
(D.DonD.Don ex Poit.1845

Classification phylogénétique

Classification phylogénétique

Ordre

Pinaceae

Famille

Abies

 

Description

Un arbre étroitement conique de 12-30 m de haut, 10-30 (100) cm de diamètre, avec une couronne ressemblant à une flèche et avec des ramifications courtes et légèrement retombantes. Ecorce rouge-brun, mince, lisse, avec l'âge devenant légèrement fissuré et cassé en écailles appressées. Les branches divergent du tronc à angle droit, les basses tombant souvent en âge. Rameaux lisses à légèrement pubescents, brun rougeâtre brillant, vert violacé ou brun. Bourgeons exposés, ovales à fusiformes, brun jaunâtre pâle, pointus, de 10 à 20 mm de long, non résineux, pointus; écailles basales courtes, larges, équilatéralement triangulaires, glabres, non résineuses, marges entières, apex pointu. Aiguilles 2-classées spiralées, aplaties, rigides, avec une veine abaxiale surélevée, pointant vers l'avant, distinctement séparées, vert foncé brillant, (25) 35-55 (60) de long sur 2,5-3 mm de large, avec 2 larges bandes blanches en dessous avec 8-10 rangées stomatiques de chaque côté de la nervure médiane; odeur piquante; base tordue; apex à longue épine; section transversale plate-convexe; canaux de résine petits, près des marges et couche épidermique abaxiale. Cônes stratifiés à la pollinisation jaune pâle à jaune-vert, 5-7 cm de long par 2-3 cm de large. Ovule conique ovoïde, résineux, (6) de 7-10 (14) cm de long sur 4-5,5 cm de large, brun-violet à brun-violet, porté par de grands pédoncules; échelles ca. 1,5-2 × 2-2,5 cm, glabre, mince, arrondi, finement serré; bractées longtemps exsérées, non réfléchies, trilobées, brun jaunâtre, s'étendant sur 4-5 cm au-delà des écailles, résineuses. Graines brillantes, brun rouge foncé, 5 mm de long, ailes 8-11 mm de long; cotylédons ca. 7 (Talley 1972, près des marges et de la couche épidermique abaxiale. Cônes stratifiés à la pollinisation jaune pâle à jaune-vert, 5-7 cm de long par 2-3 cm de large. Ovule conique ovoïde, résineux, (6) de 7-10 (14) cm de long sur 4-5,5 cm de large, brun-violet à brun-violet, porté par de grands pédoncules; échelles ca. 1,5-2 × 2-2,5 cm, glabre, mince, arrondi, finement serré; bractées longtemps exsérées, non réfléchies, trilobées, brun jaunâtre, s'étendant sur 4-5 cm au-delà des écailles, résineuses. Graines brillantes, brun rouge foncé, 5 mm de long, ailes 8-11 mm de long; cotylédons ca. 7 (Talley 1972, près des marges et de la couche épidermique abaxiale. Cônes stratifiés à la pollinisation jaune pâle à jaune-vert, 5-7 cm de long par 2-3 cm de large. Ovule conique ovoïde, résineux, (6) de 7-10 (14) cm de long sur 4-5,5 cm de large, brun-violet à brun-violet, porté par de grands pédoncules; échelles ca. 1,5-2 × 2-2,5 cm, glabre, mince, arrondi, finement serré; bractées longtemps exsérées, non réfléchies, trilobées, brun jaunâtre, s'étendant sur 4-5 cm au-delà des écailles, résineuses. Graines brillantes, brun rouge foncé, 5 mm de long, ailes 8-11 mm de long; cotylédons ca. 7 (Talley 1972, brun jaunâtre, s'étendant de 4 à 5 cm au-delà des écailles, résineux. Graines brillantes, brun rouge foncé, 5 mm de long, ailes 8-11 mm de long; cotylédons ca. 7 (Talley 1972, brun jaunâtre, s'étendant de 4 à 5 cm au-delà des écailles, résineux. Graines brillantes, brun rouge foncé, 5 mm de long, ailes 8-11 mm de long; cotylédons ca. 7 (Talley 1972,Silba 1986 ). Les fleurs fleurissent au début de mai, les cônes mûrissent et dispersent les graines de la fin d'août à octobre ( Liu, 1971 ).

"Pour un sapin, cet arbre a de nombreux caractères inhabituels: grandes aiguilles" xéromorphes "à bout pointu, écorce mince (susceptibilité au feu), branches inférieures persistantes (même lorsque les arbres mesurent 4 pieds DBH et 150 pieds de haut), club indien Il a été trouvé que ces bractées se confondaient imperceptiblement avec des aiguilles normales dans des cônes mutants d'un arbre échantillonné dans le parc régional de Tilden, Oakland, 1971. Cependant, le nombre de chromosomes est de 24 comme le reste des Pinaceae sauf Pseudotsuga , et le caryotype est distinctement celui d'un Abies "(Talley 1972).

 

Hauteur max : 60 m. Port pyramidal et cime étroite. Rameaux pendants garnis de longues feuilles falciformes et piquantes, d'un vert sombre dessus, avec deux bandelettes blanches dessous. Bourgeons secs, fusiformes, aigus, brun jaunâtre. Cônes ovoïdes, trapus, de 7 à 10 cm de long pour 5 à 7 cm de large. Bractées longuement saillantes et épineuses. Jeunes rameaux glabres, jaune verdâtre. Rhytidome fissuré en plaques irrégulières, gris clair, adhérentes au tronc.

Biologie et acclimatation

Cette espèce est sensible aux gelées tardives, ainsi qu'aux hivers très rigoureux (−15 °C). Elle préfère les régions méridionales et océaniques et la pleine lumière. Multiplication par graines.

Intérêts

Arbres de parcs.

Distribution et écologie

États-Unis: Californie: Santa Lucia Mountains. Cette zone est une bande côtière étroite dans la forêt nationale de Los Padres ( Little 1980 ).

Données de distribution de l’USGS (1999) .

Le climat est méditerranéen avec des précipitations annuelles d'environ 500-1300 mm. Hardy à la zone 7 (limite de rusticité comprise entre -17,7 ° C et -12,2 ° C) ( Bannister et Neuner 2001 ). Trouvé dans les fonds de canyon humides et les pentes rocheuses où les accumulations de carburant ne permettent pas le feu. La plage de latitude est entièrement comprise entre 36 et 37 ° N, et l'altitude varie de 180 à 1570 m (au sommet de Cone Peak). Les associés communs sont Pinus coulteri , P. ponderosa , Pseudotsuga menziesii et Quercus chrysolepis ( Liu 1971 ). Voir aussi Thompson et al. (1999) .

Sapin de Santa Lucia, Abies bracteata, est le sapin le plus rare au monde, étant endémique des montagnes de Santa Lucia en Californie. À l'intérieur de ces montagnes, il se trouve dans des bosquets dispersés dont l'altitude varie de 600 à 5150 pieds, la plupart des peuplements étant situés sur des pentes exposées au nord et au nord-est. Au-dessus de 4500 pieds, des individus se trouveront occasionnellement sur des pentes exposées au sud et au sud-est; ces arbres peuvent toujours être tracés jusqu'à des microsites relativement humides et abrités. Les peuplements en dessous de 1700 pieds sont rares et sont toujours au fond d'un grand canyon, où le drainage de l'air froid est important. Le camp le plus bas se situe entre 600 et 900 pieds au camp Ventana sur la rivière Big Sur. Cet endroit se trouve au fond d'un canyon de 300 pieds de profondeur, dans la ceinture de séquoia, et est fréquemment brumeux. Ces données suggèrent un faible potentiel hydrique [je suppose qu'il signifie faible en valeur absolue] comme un facteur limitant important dans la distribution des arbres. L'indice du site du sapin mature, les dimensions de l'aiguille et la taille des graines et des cônes indiquent tous cette conclusion. Il n'y a pas de données d'introduction réussies pour l'est des États-Unis, alors que de nombreux bosquets prospèrent en Europe. Cela suggère que Santa Lucia sapin peut également exiger des températures équitables. Une autre preuve d'une exigence de température égale peut être observée dans les dimensions de l'aiguille (relation de la longueur à la largeur), mais cela reste spéculatif.

La nature largement éparpillée des sapinières dans les monts Santa Lucia est principalement due à la susceptibilité de cet arbre aux blessures causées par le feu, bien que la compétition avec d'autres végétaux et aspects soit également importante. Les grands peuplements de sapins se trouvent toujours dans des régions de falaises escarpées ou de canyons escarpés qui sont assez abrupts pour empêcher l'accumulation de litière assez étendue pour porter un feu intense. Cela fournit également une surface de sol minérale pour les graines en germination. Les deux influences sont considérées comme importantes. Le feu de Buckeye Canyon de septembre 1970 a présenté un exemple frappant de la façon dont cet arbre est limité par le feu. Cet incendie était l'un des plus chauds, certainement le plus important, de plusieurs décennies. Les pentes entières ont été complètement «nettoyées», tandis que les deux peuplements de sapins de la brûlure n'ont reçu que des feux au sol ou n'ont pas brûlé du tout.

Il y a eu des spéculations que le feu ou les insectes vont éliminer cet arbre dans un proche avenir. Alors que le feu a certainement réduit l'aire de répartition potentielle du sapin dans les monts Santa Lucia et deux espèces de calcidés (Megestigans) (?)) Infligent normalement 100% de mortalité à la culture de semences annuelle, et une larve verte (probablement un papillon) défolie sévèrement les jeunes pousses, le sapin ne semble pas menacé d'extinction ou de restriction supplémentaire de son aire de répartition. Les bonnes récoltes de graines sont occasionnellement produites par la capacité du sapin à répondre aux fluctuations climatiques avec une fluctuation dramatique de la production annuelle de cônes, submergeant littéralement les guêpes avec plus de graines qu'elles ne peuvent parasiter en une année et produisant presque pas de cônes l'année suivante. Les données quantitatives pour ce phénomène sont encore en cours d'analyse mais des conclusions provisoires pointent directement pour une interaction du climat et de la production de cônes antérieurs conduisant à la production de cônes de la même manière que les anneaux larges et étroits sont produits dans les climats semi-arides. Quant aux larves vertes qui défolient à la fois les jeunes arbres et les arbres matures, les larves devront simplement être élevées et le cycle biologique reconstitué. Quant aux scolytes qui attaquent les troncs et les branches des sapins, leur impact total n'est pas alarmant et, comme les autres insectes, semble représenter un équilibre stable.

Le sapin de Santa Lucia peut aussi être résistant à la pollution de l'air car le bosquet de Tilden Park prospère, tout comme les arbres de San Francisco et d'Europe. Avec la plus grande partie de l'aire de répartition de la forêt nationale de Los Padres (unité de Monterey) et sur le Heart Ranch, il semble que l'habitat de cet arbre soit peu perturbé. La seule utilisation que l'arbre peut trouver en dehors du contrôle des bassins versants et contribuer à la beauté des montagnes de Santa Lucia est comme plante ornementale. Avec le bosquet de Tilden Park produisant maintenant une abondance de graines exemptes d'organismes nuisibles, de plus en plus de ces beaux arbres devraient être plantés.

Santa Lucia fir (Abies bracteata). Cone Peak, Ventana Wilderness, Los Padres National Forest, Monterey County, CA. Copyright © Jeff Bisbee.

 

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire