Ziziphus mucronata

Ziziphus mucronata

Ziziphus mucronata, le Jujubier de l'hyène, est une plante ligneuse de la famille des Rhamnacées.

Famille: Rhamnaceae
Noms communs: buffalo thorn (Eng.); blinkblaar-wag-'n-bietjie (Afr.); umphafa, umlahlankosi, isilahla (isiZulu); umphafa (isiXhosa); umlahlabantu (swazi); Mokgalo (Tswana); mutshetshete (Venda); mphasamhala (Tsonga); mokgalô, moonaona (N Sotho).

Position
 Soleil

Informations générales
À feuilles caduques
Tolérance à la sécheresse: élevée
 Givre: Hardy
 Eau Sage


Information spécifique
Ziziphus mucronata serait l’un des arbres les plus adaptables, poussant dans tous les types de sol et capable de résister à la chaleur intense, au froid, au gel et à la sécheresse. Les épines sont appariées le long des tiges, l’une tournée vers l’avant et l’autre vers l’arrière.

Fleurs
La description

Grappes denses: peu visibles


Saison
Printemps à l'été

Couleur
Blanc verdâtre

Taux de croissance
Lent

Usages des plantes
Attire les abeilles, les papillons et autres insectes
Attire les oiseaux
Frontière 

Remplisseur
Fournit une ombre légère / tachetée

Jardin de roches
Convient pour bonsaï
Convient pour les petits jardins
Jardin sauvage


Distribution et habitat
Absent du Cap occidental, mais tout au long de la saison estivale, des régions d'Afrique subsaharienne s'étendant de l'Afrique du Sud à l'Ethiopie et à l'Arabie, dans les zones boisées, les garrigues, les koppies rocheuses, les prairies ouvertes, les cours d'eau, les fonds de vallée et le long des lisières des forêts
Suggestions de plantation

L'épine de buffle poussera dans presque tous les types de sol et supportera aussi bien la chaleur que le froid. Paillez bien et arrosez régulièrement jusqu'à ce Continuez à arroser et à vous nourrir si vous souhaitez accélérer le processus de croissance.

L'ancienne méthode consistant à creuser un trou profond et à le remplir avec de la terre et du compost a empêché de nombreux arbres de prospérer, de mourir, de pourrir à la base ou pire encore, de tomber par la suite en raison du développement médiocre des racines. Reportez-vous aux sites suivants pour connaître la meilleure méthode de plantation d’arbres:

 

Ziziphus mucronata

1288

Classification APG III (2009)

Règne

Plantae

Clade

Angiospermes

Clade

Dicotylédones vraies

Clade

Noyau des Dicotylédones vraies

Clade

Rosidées

Clade

Fabidées

Ordre

Rosales

Famille

Rhamnaceae

Genre

Ziziphus

 

Nom binominal

Ziziphus mucronata
Willd., 1809

 

Répartition

Afrique, Arabie.

Liste des sous-espèces

Selon Catalogue of Life (1 avril 2016)2 :

  • sous-espèce Ziziphus mucronata subsp. mucronata
  • sous-espèce Ziziphus mucronata subsp. rhodesica

Selon NCBI (1 avril 2016)3 :

  • sous-espèce Ziziphus mucronata subsp. rhodesica

Selon Tropicos (1 avril 2016)4 (Attention liste brute contenant possiblement des synonymes) :

  • sous-espèce Ziziphus mucronata subsp. mucronata
  • sous-espèce Ziziphus mucronata subsp. rhodesica R.B. Drumm.

Description

  • arbuste semi-caducifolié, atteignant 15 m de haut, parfois zigzaguant
  • épines par paire, l'une droite, l'autre courbe
  • écorce gris-brun
  • feuilles simples, de 3–6 cm de long, dentées à l'apex, à 3 nervures principales
  • fleurs petites, jaune-verdâtre, en glomérules
  • fruit arrondi de 2 cm de diamètre, rouge-brun

1289

Rameaux épineux

 

1290

Feuilles

 

1291

Feuilles et boutons de fleurs

 

 

1292

Fleurs

1293

Rameaux en fruits

1294

Fruits sur l'arbre défeuillé

 

Ziziphus mucronata, ou plus communément, l'arbre wag-'n-bietjie représente la vie telle que nous la connaissons. Les jeunes rameaux sont en zigzag, ce qui indique que la vie n’est pas toujours simple. Deux épines aux nœuds sont également significatives; une face en arrière représente notre origine et une face en avant représente notre direction.

1295

La description
Ziziphus mucronata est un arbre de taille petite à moyenne, mesurant entre 3 et 10 (-20) m; avec un auvent en expansion. La tige principale est verte et velue quand elle est jeune; branches d'un an souvent en zigzag; l'écorce est brun rougeâtre ou gris tacheté grossièrement, fendue en petits blocs rectangulaires révélant une sous-surface rouge et filandreuse. Les jeunes tiges sont brun rougeâtre.

 Arbuste épineux et sarmenteux, buisson de 4-10m de haut, avec branches enchevêtrées et retombantes. Ecorce grise à brune, lisse ou fissurée, à tranche rouge. Ram : brun rouge foncé, parfois lenticellés, en zigzag. Epines disposées par deux à l’aisselle des feuilles, l’une plus ou moins droite et effilée, une orientée vers le haut de 0,8 cm de long, l’autre en crochet vers le bas plus courte. Fe alternes, ovales, à bord finement crénelé, sommet acuminé et mucroné, à base arrondie nettement asymétrique. Limbe vert pâle, plus ou moins pubescent devenant glabre sur les nervures dessous. Pet tomenteux à glabre de 0,2-0,7 cm de long. Nervures palmée à la base, à 3 nervures basales, puis les deux nervures extérieures remontant le long du bord du limbe, portant chacune 7-10 nervures tertiaires peu saillantes, arquées et plus ou moins parallèles entre elles. Inflorescence fascicule de 10-20 fleurs, disposées à l’aisselle des feuilles. Fl pédicellée (de 1-3 mm de long), jaune vert, de 3-4 mm de diamètre, avec un calice glabre à 5 dents, corolle à 5 pétales. Fr drupe globuleuse, glabre, de 1-1,8 cm de diamètre, brun rouge foncé à maturité, contenant un gros noyau noyé dans une pulpe plus ou moins farineuse.

Floraison : plutôt en seconde partie de saison sèche.

Ecologie de l’espèce : habite les savanes soudaniennes à guinéennes, sur sols, gravillonnaires ou rocheux, bords de rivières ou termitières

Répartition : de la Mauritanie et du Sénégal au Cameroun, Afrique et Asie tropicale. Disséminée, commune. Au Niger, elle est présente dans presque tout le pays.

Utilisation : ● Racines diurétiques, pugatives pour hématurie, gonococcie, lumbago. Ecorce vermifuge pour adétite, abcès, tumeur, syphilis.☺ Fruits pulpe goût amer, consommée fraîche. Ψ Fe appétées par les chèvres et moutons. Branches pour clôtures et enclos pour bétail. Plantée pour ombrage, brise-vent, haie vive. Fl appréciées des abeilles. □ Bois, résistant aux termites. Pour piquets, poteaux, manches d’outils, bois de feu et charbon. 

1296

Les feuilles sont simples, alternes; ovée ou largement ovée; varient énormément en taille d'arbre en arbre, 30-90 x 20-50 mm, apex effilé ou souvent mucroné, base fortement asymétrique, cordée à arrondie d'un côté; bord finement dentelé, souvent mal mangé par les insectes, vert brillant dessus, légèrement poilu et plus pâle dessous; 3- à 5 veinés à partir de la base; veines couvertes de poils fins quand elles sont jeunes; pétiole jusqu'à 20 mm de long; Les stipules, lorsqu'elles sont présentes, prennent la forme de petites épines au niveau des nœuds, l'une droite et l'autre accrochée. Les feuilles deviennent jaunes d'or en automne.

1297

Les fleurs sont portées en grappes denses à l'aisselle des feuilles; vert à jaune; ± 4 mm de diamètre; discret (octobre-février). Le fruit est une drupe lisse, brillante, coriace, sphérique, de 12 à 20 mm de diamètre, brun rougeâtre ou rouge foncé à maturité, légèrement sucrée, la pulpe est sèche. Les fruits restent parfois longtemps après la chute des feuilles (mars-août). Les graines sont généralement solitaires, elliptiques et comprimées.

1298

État de conservation

État des données en rouge: Non évalué (NE).
Distribution et habitat

L'épine de buffle est répartie dans les zones de précipitations estivales de l'Afrique subsaharienne, s'étendant de l'Afrique du Sud au nord de l'Ethiopie et de l'Arabie.

Ziziphus mucronata se développe dans les zones à végétation épineuse des climats tempérés et tropicaux. On le trouve également dans un large éventail d'habitats tels que les forêts, les garrigues, les koppies rocheuses, les prairies ouvertes, sur une variété de sols le long des cours d'eau, au fond des vallées et des lisières des forêts, riches en nutriments. Il atteint sa plus grande taille en bordure d'une forêt de broussailles et sur des sols alluviaux profonds près de l'eau. On dit que sa présence indique la présence d'eau souterraine.
Dérivation du nom et des aspects historiques

Les anciens Grecs appelaient l'arbre zizyphon, de l'arabe zizouf, nom du lotus mythique. Cela a été pris en latin comme zizyphe, ou zizypha pour les fruits. Le nom d'espèce mucronata est un mot latin qui signifie pointé, probablement en référence aux épines ou au sommet des feuilles. Les épines stipulaires aux nœuds donnent à l'arbre son nom afrikaans commun, wag-’n-bietjie. Malgré leur petite taille, ces épines sont extrêmement vicieuses et tous ceux qui sont entrés en contact avec elles sauront que vous devez attendre un peu si vous voulez vous en libérer.

Il existe 49 genres et 900 espèces dans la famille des Rhamnaceae (Simpson 2006). Le genre Ziziphus comprend environ 86 espèces, dont celle qui est discutée ici est l’un des arbres les plus communs et les mieux connus de l’Afrique australe. Une autre espèce bien connue de ce genre est Z. mauritiana, le berger ou le jujubier, dont les fruits se trouvent souvent dans les magasins vendant des produits alimentaires asiatiques.

Historiquement, le genre est d’intérêt. La couronne d'épines du Christ aurait été fabriquée à partir de Ziziphus spina-christi Willd., Une espèce qui ressemble beaucoup à Z. mucronata mais qui pousse à partir de l'Afrique centrale vers le nord (Palmer & Pitman 1972).

 

Écologie
Bien que le fruit de Ziziphus mucronata ne puisse être considéré comme très savoureux, l’arbre lui-même joue un rôle important sur le plan écologique. Les feuilles et les fruits sont recherchés par les oiseaux de nombreuses espèces, les animaux sauvages et les animaux domestiques. Les girafes sont particulièrement friands des feuilles de cet arbre. Les impalas se nourrissent souvent des feuilles mortes se trouvant sous l'arbre. Ses fleurs discrètes, allant du vert au jaune, produisent un nectar abondant et produisent souvent un bon miel.

1299

Les usages
La décoction de racines glutineuses est couramment administrée comme analgésique pour toutes sortes de douleurs ainsi que pour la dysenterie. Un mélange de l'écorce et des feuilles est utilisé pour traiter les affections respiratoires et autres gonflements septiques de la peau. Des pâtes de la racine et des feuilles peuvent être appliquées pour traiter les furoncles, les ganglions enflés, les plaies et les plaies. Les bains de vapeur à partir de l'écorce sont utilisés pour purifier et améliorer le teint (Palmer & Pitman, 1972). En Afrique de l'Est, les racines sont utilisées pour traiter les morsures de serpents (Hutchings et al. 1996). Tout ce qui précède peut être attribué aux alcaloïdes peptidiques et aux propriétés antifongiques isolées à partir de l'écorce et des feuilles.
Les baies sont comestibles et ont été utilisées par les habitants de l'ancien Transvaal pour préparer du porridge ou remplacer le café. Le fruit peut également faire une bière s'il est fermenté correctement. Pendant la guerre anglo-boer, les graines ont été moulues et utilisées comme substituts du café.
Les Africains ont de nombreuses croyances et superstitions attachées à cet arbre. Zoulous et Swazis utilisent l'épine de buffle pour les rites funéraires. Il était de coutume que, lorsqu'un chef zoulou mourut, l'arbre fut planté sur sa tombe pour rappeler ou symboliser l'emplacement du chef. D'où le nom umlahlankosi- ce qui enterre le chef. Une branche de l'arbre était et est toujours utilisée pour attirer et transporter l'esprit du défunt du lieu de la mort au nouveau lieu de repos. Lorsqu'un propriétaire de bétail mourut et fut enterré conformément à la coutume, dans le kraal de bovins ou de chèvres, des branches furent placées sur la tombe de manière à ce que les animaux grignotent des feuilles et des brindilles et comprennent ainsi que leur maître est mort (Palmer & Pitman, 1972). ). Dans d'autres régions, les Africains traînent une branche autour du village pour le protéger des mauvais esprits, car on pense qu'il éloigne les mauvais esprits.
Au Botswana, ainsi que dans la plupart des régions d'Afrique du Sud, les habitants ont estimé que l'épine de bison était à l'abri de la foudre. Toute personne se trouvant sous un orage lors d'une tempête serait en sécurité. On pense également que s'il est abattu en été, une sécheresse, la grêle ou la foudre suivront certainement.
Le bois de cet arbre est utilisé pour la fabrication de bois, la fabrication de wagons et de poteaux de clôture car il donne un bois lourd, jaune et à grain fin, contenant 12,2-15,7% de matière tannante (Watt & Brandwijk 1962). L'élasticité des pousses le rend approprié pour les arcs et les bâtons de fouet. Certaines tribus africaines utilisent les branches épineuses pour faire des kraals ou des haies. Cela protège leur bétail des lions et autres prédateurs.

 

Ziziphus mucronata en croissance
L'espèce est très facilement cultivée à partir de graines ou de boutures, poussant dans à peu près n'importe quel type de sol et résistant à la chaleur et au froid.
La graine a cependant de mauvaises propriétés de conservation et doit être semée fraîche. Après avoir nettoyé l’écrou, il peut être placé entre les mâchoires d’un étau ou d’un casse-noix normal et fermé progressivement jusqu’à ce que l’écrou se fissure et que la semence soit libérée. Les graines peuvent ensuite être recouvertes d'eau chaude, refroidies, trempées pendant deux jours et semées.
Les plants doivent apparaître dans une à deux semaines. Les semis et les petites plantes ont besoin d’eau modérée, de plein soleil et d’un drainage efficace, sinon elles mouillent. Même si cette plante est considérée comme l’un des arbres les plus adaptables, poussant dans tous les types de sol et capable de résister à la chaleur intense, au froid et à la sécheresse, il n’en va pas de même pour les semis. Comme avec la plupart des plantes, l'immunité est acquise avec une taille accrue. Les petits arbres sont souvent disponibles dans les pépinières vendant des plantes indigènes.
Bien que sa croissance soit lente (0,3 m ou moins par an), il constitue un arbre d'ombrage agréable et donne vie au jardin en attirant les oiseaux et les insectes tels que les papillons, les scarabées et les abeilles.

L'épine de buffle (Ziziphus mucronata Willd.) Est un arbre de taille petite à moyenne, atteignant une hauteur de 3-10 (-20) m. La calotte est irrégulière, avec des branches denses étalées et tombantes. Le tronc est court, jusqu’à 40 cm de diamètre, ramifié près de la base, avec une écorce gris-brun. Les branches sont armées de paires d'épines acérées (0,7-2 cm) sur chaque nœud. Les feuilles sont simples, alternes et de taille très variable (3-9 cm de long x 2-5 cm de large), vert brillant sur la face supérieure et plus pâles dessous. Les fleurs sont petites (4 mm), vert à jaune, portées en grappes. La période de floraison dépend des précipitations et peut commencer d'octobre à la fin de l'été (janvier). L'arbre porte de nombreux fruits dont le poids plie souvent les branches. Les fruits sont petits, entre 10 et 20 (-25) mm. Ce sont des drupes globuleuses et brillantes qui virent du vert au brun foncé en mûrissant à la fin de l'été (janvier) ou plus tard en hiver. Ils ont un exocarpe dur et brillant et un mésocarpe farineux et nutritif. La graine ovale est généralement solitaire et incrustée dans une pierre dure (Orwa et al. 2009; Mazibuko, 2007; Ellis, 2003).


Les usages
L'épine de buffle est un arbre polyvalent d'une importance culturelle considérable en Afrique orientale et australe, et de nombreuses croyances et traditions y sont rattachées (Mazibuko, 2007). Son nom zoulou, umLahlankosi signifie "qui enterre le chef". Au Botswana, on pense que l'arbre protège de la foudre (Mazibuko, 2007). Les fruits sont comestibles et nutritifs mais pas très savoureux et un peu farineux. En période de pénurie, ils peuvent être consommés frais, séchés ou transformés en repas ou en porridge. La chair de fruit mélangée à de l'eau est un bon désaltérant et est fermentée pour préparer une bière (Roodt, 1998 cité par Ellis, 2003). Les jeunes feuilles ne sont pas très agréables au goût mais sont nutritives et peuvent être préparées de la même manière que les épinards. Les graines torréfiées peuvent être utilisées comme semoule de maïs ou comme substitut de café. Le bois est utilisé pour le carburant, les outils agricoles et les ustensiles. Les branches épineuses sont utilisées pour les clôtures. La sève est utilisée comme agent de mélange pour le poison de flèche et, en raison de sa teneur élevée en tanins (12-15%), l’écorce aide au tannage du cuir. L'épine de buffle est utilisée comme plante ornementale dans les jardins (Orwa et al. 2009). De nombreuses parties de la plante sont utilisées en ethnomédecine. Les tanins peuvent jouer un rôle dans le traitement de la dysenterie (Ellis, 2003). En Afrique de l'Est, les racines sont utilisées pour traiter les morsures de serpents (Hutchings et al. 1996, cité par Mazibuko, 2007). Ces propriétés ont été attribuées aux alcaloïdes peptidiques et aux propriétés antifongiques isolées à partir de l'écorce et des feuilles (Mazibuko, 2007).

Les feuilles et les fruits constituent une source de fourrage précieuse pour le bétail et le gibier (Orwa et al. 2009).


Distribution
L'épine de buffle est répandue dans le sud et l'est de l'Afrique. Il est présent en Afrique du Sud, au Botswana, en Namibie et au Mozambique, ainsi qu'en Éthiopie et en Arabie. On le trouve dans les zones arides et semi-arides dominées par une végétation épineuse telle que les forêts sèches de savane, les garrigues ouvertes, les prairies ouvertes, les lisières des forêts et la végétation riveraine. L'épine de buffle est une espèce très rustique capable de résister au gel et à la sécheresse. Ziziphus mucronata se rencontre depuis le niveau de la mer jusqu'à 2000 m d'altitude. Il tolère le brouillard salin côtier. Il pousse sur une large gamme de sols, des pentes rocheuses peu profondes aux plaines inondables saumâtres le long des rivières, mais se porte mieux sur les sols alluviaux profonds près de l'eau où il peut former des fourrés denses. On pense qu'il s'agit d'eau souterraine (Ecocrop, 2014; Orwa et al. 2009).


Impact environnemental
Ressource alimentaire pour animaux sauvages

L'épine de buffle est une ressource alimentaire précieuse pour les espèces d'animaux sauvages. Ses fruits sont savourés par les oiseaux, les babouins, les singes, les phacochères, les cochons nains (Potamochoerus larvatus), etc. Ses feuilles sont recherchées par les girafes, les éléphants, les rhinocéros noirs, les kudus (Tragelaphus spp.), Les nyalas (Tragelaphus angasii) et les impalas (Aepy melampus). Le nectar est particulièrement attractif pour les abeilles (Orwa et al. 2009; Mazibuko, 2007).

 

Notes de jardin de Lorraine
Il y a quelques-uns de ces arbres dans mon jardin sauvage, mais ils poussent extrêmement lentement et un seul a raisonnablement bien réussi. Cela est probablement dû à la forte teneur en calcaire de mon sol et aux sécheresses fréquentes que nous connaissons dans notre partie du Cap oriental. J'ai vu ces arbres pousser joliment dans d'autres régions.


Utilisations médicinales
Un arbre médicinal très respecté auquel sont rattachées de nombreuses croyances et superstitions. Les racines, les feuilles et l’écorce, sous différentes formes, sont utilisés contre la douleur, la dysenterie, les affections respiratoires et pour traiter les furoncles, les ganglions enflés, les plaies et les plaies. Les baies sont comestibles et ont été utilisées par les colons pour préparer du porridge et remplacer le café. L'épine de buffle est utilisée dans le cadre des rites funéraires et, dans d'autres régions d'Afrique, une branche est traînée autour du village pour le protéger des mauvais esprits.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire