Ziziphus mauritiana - Jujubier de Maurice

Ziziphus mauritiana - Jujubier de Maurice

Datte Chinoise . Jujube . Jujubier 

 

Genre : Ziziphus (synonyme Zizyphus)

Espèce : mauritiana

Famille : Rhamnaceae

Origine : Afrique

Synonymes: 
* Rhamnus jujuba L. 
* Rhamnus mauritiana Willemet. 
* Ziziphus jujuba (L.) Gaertn. 
* Ziziphus jujuba (L.) Lam. 
* Ziziphus rotundata DC. 
* Ziziphus sphaerocarpa auct. non Tul.

Utilisation(s): 

Le goût des jujubes est proche de celle de la datte. On les consomme cru, en compote, en confiture ou en pâte. On peut également les transformer en jus. 
Le jujubier est un arbre fourrager appété par les ovins et les caprins. 
Le bois, brun rouge, est facile à travailler et à polir. Il résiste aux termites. Il est utilisé en artisanat et pour faire des piquets. 
Le jujubier a de nombreux usages en pharmacopée : l’écorce pour les maux de ventre, les racines pour les maladies vénériennes, etc. L’extrait alcoolique de tige est doté de propriétés anticancéreuses.

Description

  • arbre épineux de 2,5-15 m de haut, caducifolié, à branches en zigzag
  • feuilles alternes, elliptiques, légèrement dentées, de 2-9 cm de long, à 3 nervures partant de la base, pubescentes au-dessous
  • fleurs axillaires, verdâtres, en fascicules par 7-20
  • fruit: drupe ovoïde, de 2-4,5 cm de long suivant les cultivars, jaune à rouge et brun

     

    Le Jujubier de Maurice est un arbre fruitier au port érigé et étalé et au feuillage caduc ou persistant, selon le climat. D’une croissance rapide, il mesure 7 à 20 m de haut.

    Le genre compte 80 espèces d’arbres et d’arbustes. Le Jujubier de Maurice, comme son cousin le Jujubier commun, produit des fruits comestibles appelés jujubes. Ces fruits possèdent une pulpe sucrée riche en vitamines, généralement séchée puis réduite en farine. Cette pulpe est utilisée dans la pharmacopée traditionnelle africaines pour traiter les maux de ventre les maladies vénériennes et l’anorexie.

    Le jujube est un arbuste buissonnant de 4 à 5 m à rameaux retombants. L’écorce est grise à brune, à tranche rosée ou rougeâtre. Les feuilles caduques  sont alternes, très variables en forme et en taille, avec trois nervures basales caractéristiques. Le dessus des feuilles est vert brillant et le dessous blanchâtre et tomenteux. Les fleurs, petites, sont groupées en fascicules à la base des feuilles. Les épines sont groupées par deux à la base des feuilles, une droite et longue, l’autre petite et recourbée vers l’arrière. Le fruit est une drupe globuleuse à pulpe farineuse blanchâtre comestible dont le noyau contient deux graines.

     

    Culture et entretien du Jujubier de Maurice

    La plantation s’effectue au printemps ou en automne, selon le climat.

    Le sol du jardin doit être pauvre et sec. L’exposition doit être ensoleillée. Il n’y a aucun entretien à prévoir. Le Jujubier de Maurice est peu rustique et ne tolère pas des températures hivernales inférieures à -1°C.

     

    Multiplication du Jujubier de Maurice

    Semis de noyau au printemps (scarification préalable)

     

    Floraison du Jujubier de Maurice

    La floraison apparaît en été. Elle se compose de minuscules fleurs jaunes groupées par deux ou trois à l’aisselle des feuilles. Les fruits (jujubes) sont de petites drupes ovoïdes, orange puis brunes à maturité.

     

     

    1154

    1156

  •  

  • Ziziphus mauritiana , également connu sous le nom de date chinoise , pomme chinoise , jujube , prunier indien , Regi pandu , jujube indien , dunks (à la Barbade) et masau, est une espèce fruitière tropicale appartenant à la famille des Rhamnaceae .

Ziziphus mauritiana est un arbuste ou petit arbre à feuilles persistantes atteignant 15 m de haut et dont le tronc mesure 40 cm ou plus de diamètre; couronne étalée; épines stipulaires et nombreuses branches tombantes. Le fruit est de forme et de taille variables. Elle peut être ovale, obovale, oblongue ou ronde, et avoir une longueur de 1 à 2,5 pouces (2,5 à 6,25 cm), selon la variété. La chair est blanche et nette. Légèrement sous-juteux, ce fruit est un peu juteux et possède un arôme agréable. La peau du fruit est lisse, brillante, fine mais tendue.

L'espèce serait originaire de la région indo-malaisienne de l'Asie du Sud-Est. [2] Il est maintenant largement naturalisé dans les tropiques de l' Ancien Monde, de l' Afrique australe au sous-continent indien et à la Chine , Indomalaya, en passant par le Moyen-Orient , jusqu'en Australasie et dans les îles du Pacifique . [3] Il peut former des peuplements denses et devenir envahissant dans certaines régions, notamment aux Fidji et en Australie, et est devenu une mauvaise herbe pour l'environnement dans le nord de l'Australie. C'est un arbre à croissance rapide, de durée de vie moyenne, pouvant atteindre rapidement une hauteur allant de 10 à 40 pieds (3 à 12 m).

1157

 

Ziziphus mauritiana

1158

Classification scientifique

Royaume:

Plantae

Clade :

Angiospermes

Clade :

Eudicots

Clade :

Rosids

Ordre:

Rosales

Famille:

Rhamnaceae

Genre:

Ziziphus

Espèce:

Z. mauritiana

Nom binomial

Ziziphus mauritiana 

Lam.

 

 

Ziziphus mauritiana est un arbre de taille moyenne qui pousse vigoureusement et qui a une racine pivotante qui se développe rapidement, une adaptation nécessaire aux conditions de sécheresse. La hauteur de l’espèce varie beaucoup, d’un arbuste buissonnant de 1,5 à 2 m de hauteur à un arbre de 10 à 12 m de hauteur et d’un tronc d’environ 30 cm de diamètre. Z. mauritiana peut être dressé ou large, avec des branches épineuses gracieusement retombantes, des rameaux en zigzag, sans épines ou pourvues d'épines courtes et pointues, droites ou crochues. 

Les feuilles sont alternes, ovales ou oblongues, elliptiques à sommet arrondi, avec 3 nervures longitudinales déprimées à la base. Les feuilles mesurent environ 2,5 à 3,2 cm de long et 1,8 à 3,8 cm de large et ont une dent fine sur le bord. Il est vert foncé et brillant sur la face supérieure et pubescente et vert pâle à gris-vert sur la face inférieure. Selon le climat, le feuillage du Z. mauritiana peut être à feuilles persistantes ou à feuilles caduques.

Les fleurs sont minuscules, jaunes, à 5 pétales et sont généralement par deux ou trois à l'aisselle des feuilles. Les fleurs sont blanches ou blanc verdâtre et les fruits sont orange à brun, 2–3 cm de long, avec une pulpe blanche comestible entourant un pyrène à 2 locules. 

Cet arbre à croissance rapide commence à produire des fruits dans les trois ans. Le fruit est une drupe molle et juteuse de 2,5 cm de diamètre, bien que chez certains cultivars, la taille du fruit puisse atteindre 6,25 cm de long et 4,5 cm de large. La forme peut être ovale, obovale, ronde ou oblongue; la peau est lisse ou rugueuse, brillante, fine mais dure. Les fruits mûrissent à des moments différents, même sur un seul arbre. Les fruits sont d'abord verts et jaunissent à maturité. Le fruit entièrement mûr est entièrement rouge, doux, juteux avec une peau ridée et un arôme agréable. Le fruit mûr a un goût aigre-doux. La texture et le goût de la chair rappellent les pommes. À maturité, la chair est blanche et croustillante, acide à subacide ou sucrée. Les fruits bien mûrs sont moins croquants et un peu farineux; Les fruits trop mûrs sont ridés, la chair de couleur chamois, douce, spongieuse et musquée. Au début, l'arôme est semblable à la pomme et agréable, mais il devient particulièrement musqué lorsqu'il est trop mûr. Il y a une seule pierre centrale rugueuse, dure, ovale ou oblate, qui contient 2 graines elliptiques brunes de 1/4 po (6 mm) de long.

Ecologie 

Ziziphus mauritiana est un arbre robuste qui supporte des températures extrêmes et prospère dans des conditions plutôt sèches avec des précipitations annuelles allant de 15 à 225 cm (6 à 88,5 po). Aux Fidji, les arbres Ber parfois naturalisés poussent le long des routes et sur des terres agricoles, généralement près du niveau de la mer, mais parfois jusqu’à une altitude d’environ 600 m. Il pousse également bien sur les sols latéritiques, moyennement noirs et bien drainés, ou sur les sols sableux, graveleux et alluviaux de lits de rivières asséchés où il est vigoureusement spontané. En Australie, cette espèce pousse sur une grande variété de types de sols, notamment les argiles à craqueler, les sols solodiques et les alluviaux profonds, dans les régions tropicales et subtropicales où les précipitations annuelles moyennes sont comprises entre 470 et 1200 mm. Dans les parties les plus sèches de cette gamme, il se développe mieux dans les zones riveraines . [4] La culture commerciale s'étend généralement jusqu'à 1000 m. Au-delà de cette altitude, les arbres ne fonctionnent pas bien et la culture devient moins économique. [5]

L'arbre tolère très bien la saturation en eau et la sécheresse et peut pousser lorsque les précipitations annuelles varient de 125 à 2 225 mm, mais il est plus répandu dans les zones où les précipitations annuelles atteignent 300 à 500 mm. En Chine et en Inde, on trouve des arbres sauvages jusqu’à 1 650 m d’altitude. En Inde, la température minimale d’ombre pour la survie est de 7 à 13 ° C et la température maximale de 50 ° C. Des études indiquent que cette espèce prospère dans les sols alcalins avec un pH aussi élevé que 9,2. Cependant, les sols limono-sableux profonds à loameux à pH neutre ou légèrement alcalin sont considérés comme optimaux pour la croissance. [6] En Inde, l’arbre se développe mieux sur un terreau sableux, neutre ou légèrement alcalin.

Biologie de la reproduction 

Certains cultivars atteignent l’anthèse tôt le matin, d’autres plus tard dans la journée. Les fleurs sont protandres. Par conséquent, la nouaison dépend de la pollinisation croisée par les insectes attirés par le parfum et le nectar. Le pollen du jujube indien est épais et lourd.Il n'est pas en suspension dans l'air mais est transféré de fleur en fleur par les abeilles. [5] Les fleurs sont pollinisées par les fourmis et d’autres insectes et, à l’état sauvage, les arbres ne produisent pas de fruits par autopollinisation. Le meilleur se propage par les semences, les semis, les semis directs, les drageons ainsi que par les boutures. Les graines de Ber sont propagées par les oiseaux, les animaux indigènes, le bétail, les porcs sauvages et les humains qui mangent le fruit et l'expulsent. Les graines peuvent rester viables pendant deux ans et demi, mais le taux de germination diminue avec l'âge. [1] Une incompatibilité croisée se produit et les cultivars doivent être appariés pour une bonne nouaison; certains cultivars produisent de bonnes récoltes par parthénocarpie.

Propagation 

1159

Fruits à divers stades de maturité, avec un noyau craquelé montrant les deux graines

Ziziphus mauritiana est l'une des deux espèces de Ziziphus qui ont une importance horticole considérable, l'autre étant le jujube chinois ( Z. zizyphus ). Le jujube indien (Z. mauritiana) est plus tropical, tandis que le jujube chinois est une espèce plus résistante au froid. 

En Inde, il existe au moins 90 cultivars dont le port varie; forme de la feuille; forme, taille, couleur, saveur et qualité du fruit; et saison de fructification. Parmi les cultivars importants, onze sont décrits dans l'encyclopédie Wealth of India : 'Banarasi (ou Banarsi) Pewandi', 'Dandan', 'Kaithli' ('Patham'), 'Muria Mahrara', 'Narikelee', 'Nazuk', «Sanauri 1», «Sanauri 5», «Thornless» et «Umran» («Umri»). La plupart des peaux sont lisses et jaune verdâtre à jaune. 

La propagation se fait le plus souvent à partir de semences, où le prétraitement est bénéfique. Le stockage de la graine pendant 4 mois pour la laisser après maturation améliore la germination. La pierre dure limite la germination et la fissuration de la coque ou l'extraction des graines accélère la germination. Sans prétraitement, les graines germent normalement en moins de six semaines, alors que les graines extraites n'ont besoin que d'une semaine pour germer.

Les jeunes plants à utiliser comme porte-greffe peuvent être issus de semences. Plusieurs études indiquent que la germination peut être améliorée en trempant les graines dans de l'acide sulfurique. Le temps de germination peut également être réduit à 7 jours en fissurant soigneusement l'endocarpe. Les semis Ber ne tolèrent pas le repiquage. Par conséquent, la meilleure solution consiste à semer les graines directement dans le champ ou à utiliser des tubes en polythène placés dans le lit de la pépinière. Les semis sont prêts à fleurir dans 3 à 4 mois. De plus, les semis des cultivars sauvages peuvent être convertis en cultivars améliorés par greffage et par greffage. Les pépinières sont utilisées pour la multiplication à grande échelle de semis et la production de greffes. Les plants doivent également être éclairés. Les semis peuvent avoir besoin de 15 mois dans la pépinière avant de planter dans le champ. 

Les scientifiques en Inde ont standardisé les techniques de propagation pour l'établissement de Ber. Le bourgeonnement est la méthode de multiplication végétative la plus simple utilisée pour les cultivars améliorés. Différents types de techniques de bourgeonnement ont été utilisés, le plus efficace étant le bourrelet en anneau et le bouclier. Les variétés sauvages de ber sont généralement utilisées comme porte-greffe. Les plus courantes sont Z. rotundifolia en Inde et Z. spina-christi en Afrique. 

Saison et récolte 

1160

Fruits de jujube mûrs et non mûrs en vente sur le pont de Luangwa en Zambie .

Les plantes sont capables de produire des graines lorsqu'elles atteignent une hauteur d'environ 1 mètre. Les plantes sauvages du nord de l’Australie peuvent mettre 8 ans à atteindre cette taille. En Australie, les plantes poussant dans des conditions naturelles sont capables de produire des graines dès qu’elles atteignent une hauteur d’environ 1 m. Les plantes de 1 à 2 m de haut produisent en moyenne moins de cinq fruits par saison. Les grandes plantes (> 5 m de haut) peuvent produire 5 000 fruits ou plus en une saison.

En Inde, certains types mûrissent dès octobre, d'autres de la mi-février à la mi-mars, d'autres en mars ou de la mi-mars à la fin avril. Dans le gouvernorat d’Assiout, il ya 2 cultures par an, la principale au début du printemps et la seconde à l’automne. En Inde, les arbres fleurissent de juillet à octobre et les fruits se forment peu après. En février – mars, les fruits sont mûrs et, à certains endroits, une seconde récolte est produite à l'automne. Les cueillettes sont effectuées à la main à partir d'échelles et environ 50 kg sont récoltés par jour. Les fruits qui restent sur l'arbre sont ébranlés. Seuls les fruits pleinement mûrs sont cueillis directement de l'arbre. Ils sont transportés dans des sacs ouverts pour éviter la fermentation. 

Les plantules portent entre 5 000 et 10 000 petits fruits par an en Inde. Les arbres greffés de qualité supérieure peuvent donner jusqu'à 30 000 fruits. Le meilleur cultivar de l’Inde, avec des fruits dont la moyenne est en moyenne de 30 à lb (66 kg), produit 77 kg (175 lb) par an. Un traitement culturel spécial augmente la taille et le rendement des fruits.

Production et rendement mondiaux 

Les principales régions de production de jujubes indiens sont les régions arides et semi-arides de l’Inde. De 1984 à 1995, avec des cultivars améliorés, la production était de 0,9 million de tonnes sur un terrain de 88 000 ha. La culture est également cultivée au Pakistan , au Bangladesh et dans certaines régions d’ Afrique . Les arbres du nord de l’Inde produisent entre 80 et 200 kg de fruits frais / arbre / an à l’âge de 10 à 20 ans.

Utilisations 

Le fruit est consommé cru, mariné ou utilisé dans les boissons. Il est assez nutritif et riche en vitamine C. Il est le deuxième à la goyave et est beaucoup plus élevé que les agrumes ou les pommes. En Inde, les fruits mûrs sont principalement consommés crus, mais sont parfois cuits. Les fruits légèrement mûrs sont confits par piqûre et immersion dans une solution saline. Les fruits mûrs sont conservés au soleil et une poudre est préparée en dehors des saisons. Il contient 20 à 30% de sucre, jusqu'à 2,5% de protéines et 12,8% de glucides. Les fruits sont également consommés sous d'autres formes, telles que séché, confit, mariné, sous forme de jus ou sous forme de beurre. En Ethiopie , les fruits sont utilisés pour stupéfier le poisson.

Les feuilles, faciles à manger pour les chameaux, les bovins et les chèvres, sont considérées comme nutritives. 

En Inde et dans le Queensland , les fleurs sont considérées comme une source mineure de nectar pour les abeilles domestiques. Le miel est léger et de saveur juste.

Le bois Ber est dur, fort, à grain fin, à texture fine, robuste, durable et de couleur rougeâtre. Il a été utilisé pour le revêtement de puits, pour la fabrication de pieds de lits, de nervures de bateaux, d’outils agricoles, de manches d’outils et d’autres objets tournés au tour. Les branches sont utilisées comme charpente dans la construction de maisons et le bois constitue un bon charbon de bois avec une teneur en chaleur de près de 4 900 kcal par kg.  En outre, cette espèce est utilisée comme bois de chauffage dans de nombreuses régions. En Afrique tropicale, les branches flexibles sont enroulées sous forme de bandes de retenue autour des toits coniques en chaume de huttes et sont retordues pour former des murs corrosifs épineux destinés à retenir le bétail.

1161

Écorce de Ziziphus mauritiana

Les fruits sont appliqués sur les coupes et les ulcères; sont employés dans les affections pulmonaires et les fièvres; et, mélangés avec du sel et des piments chili, sont donnés dans l'indigestion et la biliousness. Le fruit mûr séché est un laxatif doux. Les graines sont sédatives et sont prises, parfois avec du babeurre, pour arrêter les nausées, les vomissements et les douleurs abdominales pendant la grossesse. Ils vérifient la diarrhée et sont blessés aux blessures. Mélangées à de l'huile, elles sont frottées sur les zones rhumatismales. Les feuilles sont appliquées en cataplasmes et sont utiles en cas de troubles du foie, d’asthme et de fièvre. Elles sont administrées avec le catéchu lorsqu’un astringent est nécessaire, comme sur une plaie. La décoction d’écorce amère et astringente se prend pour arrêter la diarrhée et la dysenterie et soulager la gingivite. La pâte d'écorce est appliquée sur les plaies. La racine est purgative. La décoction de racine est administrée sous forme de fébrifuge, de ténicide et d’emménagogue. La racine en poudre est saupoudrée de plaies. On dit que le jus de l'écorce de racine soulage la goutte et les rhumatismes. De fortes doses d'écorce ou de racine peuvent être toxiques. Une infusion de fleurs sert de lait pour les yeux. [9]

L'ester méthylique d'acide gras de l'huile de graines de Z. mauritiana satisfait à toutes les principales exigences en matière de biodiesel aux États-Unis (ASTM D 6751-02, ASTM PS 121-99), en Allemagne (DIN V 51606) et en Union européenne (EN 14214). Le rendement moyen en huile est de 4,95 kg huile / arbre ou 1371 kg huile / hectare. Les régions arides ou semi-arides peuvent être utilisées en raison de sa résistance à la sécheresse.

Ravageurs et maladies 

Les plus grands ennemis du jujubier sont les mouches à fruits. Certains cultivars sont plus sensibles que d'autres, les mouches préférant les fruits les plus gros et les plus sucrés, pouvant être attaqués à 100%, tandis que sur un arbre voisin portant un type plus petit et moins sucré, seuls 2% de la récolte peuvent être endommagés. Les larves font une nymphose dans le sol et il a été constaté que le traitement du sol sous l'arbre contribue à réduire le problème. Le contrôle est possible avec une pulvérisation d'insecticide régulière et efficace. 

Une chenille mangeuse de feuilles et la chenille limace verte attaquent le feuillage. Les acariens forment des galles ressemblant à du tartre sur les rameaux, ce qui retarde la croissance et réduit les fruits. Les petits insectes nuisibles incluent une petite chenille, Meridarches scyrodes, qui s’enfonce dans le fruit.

L'arbre est sujet à l'enroulement par une vigne parasite. L’oïdium provoque une défoliation et une chute des fruits, mais il peut être contrôlé de manière adéquate.  Les maladies moins graves sont la suie, la pourriture brune et la tache des feuilles. Les taches de feuille résultent d'une infestation par Cercospora spp. et Isariopsis indica var. zizyphi. En 1973, une maladie du balai de sorcière causée par un organisme ressemblant au mycoplasme a été découverte chez des jujubes près de l' université de Poona . Il s'est avéré être transmis par greffe ou greffe de greffons malades sur de jeunes plants sains de Z. mauritiana. La rouille des feuilles, causée par Phakopsora zizyphivulgaris, varie de légère à sévère chez tous les cultivars commerciaux du Punjab.

Au stockage, les fruits peuvent être repérés par des champignons. Les pourritures des fruits sont causées par Fusarium spp. Nigrospora oryzaeEpicoccum nigrum et Glomerella cingulata.

1162

1163

1164

1165

 

 

 

 

 

 

MODALITÉS DE GESTION
La coupe de l’arbre et la suppression de l’intégralité de ses racines est efficace mais ne peut s’appliquer que sur des petites surfaces et ne concerner que quelques individus isolés. Les racines doivent être arrachées jusqu’à 25 cm de profondeur (GISD et CABI). La coupe mécanique est inadaptée (production importante de rejets).

MODALITÉS D’INTRODUCTION EN FRANCE ET IMPACTS DOCUMENTES
Le Jujubier tropical a été introduit pour la production de fruits. Il est présent à Saint-Martin, en Martinique, en Guadeloupe et sur l’île de la Réunion (UICN France et CABI).

Il peut former dans le milieu naturel et notamment sur les berges de cours d’eau des fourrés denses qui entrent en compétition avec les espèces indigènes (Weber, 2003). Cette production de fourrés peut également gêner le pâturage dans les savanes. Le bétail participe à sa dissémination dans le milieu.

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire