Taphrina alni - Cloque des chatons de l'aulne

5585

  • Division - Classe - Ordre - Famille

    Ascomycota / Taphrinomycetes / Taphrinales / Taphrinaceae

  • Etymologie

    Du latin Alnus : aulne.

  • Synonymes   

    Exoascus alnitorquus f. alni-incanae J.G. Kühn (1873), in Rabenhorst, Fungi europaei exsiccati, Klotzschii herbarii vivi mycologici continuatio, Edn 2, serie 2, n° 1616
    Ascomyces alni Berkeley & Broome (1876), The annals and magazine of natural history, series 4, 17, p. 144 (Basionyme)
    Exoascus alni f. strobilina Thümen (1879), in Rehm, Ascomyceten, 11, n° 518
    Taphrina alni-incanae (J.G. Kühn) Magnus (1890), Hedwigia, 29(1), p. 25
    Exoascus alni-incanae (J.G. Kühn) Saccardo (1892), Sylloge fungorum omnium hucusque cognitorum, 10, p. 69
    Taphrina alni (Berkeley & Broome) Gjaerum (1966), Blyttia, 24, p. 188, 193 (nom actuel)

  • Spores

    Thèques dépourvues de cellules basilaires, octosporées, de 40-45 x 10µm. Spores rondes 5 µm de diamètre, sur Alnus incana (aulne blanc).
    Thèques mesurant jusqu'à 45-60 x 16-21 µm sur Alnus glutinosa (aulne glutineux).

  • Ecologie

    Sur les chatons femelles d'Alnus. Fin du printemps-automne.
    Les galles peuvent être reconnues même après la tombée des chatons et ainsi les rendre observables toute l'année. Répandu.

     

    5586

  •  

     

    5587

     

    5588

    Taphrina alni est un pathogène fongique des plantes qui provoque la galle de la langue d'aulne , une distorsion induite chimiquement des chatons d'aulne femelle( Alnus glutinosa ). 

     

Gall de langue d'aulne

5589

Classification scientifique

Royaume:

Champignons

Division:

Ascomycota

Classe:

Taphrinomycètes

Ordre:

Taphrinales

Famille:

Taphrinaceae

Genre:

Taphrina

Espèce:

T. alni

Nom binomial

Taphrina alni

(Berk. & Broome) Gjaerum, 1966

Synonymes

Taphrina amentorum
Exoascus amentorum
Exoascus alni-incanae J.G.Kuhn
Ascomyces alni Berk. & Broome
Ascomyces alnitorquus (Tul.) Anon. ined.
Exoascus alnitorquus (Tul.) Sadeb. 1884
Taphrina alni-incanae (JG Kühn) Magnus 1890
Taphrina alnitorqua Tul. 1866

 

Taphrina alni produit une croissance semblable à la langue qui dérive principalement des tissus ovariens du chaton d'aulne ou des bractéoles. Ces pseudocones d' aulne peuvent porter plusieurs galles de la langue, dont chacune semble généralement provenir de la même position; clarification nécessaire ] ceux qui se recroquevillent proviennent généralement des tissus bractéoles et ceux qui se projettent vers le haut proviennent généralement des tissus ovariens. 

 

5590

Pseudocône d'aulne et galles de la langue en hiver.

 

5590 1

Languettes inhabituellement grandes

 


Distribution

Cette galle était rare au Royaume-Uni et est absente de la plupart des clés de galle publiées, bien que courante en Europe occidentale. Il a été enregistré à Cornwall d'abord dans les années 1940 [4] , puis à Northumberland, Ayrshire et Skye, principalement depuis les années 1990. Il devient assez courant dans tout le Royaume-Uni. 

Cycle de la vie

La galle se développe sur les pseudocônes en cours de maturation et les spores produites sont transportées par le vent vers d'autres arbres.

Infestations de galles de langue d'aulne

L'élimination et la destruction des galles peuvent aider à réduire l'infestation. Bien qu'ils soient assez gros et parfois présents en assez grand nombre de spécimens, ils ne causent aucun dommage mesurable.

 

Structure et apparence

5595

Pseudocône avec languet en développement

5596

Pseudocône avec languette mature

Languets sur pseudocones d'aulne

La galle, connue sous le nom de «languette»,  se développe et émerge entre les écailles externes comme un drapeau plat et allongé avec une surface dure, lisse et légèrement brillante sans poils. Les bords extérieurs sont arrondis et la pointe est plus large que le pied du «drapeau». Au début de la saison, le drapeau est frais et vert, mais les couleurs commencent bientôt à varier du vert pâle au jaune, rose, rouge, violet et orange. Plus tard, les galles deviennent brunes ou noires et restent longtemps sur l'arbre (jusqu'à la saison suivante).  La galle est donc très persistante et reste attachée au pseudocône tout au long de son existence, même en restant attachée après que les tempêtes ont des branches et des pseudocones détachés.

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 16/07/2020