Curvularia pallescens

Curvularia pallescens est un champignon du sol ,   qui pousse couramment sur les cultures des régions tropicales.  Les conidies du champignon se distinguent de celles des espèces apparentées en raison de leur manque de courbure.  C. pallescens a été signalé pour provoquer une infection chez les plantes, et chez les individus immunocompétents .  Cette espèce est l' anamorphe de Cochliobolus pallescens.

Curvularia pallescens

Classification scientifique

Royaume:

Champignons

Division:

Ascomycota

Subdivision:

Pezizomycotina

Classe:

Dothidéomycètes

Ordre:

Pléosporales

Famille:

Pléosporacées

Genre:

Curvularia

Espèce:

C. pallescens

Nom binomial

Curvularia pallescens

Boedijn (1933)

Synonymes

  • Cochliobolus pallescens (Tsuda et Ueyama) Sivan. (1987)
  • Pseudocochliobolus pallescens Tsuda et Ueyama (1983)


Morphologie

Les colonies de C. pallescens diffèrent par leur morphologie selon le milieu de croissance utilisé. Sur la gélose à l'extrait de levure Czapek (CYA), les colonies de C. pallescens ont un diamètre de 50 à 65 mm.  Sur l'agar à l'extrait de malt (MEA), les colonies sont de texture floue et de couleur gris pâle à gris. Sur le revers, ils apparaissent de brun à brun foncé. Les colonies couvrent rapidement l'ensemble de la boîte de Pétri .  Sur G25N, les colonies de C. pallescens mesurent 3 à 6 mm de diamètre et apparaissent de couleur grise et brune. Sur la gélose au dichloran chloramphénicol malt (DCMA), les colonies ont un diamètre de 50 à 65 mm et une couleur gris brunâtre pâle. Enfin, les colonies de C. pallescens cultivées sur de la gélose à l'alcool phényléthylique (PEA) apparaissent laineuses au centre.  Les conidiophores de C. pallescens sont rarement ramifiés et sont de couleur brune. Ils peuvent apparaître légèrement pliés aux sommets, mais sinon ils sont principalement droits. Les dimensions du conidiophore varient, notamment en ce qui concerne sa longueur. Ils peuvent mesurer jusqu'à 6 μm de large.  Les conidies de C. pallescens sont du rugby ou du football de gril - en forme de haricot , et sont moins courbées que celles des espèces apparentées.  Ils semblent de texture lisse et de couleur brun pâle à brun.  Les trois septa à l' intérieur de chaque conidie donnent naissance à quatre cellules. La troisième cellule de la base semble gonflée par rapport aux cellules environnantes. Les dimensions des conidies sont de 18-25 x 9-12 μm.

Cochliobolus pallescens est la forme téléomorphe de Curvularia pallescens. Il produit des ascomates sphériques de couleur noire.  Sur la surface des ascomata, il y a des cous incolores saillants d'où émergent les ascospores. Les ascospores sont produites dans des asques cylindriques.  Les ascospores sont incolores et sont droites ou légèrement incurvées. Chaque ascospore contient 6-13 septa. 

Écologie et croissance

Curvularia pallescens se trouve couramment dans les régions tropicales,  comme l' Inde .  Ils poussent généralement sur des cultures non récoltées (c'est-à-dire, des cultures qui n'ont pas été séchées ou stockées),  comme l' herbe , le riz , le blé , le maïs , et le sorgho.  La croissance optimale se produit à 25-30 ° C,  et à un w de 0,976.  Le minimum a w pour la croissance est de 0,89. La germination se produit à 0,855 a w mais n'entraîne pas l'établissement de colonies.  Le soufre et le phosphore sont des macronutriments impliqués dans la production d' ADN , d' ARN et de protéines chez les espèces fongiques.  Il a été rapporté que C. pallescens est capable de croître et de sporuler en l'absence des deux.  Le sulfure de magnésium et le phosphate tripotassique soutiennent la croissance et la sporulation de C. pallescens alors que le sulfate d' ammonium et le phosphate d'ammonium ne le font pas. 

Physiologie

Curvularia pallescens agit comme un réducteur biologique de l' AgNO 3 , entraînant la production de nanoparticules d' argent (Ag NP).  Ceci est considéré comme une méthode verte de synthèse d'Ag NP, contrairement à d'autres méthodes qui utilisent des agents chimiques. Les nanoparticules d'argent ont des applications répandues dans des industries telles que la santé, la santé environnementale et la délivrance de gènes de médicaments.  Curvularia pallescens a été rapporté pour produire plusieurs métabolites secondaires - en particulier, des isolats de spirostaphylotrichines et de curvupallides. Ces deux groupes de métabolites secondaires sont structurellement similaires. Les isolats de spirostaphylotrichines (c.-à-d. C et D) se sont révélés être des phytotoxines, tandis que les isolats de curvupallide n'ont montré aucune activité phytotoxique. Malgré le séquençage génomique limité de ce champignon,   C. pallescens s'est avéré produire plusieurs enzymes avec des fonctions immunologiques et physiologiques différentes chez l'homme. Ces enzymes comprennent la BRN-1, la protéase vacuolaire , la fructose-bisphosphate aldolase , la mannitol-1-phosphate 5-déshydrogénase , la formate déshydrogénase , la pyruvate décarboxylase , la transcétolase , la peroxydase , la catalasephosphogluconate déshydrogénase et protéine 14-3-3 .  Ces protéines confèrent à C. pallescens son potentiel allergénique chez l'homme. Ils ont également été signalés comme allergènes d'autres espèces fongiques et d'espèces en dehors du royaume Fungi. 

Infection et maladie

On a signalé que Curvularia pallescens causait des lésions sous - cutanées ,  pulmonaires et cérébrales ,  chez des individus immunocompétents. On pense que les lésions surviennent à la suite de l'inhalation de sols contenant C. pallescens.  Le potentiel pathogène humain de C. pallescens provient de sa viabilité et de sa fonctionnalité à la température normale du corps humain (37 ° C),  et de sa capacité à se disséminer.  En plus de l'infection humaine, il y a eu plusieurs cas rapportés de taches foliaires causées par C. pallescens, dans les cultures. En particulier, des infections sont survenues chez les bambous (tels que Bambusa vulgaris , Dendrocalamus longispathus et Thyrsostachys oliveri ), les cannes à sucre et les graminées (telles que Imperata arundinacea et Eleusine coracana ).  La gravité de la maladie et l'apparence des taches diffèrent entre les espèces. Chez B. vulgaris, les taches foliaires apparaissent de forme circulaire ou irrégulière avec un centre noir grisâtre et un périmètre jaune.  Dans la canne à sucre, les taches foliaires semblent elliptiques de forme et de couleur marron clair.  Chez I. arundinacea et E. coracana, les taches foliaires apparaissent de forme irrégulière et de couleur brune à noire.  Curvularia pallescens envahit l'organisme hôte via les stomates ou en procédant à des dommages. L'infection résulte de la propagation des hyphes dans l'hôte, provoquant la rupture de la cellule hôte. Cela se traduit par un aspect tacheté sur la feuille. Au fil du temps, les taches se combinent pour former des zones nécrotiques à l'extrémité des feuilles provoquant une déshydratation dans ces zones.  Les taches foliaires peuvent être contrôlées par des sprays fongicides , comme le mancozèbe (0,1%). En plus des taches foliaires, l'infection peut entraîner: une entrave à la germination, une croissance inhibée des semis et des cultures matures de moindre qualité (par exemple, moins de céréales produites et les céréales produites sont endommagées).

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire