Pyrenophora graminea

Pyrenophora graminea est l'agent causal de la rayure d'orge. La rayure d'orge est une maladie de l' orge qui a autrefois causé d'importantes pertes de rendement dans de nombreuses régions du monde. Son anamorphe associé est Drechslera graminea (Rabenhorst ex Schlechtendal) S. Ito 1930.

Pyrenophora graminea

Classification scientifique

Royaume:

Champignons

Phylum:

Ascomycota

Classe:

Ascomycètes

Ordre:

Pléosporales

Famille:

Pléosporacées

Genre:

Pyrenophora

Espèce:

P. graminea

Nom binomial

Pyrenophora graminea

S. Ito et Kurib. 1931

Synonymes

Brachysporium gracile var. gramineum (Rabenh.) Sacc.
Drechslera graminea (Rabenh. Ex Schltdl.)
Drechslera teres subsp. graminea (Rabenh. ex Schltdl.)
Helminthosporium gramineum Rabenh. ex Schltdl
Napicladium hordei Rostr.
Pleospora graminea est mort.
Pyrenophora teres subsp. graminea (S. Ito & Kurib.)
Pyrenophora graminea S. Ito & Kurib.


Identification

Stade asexué: les pycnides sont rarement observées dans la nature. Ils ont un diamètre de 70 à 176 μm, globuleux à en forme de poire, et se développent superficiellement ou partiellement submergés. La paroi est fine et fragile et est jaune à brune, avec un court ostiole . Les pycnidiospores sont de 1,4-3,2 x 1,0-1,6 μm, sphériques ou ellipsoïdales, hyalines et non septiques. 

Stade sexuel: les périthèces sont rares dans la nature, elles se produisent dans la paille d' orge à l'automne. Les périthèces mesurent 576-728 x 442-572 μm. Ils sont superficiels à partiellement submergés et sont allongés, avec des soies rigides à la surface. Les Acsi sont en forme de massue ou cylindriques, clairement bituniqués et arrondis à l'apex, avec une courte tige à la base. Les ascospores mesurent 43-61 x 16-28 μm, jaune-brun clair, ellipsoïdales et arrondies aux deux extrémités, avec des cloisons transversales et un, parfois deux, septum dans les cellules médianes mais jamais dans les cellules terminales.

Les conidies sont portées latéralement et terminalement sur des conidiophores , qui se produisent généralement en grappes de trois à cinq. Les conidies sont droites avec des extrémités arrondies et mesurent 11-24 x 30-100 μm. Ils sont subhyalines à jaune-brun et ont jusqu'à sept septa transversaux.

En culture, le mycélium est gris à olivacé et est souvent stérile. Les conidies peuvent se former lorsque des morceaux d'orge infectés sont placés sur de la gélose à l' eau et incubés dans des conditions de lumière diurnes suivies d'une période de refroidissement.

Symptômes de la maladie

Une infection grave des semis peut provoquer un retard de croissance et la mort en postlevée, mais les symptômes ne sont généralement apparents que plus tard, lorsque de longues rayures chlorotiques ou jaunes sur les feuilles et les gaines apparaissent. La plupart des feuilles d'une plante malade sont généralement touchées. Des stries brun foncé se développent plus tard dans les rayures, qui finissent par se dessécher et provoquer la chute des feuilles. Les oreilles peuvent ne pas émerger ou être déformées et décolorées. La production de céréales par les plantes infectées est sévèrement limitée. 

Distribution géographique

Il est répandu et se produit dans la plupart des régions productrices d'orge du monde.

Spécialisation physiologique

Il existe une variation considérable de la pathogénicité entre les isolats, mais aucune race physiologique formelle n'a été reconnue.

La biologie

La maladie est monocyclique et transmise par les graines généralement par le mycélium dans le péricarpe. Les périthèces sont rares, mais des sclérotes hivernants sur les débris de cultures ont été signalés en Russie. L'infection secondaire par les conidies n'est apparemment importante que pour l'infection florale et la contamination ultérieure des graines.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire