Erysiphe betae

Erysiphe betae est un phytopathogène . C'est une forme d' oïdium qui peut affecter les cultures de betteraves sucrières , quand elle peut entraîner une perte de rendement allant jusqu'à 30%.  Le champignon est présent dans le monde entier dans toutes les régions où la betterave à sucre est cultivée et il infecte également d'autres cultures comestibles, par exemple la betterave .

Erysiphe betae

5841

Classification scientifique

Royaume:

Champignons

Division:

Ascomycota

Classe:

Léotiomycètes

Ordre:

Érysiphales

Famille:

Erysiphaceae

Genre:

Erysiphe

Espèce:

E. bêta

Nom binomial

Erysiphe betae

(Vaňha) Weltzien, (1963)

Synonymes

Erysiphe communis f. betae
Erysiphe polygoni
Ischnochaeta polygoni
Microsphaera betae
Microsphaera polygoni


Identification

Cet agent pathogène est un parasite strictement obligatoire et ne peut donc être identifié que lorsqu'il est in planta. Souvent, pour identifier correctement ce pathogène, une certaine forme d'analyse microscopique est nécessaire lorsqu'il ne se trouve que sur un seul type de plante. Cela peut être fait par l'isolement et l'observation des cleistothécies, qui sont le produit de la reproduction sexuée. 

Symptômes de la maladie

  • Les symptômes apparaissent sous forme de taches blanches sales, circulaires et farineuses de chaque côté des feuilles.
  • Dans des conditions environnementales favorables, les feuilles entières, les tiges, les parties florales et les gousses sont affectées.
  • La feuille entière peut être recouverte d'une masse poudreuse.
  • En cas de persistance, une chlorose ou une nécrose légère peut également survenir.

Survie et propagation

L'agent pathogène survit à l'hiver grâce aux cleistothécies qui sont présentes dans les débris de culture sur le terrain et qui contiennent des ascospores (spores sexuelles).  L'infection se produit lorsque les ascospores ou les conidies (spores asexuées) sont capables de germer et de pénétrer dans la feuille de la plante. Après l'infection, le pathogène, qui se développe maintenant sous forme d'hyphes dans la feuille, commence à produire des conidies sur de courts conidiophores. Les ascospores et les conidies peuvent être la source d'un inoculum primaire ou "première infection". La production de quel type de spore est déterminée par les conditions météorologiques et la période de l'année. Les conidies peuvent parcourir de longues distances dans les airs. 

 

Des conditions favorables

Le développement de la maladie est favorisé par des températures élevées (15-28 ° C) couplées à une faible humidité (<60% d'humidité) et des précipitations faibles ou inexistantes, avec le vent. 

La description

Ce champignon, comme tous les oïdiums, a un aspect poudreux blanc. Il apparaît sur les feuilles en été. L'infection commence normalement sur les feuilles plus âgées, généralement près de la jonction entre le limbe et le pétiole, et elle se développe sur les surfaces ab- et adaxiale.

Pathogénicité

Ce pathogène diminue les rendements des cultures par la réduction de la lumière disponible pour la photosynthèse dans les feuilles des plantes.  Il provoque également des déformations des feuilles et des pousses. Cela affectera le rendement et la qualité des cultures de semences ainsi que l'aspect visuel et la qualité des cultures de feuilles. Dans le cas d’Erysiphe betae, l'entrée dans la cellule implique à la fois une pénétration mécanique et une dégradation enzymatique de la cuticule et de la paroi cellulaire.

Défenses végétales

Le champignon peut produire certaines enzymes dégradant la paroi cellulaire, notamment les pectines lyases et les polygalacturonases. Les plantes peuvent contenir une gamme d'inhibiteurs spécialisés qui neutralisent les effets de ces enzymes.

Méthodes de contrôle

Dans le cas de la lutte contre Erysiphe betae, on ne sait pas grand-chose sur la manière d’éradiquer totalement cette maladie une fois qu’elle a pris possession de la culture. Il faut donc supposer que la meilleure méthode de contrôle est la prévention. Cela peut être fait en utilisant des fongicides. Certains gènes ont été identifiés chez des espèces sauvages.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire