Globisporangium sylvaticum

Globisporangium sylvaticum est une plante pathogène , un oomycètes connu pour provoquer la pourriture des racines et la fonte des semis dans une multitude d'espèces. Ces espèces comprennent les pommes , la carotte , le laurier cerise , le cresson , le concombre , l' ail , la laitue , le pois , le rhododendron et les épinards .   Les symptômes de l'infection comprennent le retard de croissance , le flétrissement , la chlorose et le brunissement et une nécrose éventuelle de racines.  L'agent pathogène peut être identifié par la présence de spores rondes, microscopiques et épaisses dans les cellules de la racine.

Globisporangium sylvaticum

Classification scientifique

Clade :

SAR

Phylum:

Oomycota

Ordre:

Péronosporales

Famille:

Pythiacées

Genre:

Globisporangium

Espèce:

G. sylvaticum

Nom binomial

Globisporangium sylvaticum

(WA Campb. Et FF Hendrix) Uzuhashi, Tojo et Kakish., 2010

Synonymes

Pythium sylvaticum

L'espèce était autrefois placée dans le genre Pythium , mais ce genre a été divisé en cinq clades distincts , chacun caractérisé par la morphologie du sporange .

Cycle de la maladie

Globisporangium sylvaticum est connu pour être hétérothallique , alors que d'autres espèces du basionyme Pythium étaient toujours connues pour être homothalliques .  De plus, il a été démontré que les oospores se produisent uniquement dans des appariements spécifiques de certains isolats sporangiaux, une découverte qui renforce sa nature hétérothallique .  Puisque le pathogène est un oomycète , il est connu pour produire plusieurs types de spores, y compris les sporanges , les zoospores et les oospores . 

L'agent pathogène commence son cycle de vie au stade de croissance en construisant un mycélium bien développé composé d' hyphes hyalins . Ce mycélium est le corps en croissance active de l'agent pathogène et est responsable de l'infection de l'hôte, de la colonisation ultérieure de la plante hôte et de l'absorption des nutriments de son hôte.

Cette croissance hypale peut se produire de deux manières différentes au sein de Globisporangium sylvaticum, de manière asexuée ou sexuelle.

Au cours de son cycle de vie asexuée, le pathogène produit des sporanges qui se produisent en phase terminale et intercalaire, et qui sont de forme globuleuse et à parois minces ainsi que sous-globuleux et en forme de citron, respectivement.  Après une période de temps, les zoospores biflagellées commencent à se développer dans le protoplasme du sporange et sont ensuite libérées dans les conditions appropriées.  Les zoospores mobiles prolifèrent à travers le milieu vecteur jusqu'à ce qu'elles atteignent la cour d'infection de son hôte, dans ce cas la graine ou les racines. Une fois au tribunal d'infection, les zoospores enkystent les extrémités des racines ou les graines de l'hôte, l'infectant ainsi et entraînant l'apparition d'une croissance mycélienne plus importante et l'éventuelle fonte des semis / pourriture des racines de la plante hôte.

Cependant, pendant le cycle de vie sexuel, le pathogène, comme mentionné précédemment, a besoin de deux isolats compatibles différents pour former une structure diploïde appelée oospore . L’oospore est une structure de survie pour le pathogène qui ne germe que dans des conditions non défavorables.  Dans le cas de Globisporangium sylvaticum , l' oospore est globuleuse, aplérotique (espace entre la paroi de l'oospore et la paroi de l'oogonium) et à parois épaisses.  La formation de l' oospore est causée par la fusion d'une anthéridie et d'un oogonium, les parties reproductrices mâles et femelles, respectivement. Les anthéridies de Globisporangium sylvaticum sont caractérisées comme étant dicliniques et ramifiées, tandis que les oogonies sont intercalaires et sous-globuleuses.  Après qu'une oospore est formée à la suite de la fusion entre les structures reproductrices susmentionnées le pathogène continue à subir la division cellulaire donnant lieu au mycélium où les deux cycles se répètent dans les conditions appropriées.

Environnement

Un environnement humide est nécessaire pour la propagation et la dispersion de Globisporangium sylvaticum . Le pathogène produit des zoospores très mobiles , qui utilisent des flagelles pour la locomotion. En présence d'eau, la zoospore utilisera ses flagelles pour se propulser dans l'eau environnante, en direction d'un éventuel tribunal d'infection .  Dans des conditions environnementales défavorables, le pathogène existe dans une structure appelée oospore . Cette structure protège le pathogène pendant de longues périodes jusqu'à ce que les conditions de sa propagation soient remplies.  De plus, dans des conditions de température idéales, il a été observé qu'une croissance radiale optimale pour Globisporangium sylvaticum est présent entre 28 ° C et 30 ° C. Au cours de cette plage de températures, on a observé que l'agent pathogène croissait de 2,7 cm sur une période de 24 heures. 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire