Typhula

Typhula est un genre de champignons clavarioidés de l' ordre des Agaricales . Les espèces de Typhula sont saprotrophes , principalement des feuilles en décomposition, des brindilles et du matériel herbacé. Les basidiocarpes (organes fruitiers) sont en forme de massue ou étroitement cylindriques et sont simples (non ramifiés), souvent issus de sclérotes . Le genre anamorphique Sclerotium est (dans son sens moderne) un synonyme de Typhula. Quelques espèces sont des agents pathogènes facultatifs des plantes , causant un certain nombre de maladies des cultures et des pelouses importantes sur le plan commercial.

Typhula

5830

Typhula quisquiliaris, illustré par James Sowerby

Classification scientifique

Royaume:

Champignons

Division:

Basidiomycota

Classe:

Agaricomycètes

Ordre:

Agaricales

Famille:

Typhulacées

Genre:

Typhula
Pers. ) Fr.

Espèce type

Typhula phacorrhiza

Reichardt ) Le P.

Espèce

Synonymes

Cnazonaria Corda
Phacorhiza Pers.
Pistillaria Fr.
Pistillina Quél.
Sclerotium Tode ( anamorphe )


Taxonomie

Le genre a été introduit pour la première fois en tant que section de Clavaria par le mycologue sud-africain Christiaan Hendrik Persoon en 1801. Il a différencié Typhula de Clavaria sur la base de la forme du corps du fruit (Typhula ayant une tête et une tige distinctes). Le nom a été repris au niveau générique par Elias Magnus Fries en 1818. Fries décrit quatre espèces du genre, dont l' espèce type Typhula phacorrhiza . Les auteurs suivants ont décrit environ 150 autres espèces de Typhula

Le genre a été révisé en 1950 par EJH Corner , qui a caractérisé les espèces de Typhula comme ayant des fructifications issues de sclérotes , les genres Pistillaria et Pistillina accueillant des espèces similaires dépourvues de sclérotes.  Une révision ultérieure et plus spécialisée de Jacques Berthier (1976) a placé ces deux derniers genres en synonymie.  Aucune étude taxonomique ultérieure n'a été publiée, bien que les séquences d'ADN des espèces types aient indiqué le placement de Typhula dans les Agaricales. 

 

Le genre Sclerotium

Le sclérote a été introduit par le mycologue et théologien allemand Heinrich Julius Tode en 1790 pour accueillir les sclérotes fongiques (propagules composées d'hyphes à parois épaisses). Plus de 400 espèces ont ensuite été ajoutées à ce genre de forme , comprenant des sclérotes ou des entités analogues à des sclérotes provenant d'une large gamme de champignons dans les phyla Ascomycota et Basidiomycota .

Avec une évolution vers une classification plus naturelle des champignons, le genre Sclerotium est maintenant limité aux anamorphes sclérotiques de Typhula , puisque l'espèce type, Sclerotium complanatum , est l'anamorphe de Typhula setipes . D'autres espèces ont été transférées ailleurs.  Même dans son sens restreint, le genre est superflu car il n'y a aucune bonne raison pour laquelle les propagules hyphes devraient avoir un nom scientifique distinct des champignons dont ils font partie.

La description

Les basidiocarpes (corps fruitiers) proviennent seuls ou individuellement d'un sclérote ou directement du substrat. Les corps du fruit sont filiformes (en forme de poil) à en forme de club, généralement avec une tige stérile distincte et une tête fertile, normalement blanche, chez certaines espèces chamois à rose, ou avec une tige rougeâtre foncée. Les sclérotes (lorsqu'ils sont présents) sont sphériques à lentilles, durs et cornés, brun jaune à brun noirâtre. Au microscope, le système des hyphes est monomite, les hyphes avec ou sans connexions de serrage . Les basides produisent 2 à 4 basidiospores lisses (lobées chez une espèce), incolores et amyloïdes ou inamyloïdes.

Habitat et répartition

Les espèces de Typhula sont principalement présentes sous forme de saprotrophes sur des tiges herbacées mortes, des tiges de fougères, des tiges d'herbe, des feuilles mortes et des détritus ligneux. Certaines espèces sont présentes sur une large gamme de plantes hôtes, d'autres - comme Typhula quisquiliaris sur fougère - semblent être spécifiques à l'hôte.  Quelques espèces sont ou peuvent devenir des parasites facultatifs (opportunistes) des cultures et du gazon.

La plupart des espèces ont été décrites dans la zone tempérée nord, mais peu de recherches ont été entreprises dans les tropiques ou l'hémisphère sud, où elles sont soit moins communes, soit (encore) négligées. 

 

Importance économique

Les espèces psychrophiles Typhula ishikariensis et Typhula incarnata sont les agents responsables de la moisissure grise des neiges (également appelée moisissure mouchetée des neiges ou Typhula), une maladie qui peut détruire le gazon lorsqu'il est recouvert pendant une longue période de neige. C'est un problème particulier sur les terrains de golf implantés dans des zones inadaptées.  Plus important encore, les deux mêmes espèces peuvent également endommager les cultures de blé d'hiver , tout comme Typhula phacorrhiza

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire