Kabatiella caulivora

 

Kabatiella caulivora

Classification scientifique

Royaume:

Champignons

Division:

Ascomycota

Classe:

Dothidéomycètes

Ordre:

Dothideales

Famille:

Dothioraceae

Genre:

Kabatiella

Espèce:

K. caulivora

Nom binomial

Kabatiella caulivora 

Kirchn. ) Karak. (1923)

Synonymes 

  • Gloeosporium caulivorumKirchn. (1902)
  • Exobasidiopsis caulivora (Kirschst. ) Karak. (1922)
  • Aureobasidium caulivorum (Kirchn.) WBCooke (1962)
 

Kabatiella caulivora est un champignon de la famille des Dothioraceae . C'est un phytopathogène infectant le trèfle rouge .

Kabatiella caulivora est un agent pathogène grave du trèfle (Trifolium) spp. Trèfle souterrain (T. subterraneum) cv. Woogenellup a été inoculé avec K. caulivora afin d'étudier la fixation et la germination de conidies, la pénétration du tube germinatif à la surface de la plante, ainsi que l'histochimie et l'ultrastructure des modifications de l'hôte associées au développement des lésions. L’architecture foliaire a permis aux conidies de se concentrer à la base des folioles et sur les pétiolules (entre les folioles et les pétioles). Les cellules épidermiques situées immédiatement sous les conidies et, parfois, les cellules adjacentes ont également présenté une décoloration jaune-brun un jour après l'inoculation. La pénétration semblait se faire directement à travers la cuticule, caractérisée par des hyphes rétrécis au point d’entrée. Aucune appressoria n'a été observée. Dans les feuilles, l'invasion était limitée à la région proximale du Pétiolule et à la nervure médiane de la feuille. Dans les pétioles et les pétiolules, les hyphes sont restés dans un premier temps entre les cellules épidermiques et la première couche de cellules mésophylles avant de se déplacer entre les cellules du mésophylle en direction des tissus du phloème. La cuticule était parfois dégradée lors d'infections de pétioles et de pétiolules, la perte de composants de la paroi cellulaire de l'épiderme et du mésophylle était détectée, et des chloroplastes et des grains d'amidon étaient perturbés. Les plantes ont développé des symptômes macroscopiques 10 à 11 jours après l'inoculation, avec des lésions nécrotiques sur les feuilles, les pétioles et les pétiolules. La sporulation s'est produite environ 15 à 18 jours après l'inoculation lorsque les plantes affectées se sont effondrées. Cette information peut être utile pour les programmes de sélection visant à sélectionner des variétés présentant une résistance améliorée à la maladie du grume et du trèfle.

Kabatiella caulivora forme également des hyphes au repos à parois épaisses, vraisemblablement pour la survie à long terme (Bayliss et al. 2003), lui permettant de survivre dans les semences entreposées et dans les résidus morts de plantes infestées pendant au moins 18 mois (Kellock, 1971; Beale, 1972) et lui permettant de persister d’une saison de croissance annuelle à l’autre (Johnstone & Barbetti, 1987). Le pathogène envahit, principalement à travers les pétiolules, provoquant un «retournement» des folioles pour exposer la surface inférieure (Bokor, 1972; Bayliss et al. 2001; Barbetti & You, 2014), symptôme caractéristique de l'infection par K. caulivora sur le trèfle souterrain (Barbetti, 1989) et le trèfle rouge (Sampson, 1928). Des lésions brunes à noires deviennent visibles sur les pétiolules, les pétioles, les tiges, les coureurs et les pédoncules, détruisant les tissus vasculaires et provoquant le flétrissement et l'effondrement des feuilles (Barbetti & You, 2014). ...

... La maladie a été initialement contrôlée en Australie par l'ensemencement de variétés de trèfle souterrain résistantes (Bayliss et al. 2002; Nichols et al., 2014). Alors qu’une seule race de K. caulivora, race 1, était prédominante dans les régions australiennes où le trèfle poussait Bayliss et al. 2001), une nouvelle race, la race 2, a été identifiée en Australie occidentale en 1990 et a dévasté des champs de variétés de trèfle souterraines telles que Junee et Esperance, auparavant résistantes à la race 1 (Barbetti, 1995; Barbetti & You, 2014). La race 2 continue de se répandre dans l’Australie occidentale et continuera probablement dans le sud de l’Australie et potentiellement hors de l’Australie (Barbetti & You, 2014). ...

Le niveau d'amidon diminue au cours de l'infection dans les feuilles traitées par Pseudomonas ou Botrytis (Berger et al. 2004). Dans d’autres systèmes phytopathogènes, tels que les pathogènes biotrophes (Long et al. 1975, Minarcic et Janitor 1994) ou les champignons nécrotropes (Bayliss et al. 2001 Li et al. 2007), des dépôts d’amidon ont été observés à proximité des sites d’infection. Cette diminution de l'augmentation de l'amidon au site d'infection indique que ces changements dépendent de la relation source-puits du génotype de l'hôte et de sa capacité à reprogrammer le métabolisme de la plante (Garg et al. 2010). ...

... La quantité d'amidon diminue au cours de l'infection dans les feuilles traitées par Pseudomonasor Botrytis (Berger et al. 2004). Dans d’autres interactions hôte-pathogène, impliquant en particulier des agents pathogènes biotrophes tels que les rouilles et le mildiou (Long et al. 1975, Minarcic et Janitor 1994), ainsi qu’avec des champignons nécrotropes tels que Kabatiella caulivora (Bayliss et al. 2001) ou Leptosphaeria maculans (Li et al. 2007), des dépôts d’amidon ont été observés à proximité des sites d’infection. Cette diminution de l'augmentation de l'amidon au site d'infection indique que ces changements dépendent de la relation source-puits du génotype de l'hôte et de sa capacité à reprogrammer le métabolisme de la plante (Garg et al. 2010). ...

 

... L’étude actuelle a également démontré que les conidies et les mycéliums mélanisés peuvent former une masse hyphale sur des matériaux porteurs, les mycéliums devenant anastomosés et formant des spires rondes d’hyphe au repos. La formation de telles bobines hyphales peut être une réponse thigmotropique de l'agent pathogène à la surface des matériaux supports, et des conditions environnementales défavorables ont également été suggérées comme cause de telles bobines hyphales (Bayliss et al. 2001; Pi erard et al. 2007). Ces bobines de champignons ont également été proposées comme un mécanisme possible pour surmonter la résistance de l'hôte (Bayliss et al. 2003). ...

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire