Pheropsophus aequinoctialis

Pheropsophus aequinoctialis est une espèce de coléoptère d' Amérique centrale et d'Amérique du Sud qui se nourrit de larves sur les œufs de taupes, mais qui, à l'âge adulte, se nourrit de larves.

Pheropsophus aequinoctialis

Classification scientifique

Royaume:

Animalia

Phylum:

Arthropodes

Classe:

Insectes

Commande:

Coléoptères

Famille:

Carabidae

Sous-famille:

Brachininae

Genre:

Pheropsophus

Espèce:

P. aequinoctialis

Nom binomial

Pheropsophus aequinoctialis
( Linnaeus , 1763 )

Des synonymes

  • Cicindela aequinoctialis Linnaeus, 1763
  • Carabus complanatus Fabricius, 1775
  • Carabus planus Olivier, 1795
 

Distribution

Pheropsophus aequinoctialis est l'espèce la plus répandue dans le genre Pheropsophus , avec une répartition qui s'étend du Yucatán ( Mexique ) au nord jusqu'au Pérou , en Bolivie , en Uruguay et aux provinces de Catamarca et Jujuy en Argentine au sud. [1]

Description

En plus d'être le plus répandu, P. aequinoctialis est également l'espèce la plus variable du genre. Sa coloration est similaire à celle des coléoptères Phaeoxantha aequinoctialis , P. klugii et Trichognathus marginipennis , et toutes ces espèces forment probablement un complexe mimétique mullérien .

Ecologie

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d4/Scapteriscus_vicinus.JPG/220px-Scapteriscus_vicinus.JPG

Les larves de Pheropsophus aequinoctialis mangent des oeufs pondus par des grillons du genre Scapteriscus ( S. vicinus ).

Les adultes de Pheropsophus aequinoctialis sont nocturnes , se cachant souvent en groupes pendant la journée sous des pierres, des rondins ou des touffes d'herbes, mais émergent dans la nuit le long de sentiers sableux ou de plages fluviales. Comme d'autres membres de la tribu Brachinini , ils manifestent un comportement crépitant et produisent des quinones .

Les adultes de P. aequinoctialis se nourrissent parfois de matière végétale, telle que le fruit de la paume Astrocaryum , mais sont généralement des prédateurs , en particulier des grillons adultes du genre Scapteriscus . P. aequinoctialis a donc été considéré comme un agent de lutte biologique potentiel pour contrôler les espèces de Scapteriscus . [1] Trois espèces de Scapteriscus ( S. abbreviatus , S. borellii et S. vicinus ) sont des espèces adventives en Floride, arrivées vers 1900 en provenance d'Amérique du Sud . Les criquets de la taupe et les larves adultes et nymphes qui s'alimentent causent des dommages importants à plusieurs espèces de graminées, notamment Paspalum notatum , Cynodon dactylon , Eremochloa ophiuroides , Stenotaphrum secundatum et Zoysia spp. et Hemarthria altissima .

Cycle de vie

Pheropsophus aequinoctialis pond des œufs de 25 à 60 œufs près des terriers de grillons. Les œufs ont un contour blanc et rectangulaire, avec des sommets arrondis. Les trois stades ( stades larvaires ) suivants sont blancs, avec une capsule crânienne et une coloration plus foncée au bout des pièces buccales. Les larves du premier stade ont de longues pattes et cherchent les cavités d'œufs dans les terriers de cricket. Le second stade diffère nettement du premier - un phénomène connu sous le nom d' hypermétamorphose ; ils sont plus courts et plus larges, avec des pattes beaucoup plus courtes. La larve se nourrit des œufs des grillons, et reste dans le terrier jusqu'à ce qu'elle mue dans l' imago (état adulte). La pupe est de la forme typique des carabes .

Histoire taxonomique

Pheropsophus aequinoctialis a été l'un des premiers coléoptères terrestres décrits dans l' écozone néotropique . Il a été décrit pour la première fois par Carl Linnaeus dans son ouvrage Centuria Insectorum de 1763, sous le nom de Cicindela aequinoctialis . Il fut également décrit plus tard par Johan Christian Fabricius en 1775 sous le nom de Carabus complanatus et par Guillaume-Antoine Olivier en 1795 sous le nom de Carabus planus , tous deux synonymes juniors de Pheropsophus aequinoctialis . Il a été fait plus tard l' espèce type du genre Pheropsophus .

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire