Psila rosae

Insecta, Diptera, Psilidae

 

La mouche de la carotte (Psila rosae) est une espèce d'insectes diptères de la famille des Psilidae.

C'est un ravageur des potagers et des cultures maraîchères qui affecte principalement la carotte (sauvage ou cultivée), mais peut aussi s'attaquer au panais, au persil et au céleri. On trouve la mouche de la carotte en EuropeAsieAfrique et Amérique du Nord.

Psila rosae

5242

Mouches de la carotte.

Classification

Règne

Animalia

Embranchement

Arthropoda

Sous-embr.

Hexapoda

Classe

Insecta

Sous-classe

Pterygota

Infra-classe

Neoptera

Super-ordre

Endopterygota

Ordre

Diptera

Sous-ordre

Brachycera

Infra-ordre

Muscomorpha

— non-classé —

Cyclorrhapha

Famille

Psilidae

Genre

Psila

 

Espèce

Psila rosae
(Fabricius1794)

 

Description


- Adulte : 4 à 5 mm de long, thorax et abdomen noirs, pattes jaunes sauf les tarses qui sont plus foncés. Tête brune avec de très larges joues blanches. Abdomen allongé, pointu chez la femelle. Ailes hyalines à nervures jaunâtres.
- Oeufs : très petits, peu visibles, cachés dans le sol, isolés ou groupés en tas.
- Asticot : très allongé (6 à 7 mm), blanc jaunâtre brillant.
- Pupe : brunâtre en forme de tonnelet.

Biologie


- Plantes-hôtes : les Carottes cultivées et sauvages, le Céleri, et, plus rarement, le Persil.
- Adulte : l'hibernation se fait sous forme de pupe ; les adultes apparaissent de façon très échelonnée, de fin avril-début mai jusqu'en juillet. Les mouches volent pendant les belles journées, d'un vol lent, se posant fréquemment sur les feuilles des plantes basses les plus variées. Elles s'accouplent et pondent peu de temps après dans le sol à proximité des plantes-hôtes. Développement embryonnaire : 10 à 12 jours.
- Larve : elle chemine dans le sol et pénètre dans la racine, y creuse des galeries sinueuses, surtout dans la couche externe. Le développement larvaire dure 1 mois au bout duquel l'asticot se nymphose dans le sol au voisinage de la racine.
C'est la larve qui cause du dommage aux carottes. L'asticot de couleur jaune crème se nourrit aux dépens des couches externes de la racine de la carotte. En automne, elles peuvent se mettre à pénétrer plus en profondeur dans la racine. Les larves sont apodes et mesurent jusqu'à 10 mm de longueur.

 

Cycle de vie


- 2 générations annuelles, une 3e à l'automne dans certaines régions.
- Les larves de 1ère génération se développent sur les Carottes nouvelles et les mouches qui en sont issues volent de juillet à septembre, engendrant les larves de 2e génération, très nuisibles, qui commettent des dégâts jusqu'en octobre-novembre sur les Carottes.

Dégâts


- Les Carottes attaquées ont une croissance ralentie ; elles sont souvent envahies par la pourriture et prennent un goût amer.

Les dégâts en résumé

Responsable : un insecte de l’ordre des Diptères, petite mouche noire, fine, de 4-5 mm de long. Les femelles adultes survolent les rangs de carottes dès avril-mai et pondent au pied des plantes. Les petites larves blanchâtres gagnent les racines qu’elles creusent. Ces larves se nymphosent ensuite pour donner naissance à une seconde génération de mouches.

Dégâts apparents : les racines sont creusées de galeries assez fines abritant ou non les larves. Lorsque l’attaque est sévère, la croissance des plantes est atteinte, le feuillage jaunit et flétrit. A ce stade, la récolte est détruite.

Période des dégâts : d’avril-mai à l’automne ; deux à trois générations de mouches peuvent se succéder dans la saison selon les régions.

Plantes les plus sensibles : carotte, mais aussi d’autres racines de plantes de la famille des Apiacées, comme persil, persil tubéreux, céleri, panais.

Conditions favorables : les périodes les plus favorables aux attaques de la mouche de la carotte correspondent aux vols des adultes, essentiellement en avril-mai (avec décalage régional du nord au sud), puis en août-septembre.

 

Symptômes de l'infestation

5243

Larve.

Le feuillage se décolore. On peut observer des tunnels brun-rouille sous la couche extérieure des racines mûres.

Lutte

Carottes prises pour cible par les mouches.

  • Les mouches déposent leurs œufs autour des jeunes carottes, les larves, une fois sorties de l'œuf, creusent un tunnel dans la racine. Puisque les femelles de la mouche de la carotte volent très bas, la meilleure méthode de prévention est de lever une barrière autour du carré de carotte d'au moins 60 cm de haut. On peut aussi utiliser des laines horticoles servant comme toison de couverture. Des variétés nouvelles de carottes plus résistantes à la mouche de la carotte peuvent être testées.
  • Épandre des pelures d'oignon autour des pieds de carottes pour les protéger de la mouche de la carotte.

    La culture du poireau en compagnonnage avec celle de la carotte permet de lutter sainement contre la mouche de la carotte.

    J. Vercier conseille de semer sur le sol une poudre puante (schistainite).

    Méthodes alternatives :

    Les voiles :

     - Protection horizontale : voiles non tissés en polypropylène à 10 ou 17 g/m² ou voiles spécifiques anti-insectes. A mettre en place avant les débuts de vols ou avant la levée. Ils sont à laisser en place pendant toute la durée du vol. - Protection verticale : référence dans le Nord Pas de Calais, aux Pays-Bas et en Suisse. Hauteur minimum de 130 cm avec un auvent incliné de 30 cm minimum.

    Existence de faune auxiliaire dont l’action est toutefois limitée :

     - Coléoptère staphylin : Aleochara, l’adulte est un prédateur d’œufs et de larves, les larves sont des ectoparasites de pupes.

    - Hyménoptères : Dacnusa gracilis (parasitoïde) et Loxotropa sp (endoparasite de larve).

    Eléments favorisants : Températures comprises entre 18 et 22 °C. ▪ Culture d’ombellifère faite sur une même parcelle plusieurs années de suite ou sur parcelles contiguës. ▪ Présence d’ombellifères sauvages ▪ Sol frais riche en matière organique et se réchauffant facilement. ▪ Alimentation riche en protéines ▪ Présence de haies.

    Eléments défavorables : Rotation des cultures. ▪ Vol nul quand : T°> 22°C et T°

    Remarque

  • L'espèce est bivoltine en Allemagne. L'activité de prise de nourriture des larves atteint son maximum en août. Les individus de la 2e génération hivernent pour la plupart à l'état de larve, dans la racine (ce qui amplifie les dégâts), ou à l'état de pupe.

    5244

    5245

     

    5246

     

    5247

    Carotte attaquée

     

    5248

    Dégâts sur carotte

     

    5249

    Pupes dans le sol

     

    5250

    Dégâts sur une culture de persil

     

    5251

     

    5252

     

    5253

     

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire