Aleochara bilineata
Staphylinidae

 

Aleochara bilineata est une espèce de petits insectes coléoptères staphylinidés, décrite par Gyllenhaal en 1810, appartenant au genre Aleochara.

C'est un prédateur de la famille des staphylinidés considéré comme un très important auxiliaire de l'agriculture, de la culture fruitière et légumière car il attaque essentiellement des diptères parasitant les arbres fruitiers, la vigne, les grandes cultures, les cultures légumières et diverses cultures ornementales.

Il est donc utilisé en lutte biologique, mais il est aussi très sensible à certains pesticides (pyréthrinoïdes) en particulier et certains fongicides.

 

Aleochara bilineata

5276

Aleochara bilineata

Classification

Règne

Animalia

Sous-règne

Bilateria

Infra-règne

Protostomia

Super-embr.

Ecdysozoa

Embranchement

Arthropoda

Sous-embr.

Hexapoda

Classe

Insecta

Sous-classe

Pterygota

Infra-classe

Neoptera

Super-ordre

Holometabola

Ordre

Coleoptera

Sous-ordre

Polyphaga

Infra-ordre

Staphyliniformia

Super-famille

Staphylinoidea

Famille

Staphylinidae

Sous-famille

Aleocharinae

Tribu

Aleocharini

Genre

Aleochara

Sous-genre

Aleochara (Coprochara)

 

Espèce

Aleochara bilineata
(Gyllenhaal1810)

Synonymes

 

Habitat

On le trouve dans les substrats constitués de débris organiques, plutôt humides ou près de l'eau, dans les tas de compost et végétaux en décomposition ou encore dans le couvert végétal. Les haies brise-vent offrent une protection à des populations d'adultes utiles à l'agriculture.

Efficacité dans la lutte biologique

Un adulte d'A. bilineata consomme jusqu'à cinq larves de la mouche du chou (Delia radicum) par jour, un couple peut détruire 1200 œufs et larves et au cours de sa vie, leur progéniture pouvant parasiter des centaines de pupes.

En cas de surpopulation (ou manque de proies), les adultes sont cannibales, mangent leurs œufs et peuvent attaquer d'autres adultes de la même espèce, ce qui contribue à une autorégulation très rapide des populations.

L'adulte émerge au printemps après l'apparition des vers des racines, trop tard pour supprimer tout dégât aux cultures en début de saison, même si en fin de saison on constate que jusqu'à 90 % à 95 % des pupes de la mouche du chou sont parasités par des larves d'A. bilineata.

Des élevages en masses ont permis des lâchers massifs d'A. bilineata dans l'ancienne Union soviétique, en Europe et au Canada pour le contrôle des asticots qui attaquent les racines, en début de saison, au moment de l'explosion de la prédation et du parasitisme de la première génération de vers des racines.

Classification :

5277

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire