Ceroplastes rusci (Charançon des siliques de colza)

Insecta, Coleoptera, Curculionidae .

Description
- Adulte : corps gris noir, ovale, de 2,5 à 3 mm de longueur. Elytres avec des stries et des interstries d'égales largeurs.
- Larve : blanche, tête brune ; elle peut atteindre 5 à 6 mm de long.

Biologie
- Plantes-hôtes : le Colza et les Crucifères sauvages.
- Adulte : après une période de diapause hivernale, il envahit les cultures de Colza en s'attaquant d'abord aux plantes de la lisière puis en progressant à l'intérieur du champ. Ses morsures sur boutons puis sur siliques ressemblent à des piqûres. La ponte commence 15 à 20 jours après la sortie des adultes et se poursuit jusqu'au stade "siliques bosselées" avec graines en formation. Fécondité : 50 oeufs environ introduits à raison de 1 à 3 par silique.
- Œuf : l'évolution embryonnaire dure 10 à 12 jours.
- Larve : elle ronge l'épiderme des jeunes graines puis en dévore l'intérieur ; parvenue au terme de son développement (22 à 26 jours), elle fore un trou dans la silique, se laisse tomber sur le sol et se nymphose.

Cycle de vie
- 1 génération par an.
- La reprise d'activité des adultes intervient fin-avril, début-mai, lorsque la température dépasse 15°C. Les femelles pondent au cours du mois de mai et les larves se développent dans les siliques en juin. Les adultes apparaissent en juillet et, après une courte période d'alimentation sur les Crucifères spontanées, gagnent leurs abris d'hiver au cours du mois d'août et entrent en diapause.

Dégâts
- Les morsures alimentaires et les piqûres de ponte sur les boutons et siliques de Colza sont sans incidence sur le rendement, la plante les compensant entièrement. En ce qui concerne les dégâts sur graines, la plante les compense jusqu'à 20% des siliques attaquées.
- Le Charançon peut attaquer jusqu'à 60 à 70 % des siliques, entraînant une perte de 30% du rendement en année humide (favorisant la germination des graines dans les siliques et le développement de maladies cryptogamiques).
- En outre, les morsures et les piqûres de ponte permettent aux Cecidomyiidae, en particulier à la Cécidomyie des siliques des crucifères (Dasineura brassicae), de déposer leurs oeufs en très grande quantité. L'activité larvaire des Cecidomyiidae entraîne l'éclatement des siliques et les pertes peuvent alors atteindre 50% de la récolte.

https://www7.inra.fr/hyppz/IMAGES/7031150.jpg

Adulte s'alimentant sur un bouton floral

https://www7.inra.fr/hyppz/IMAGES/7031151.jpg

Oeuf à l'intérieur d'une jeune silique L'une des valves de la silique a été enlevée pour montrer l'œuf en place.

https://www7.inra.fr/hyppz/IMAGES/7031152.jpg

Boutons attaqués à l'extrémité de l'inflorescence Les perforations d'alimentation des adultes (a) provoquent le jaunissement et l'avortement des boutons les plus jeunes (b).
 

https://www7.inra.fr/hyppz/IMAGES/7031153.jpg

Femelle préparant l'orifice de ponte Par cet orifice, l'œuf sera déposé dans la silique de Colza.
 

https://www7.inra.fr/hyppz/IMAGES/7031154.jpg

Dégâts typiques d'une morsure nutriciale Graine détruite et réaction du septum séparant les 2 rangées de graines.