Calosoma sycophanta

Calosoma sycophanta

Calosoma sycophanta, le Grand calosome, Calosome doré ou Calosome sycophante, est un grand coléoptère européen (30 mm de long en moyenne, avec des variations de 25 à 35 mm), forestier, caractérisé par des reflets métalliques.

Il appartient au genre Calosoma, classé dans la famille des Carabidae, dans l'ordre des coléoptères.

C'est une espèce qui semble en régression, et localement rare (par exemple en Alsace) ou disparue, mais jugée utile pour la sylviculture, et pour la lutte contre les pullulations cycliques (3 ans en général) de la processionnaire du chêne ainsi que contre les invasions de chenilles processionnaires du pin (Thaumetopoea pityocampa, un Notodontidae), sources de soies très allergènes et dont les populations deviennent invasives dans plusieurs régions et tendent à remonter vers le nord.

Son nom de « sycophante » (du grec "sukophantês") lui a été attribué par Linné, peut-être en raison de sa capacité à détecter ses proies.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3a/Calosoma_sycophanta%2BSardinien-2009-Thomas_Huntke.jpg/250px-Calosoma_sycophanta%2BSardinien-2009-Thomas_Huntke.jpg

Calosoma sycophanta

 

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/28/Calosoma_sycophanta_larva_eats_Lymantria_dispar_larva.jpg/250px-Calosoma_sycophanta_larva_eats_Lymantria_dispar_larva.jpg

Larve en train de manger une jeune chenille de Lymantria dispar

 

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a0/Calosoma_sycophanta_pupa.jpg/250px-Calosoma_sycophanta_pupa.jpg

Pupe de Calosoma sycophanta

 

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/ab/Euproctis_Chrysorrhoea_skin_rash_cutted.png/250px-Euproctis_Chrysorrhoea_skin_rash_cutted.png

Sa présence est un des moyens de limiter le risque de pullulation de certains papillons dont les larves libèrent dans l’air des poils urticants et/ou allergènes (ici : symptômes cutanés dus à Euproctis chrysorrhoea).

C’est une espèce prédatrice entomophage qui consomme un grand nombre de chenilles, y compris de chenilles protégées par des poils urticants ou d'autres systèmes de défense, (Lymantriidae et Processionnaires notamment), souvent délaissées par les oiseaux ou d'autres prédateurs.
C. sycophanta joue à ce titre un important rôle de régulation dans l’écosystème forestier. C’est notamment un prédateur réputé du papillon Lymantria dispar qui en l'absence de prédateur peut parfois pulluler.

Calosoma sycophanta

Description de cette image, également commentée ci-après

Calosome sycophante

Classification

Règne

Animalia

Embranchement

Arthropoda

Sous-embr.

Hexapoda

Classe

Insecta

Sous-classe

Pterygota

Infra-classe

Neoptera

Ordre

Coleoptera

Sous-ordre

Adephaga

Famille

Carabidae

Sous-famille

Carabinae

Genre

Calosoma

 

Nom binominal

Calosoma sycophanta

Description

C'est le plus vivement coloré des calosomes actuellement connus. Sa carapace de chitine polarise la lumière. Ses couleurs métalliques sont très caractéristiques, très brillantes, bleutées sur le scutum, et aux nuances irisées qui changent (vertes, bleues, bronzées, cuivrées, dorées à noires) selon l'orientation et la qualité de la lumière.

Habitat et répartition

Calosoma sycophanta est un insecte prédateur des forêts anciennes ou mûres, eurasiatiques et d'Afrique du Nord (Delassus, 19254) où certaines de ses populations ont été renforcées. On le trouve actuellement en Europe occidentale en Belgique, en Allemagne et dans les forêts d'Europe de l'Est, mais souvent assez localement.
Sa niche écologique est associée à la strate herbacée des milieux strictement forestiers, aux troncs d'arbres qu'il escalade pour se nourrir et à la strate buissonnante. On le trouve aussi parfois dans le bois-mort.

Bien que pouvant être aperçue de jour, l'espèce (larves surtout) est lucifuge. Les calosomes se cachent sous les feuilles mortes, dans les mousses ou le bois mort le jour, et chassent de nuit.

C. sycophanta a été introduit ou réintroduit dans certaines îles (pour protéger les suberaies de Corse par exemple en France) pour lutter contre certaines espèces envahissantes causant des dégâts dans les forêts cultivées ; il a été introduit aux États-Unis où on l'a considéré comme acclimaté à partir de 1929 (Balachowski, 1951).

Autour de Porto-Vecchio, il a été utilisé dans la lutte biologique contre Lymantria dispar dont les pullulations (de 3 à 4 ans) cycliques (tous les 8 à 10 ans, dont notamment en 1953, en 1962 et 1970 produisaient d'importants dégâts avec des gradations d’une durée de 3 à 4 ans (DAJOZ, 1980). Pour établir l’équilibre naturel, le bureau U.S. Bureau of Entomology d’Amérique introduit tous les parasites connu de Lymantria dispar dont notre Calosoma sycophanta, qui fut définitivement acclimaté en 1929 (BALACHOWSKY, 1951).

Alimentation