Aphis pomi - Aphis mali - Aphidula pomi - Doralis pomi (Puceron vert non migrant du pommier)

Description
- Adulte aptère : 1,5 à 2 mm de long, corps ovale, assez globuleux, vert avec les cornicules et la cauda noires. Les pattes et les antennes sont plus pâles, avec les extrémités brunes.
- Adulte ailé : thorax noir, abdomen vert avec 3 paires de taches circulaires latérales noires sur les segments abdominaux antérieurs et une tache semi-circulaire en avant et en arrière de chaque cornicule.
- Œuf : jaune verdâtre à vert devenant rapidement noir brillant.

Biologie
- Plantes-hôtes : le Pommier, plus rarement le Poirier, l'Aubépine (Crataegus oxyacantha), le Néflier (Mespilus), le Cognassier, le Sorbier (Sorbus), le Rosier (Rosa) et la Spirée (Spiraea). Contrairement à la plupart des Pucerons nuisibles, A. pomi est monoécique.
- Fécondité des femelles ovipares : 60 larves femelles.
- Larve : durée de développement d'une fondatrice, 3 semaines.
- Pour se nourrir, les Pucerons insèrent leur stylet dans le phloème. Ils sont souvent groupés sur les pousses en gaines compactes pouvant atteindre plusieurs centaines d'individus (*) . Ils envahissent la face inférieure des feuilles terminales qui s'enroulent et se recroquevillent légèrement (*) .

Cycle de vie
- L'œuf éclot après le débourrement des bourgeons et donne naissance à une fondatrice, femelle aptère parthénogénétique vivipare qui donne elle-même naissance à une génération de femelles parthénogénétiques vivipares.
- 10 à 15 générations se succèdent ainsi du printemps à l'automne.
- A partir du mois d'avril, apparaissent les formes ailées qui se dispersent et vont déposer des larves sur d'autres arbres ; les vents légers facilitent leur déplacement et peuvent les entraîner à plusieurs dizaines de km.
- En octobre et novembre, des femelles ovipares ailées et des mâles aptères apparaissent. Après accouplement, chaque femelle pond ses oeufs sur les rameaux, de préférence au sommet des tiges de l'année.
Ces oeufs sont parfois regroupés en très grand nombre à la différence de ceux des autres Pucerons ravageurs.

Dégâts
- Les piqûres d'alimentation des fondatrices et de leur descendance entraînent une diminution de la croissance des jeunes rameaux de l'arbre-hôte, et parfois, leur déformation. Ces lésions sont plus graves dans les pépinières et sur les jeunes sujets.
- En été, la fumagine envahit le miellat, parfois très abondant.

https://www7.inra.fr/hyppz/IMAGES/7030360.jpg

Colonie Sur une pousse de Pommier au printemps. Ce Puceron ne provoque souvent que des dommages insignifiants.

https://www7.inra.fr/hyppz/IMAGES/7030361.jpg

Colonie

 

 

https://www7.inra.fr/hyppz/IMAGES/7030362.jpg

Oeufs d'hiver sur rameau de Pommier

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire