Lyctidae

Cette famille de coléoptères comprend, en France, moins de 10 espèces,  qui  sont exclusivement xylophages à l'état larvaire. 
Ces insectes de couleur terne, souvent foncés (du marron au noir) ont une  taille qui varie de 2 à 6 mm de longueur.
Vue de profil, les espèces de cette famille comparées aux espèces d’Anobiidae sont plutôt très aplaties.

Habitus caractéristique des Lyctidae  et des Anobiidae.

Famille des Anobiidae (Anobium punctatum)   Famille des Lyctidae (Lyctus brunneus)

http://insectes-nuisibles.cicrp.fr/sites/default/files/fam_lyct_image006s.jpg              http://insectes-nuisibles.cicrp.fr/sites/default/files/fam_lyct_image007s.jpg

 

http://insectes-nuisibles.cicrp.fr/sites/default/files/fam_lyct_image004s.jpg      http://insectes-nuisibles.cicrp.fr/sites/default/files/fam_lyct_image002s.jpg

                Anobium punctatum                            Lyctus brunneus

 

Caractéristiques morphologiques principales et éléments de faunistique

Les Lyctidae sont voisins des Anobiidae (vrillettes) et des  Bostrichidae (bostryches) ; ces 2 familles comprennent également de nombreuses espèces xylophages qui se rencontrent aussi dans les lieux muséologiques.

La famille des Lyctidae se reconnaîtra, entre autres, aux caractères suivants :

la tête est bien visible chez les Lyctidae ; elle est non visible de dessus car enchâssée sous le thorax chez les Anobiidae, elle est plus ou moins visible (selon les genres et les espèces)  chez les Bostrichidae,
les hanches postérieures possèdent des sillons pour loger les fémurs, ces derniers sont absents chez les Bostrichidae,
la massue antennaire est constituée de deux articles chez les Lyctidae alors qu’elle est de trois articles chez les Anobiidae et les Bostrichidae.

Les larves de ces insectes vivent dans les bois morts des feuillus principalement et plusieurs sont de dangereux ennemis des bois ouvrés (meubles, boiseries, objets d’art…). Quelques espèces sont très fréquentes dans les habitations (Lyctus brunneus et  Lyctus linearis) et les lieux muséographiques.

Éléments de biologie et dégâts

Ce sont les larves qui commettent  les dégâts en digérant les constituants du bois. Les adultes ne s’alimentent pas et ne vivent que quelques semaines.
Les femelles pondent leurs œufs dans les anfractuosités et les fissures du bois (jamais sur une surface lisse), et les larves pénètrent dans l’épaisseur du matériau, puis elles forent de nombreuses galeries.
La durée du cycle larvaire varie généralement de 6 à 12 mois, voire moins de 6 mois, selon les conditions climatiques et le degré d’altération du bois (le cycle du développement larvaire est sensiblement réduit lors d’une attaque de champignons lignivores par exemple).
Les espèces de cette famille, à la différence des Anobiidae, ne peuvent infester que les bois dont les vaisseaux sont suffisamment gros (diamètre des vaisseaux supérieur à 0.05 mm pour que la femelle puisse y introduire sa tarière au moment de la ponte).
De plus, ces bois doivent renfermer une teneur en amidon importante (minimum de 1-1.5 % pour un optimum de 3 à 4 %) d’où leur qualificatif d’insectes amylophages ou amylophiles.
La larve ne digère pas  la cellulose et l’hémicellulose A mais digère l’amidon, le saccharose, le maltose, le lactose et l’hémicellulose B.

Le degré d’infestation et la vitesse de développement sont donc très dépendants de la quantité d’amidon et également du taux de sucres solubles, de  protéines et de vitamines présent dans le bois.
Un développement larvaire dans le bois  est possible pour une teneur en eau de celui-ci comprise entre 8 et 30%.
Le cycle de développement larvaire est d’autant plus court que la teneur en eau du bois est élevée.

On peut aisément constater, sur les bois contaminés, la présence et l’activité de ces insectes xylophages grâce aux trous d’émergence (ou d'envol) des adultes, (trous circulaires de 1 à 2 mm de diamètre) et par l'existence, au niveau (ou au pied) des trous, de vermoulure « poudre de bois » conséquence de la digestion du bois par les larves. 

La forme et la taille des vermoulures sont tout à fait caractéristiques des espèces de cette famille (Cf. photo 1). 
A la différence des Anobiidae dont la vermoulure est granuleuse, celle des Lyctidae à un aspect et une granulométrie qui s’apparentent à de la farine (vermoulure très fine dénommé fleur de "Fleur de farine"). 

     http://insectes-nuisibles.cicrp.fr/sites/default/files/medium_fam_lyct_image008_4.jpg

Photo 1 : Vermoulure caractéristique des Lyctidae : aspect "fleur de farine"

 

A la différence des espèces de la famille des Bostrichidae, les insectes adultes des Lyctidae et des Anobiidae ne s’alimentent pas durant toute leur courte vie.
Les espèces les plus préjudiciables aux bois travaillés et aux bois ouvrés  (meubles, objets d’arts, boiseries  ….) sont  le Lyctus linearis et le Lyctus brunneus, espèces cosmopolites.

Dans cette famille il faut également signaler la présence du Trogoxylon impressum, espèce peu fréquente mais qui peut faire de gros dégâts aux bois et que l’on rencontre de manière épisodique.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire