Bacillus pseudomycoides

Bacillus pseudomycoides

 

Des études antérieures sur la similarité avec l'ADN ont montré que les souches identifiées comme étant Bacillus mycoides se séparaient en deux groupes génétiquement distincts mais phénotypiquement similaires, l'un étant B. mycoides sensu stricto et l'autre, un taxon non classifié. Dans la présente étude, la position taxonomique de ce deuxième groupe a été évaluée en mesurant le lien de parenté avec l'ADN et en déterminant les caractéristiques phénotypiques d'un nombre accru de souches de B. mycoides. La séquence du gène de l'ARN 16S du deuxième groupe a également été déterminée. Les 36 souches de B. mycoides étudiées ont été séparées en deux groupes génétiquement distincts, présentant un lien de parenté avec l'ADN d'environ 30%; 18 souches représentaient l'espèce proprement dite et 18 le deuxième groupe avec une parenté d'ADN intragroupe pour les deux groupes allant de 70 à 100%. La relation entre l'ADN et les souches types d'espèces actuellement reconnues avec une teneur en G + C d'environ 35% en moles (Bacillus alcalophilus, Bacillus cereus, Bacillus circulans, Bacillus lentus, Bacillus megaterium et Bacillus sphaericus) variait de 22 à 37%. Bien qu'ils se soient avérés être des taxons génétiquement distincts, les deux groupes B. mycoides présentaient des séquences d'ARN 16S très similaires (98%). Les analyses phylogénétiques ont montré que B. mycoides et le second groupe étaient étroitement liés à B. cereus. Bien que leurs caractéristiques physiologiques et morphologiques ne puissent être distinguées, les deux groupes B. mycoides et B. cereus étaient clairement séparables sur la base de la composition en acides gras. Les données ont établi que le second groupe B. mycoides méritait d'être reconnu comme une nouvelle espèce pour laquelle le nom de Bacillus pseudomycoides est proposé.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire