ALCALOÏDE PYRROLIZIDINIQUE

Les alcaloïdes pyrrolizidiniques forment une classe d'alcaloïdes et de métabolites secondaires, caractérisés par une structure pyrrolizidine formée de deux cycles pyrroles.

Il n'a été trouvé aucune application thérapeutique à ces alcaloïdes et c'est plutôt leur toxicité qui doit retenir l'attention1.

2815

Pyrrolizidine

Répartition

Plus de 200 alcaloïdes pyrrolizidiniques ont été identifiés dans treize familles de plantes2.

On les rencontre principalement chez toutes les plantes de la famille des Boraginacées, chez les Astéracées et plus accessoirement les Fabacées, dans les genres Crotalaria, Chromolaena et Lotononis (en), chez les Apocynaceae, les Euphorbiaceae, les Orchidaceae, les Poaceae, etc.

Plantes à alcaloïdes pyrrolizidiniques

Famille

Nom commun

Nom scientifique

alcaloïdes pyrrolizidiniques

BORAGINACEAE

Bourrache

Borago officinalis L.

lycopsamine, amabiline, supinine

Consoude

Symphytum officinale L.

lycopsamine, intermédine, symphytine

ASTERACEAE

Tussilage

Tussilago farfara L.

senkirkine, sénécionine

Eupatoire

Eupatorium cannabinum L.

échinatine, lycopsamine, intermédine, rindérine

Séneçon de Jacob

Senecio jacobaea L.

esters de la rétronécine : jacobine, éruciflorine, sénéciphylline, sénécionine

Séneçon commun

Senecio vulgaris L.

sénéciphylline, sénécionine, rétrorsine, spatioidine, usaramine, intégerrimine

Structure

La plupart des alcaloïdes pyrrolizidiniques sont des esters formés entre des aminoalcools et un ou deux acides carboxyliques aliphatiques1.

Les aminoalcools concernés dérivent de la pyrrolizidine et sont appelés des nécines. La dénomination d'un certain nombre d'entre eux se fait à partir du radical nécine : rétro.nécine, platy.nécine, rosmari.nécine etc. Le cycle est toujours substitué par un groupe hydroxyméthyle (–CH2OH) en C-1 et avec parfois une fonction alcool secondaire (–OH) en C-7 (rétronécine, héliotridine, platynécine) ou en C-2 (rosmarinécine) ou en C-6 (crotanécine). La liaison 1-2 peut être double.

Pyrrolizidine

2816

Rétronécine

2817

Rosmarinécine

Les acides qui estérifient les nécines sont appelés acides néciques. Ce sont des acides aliphatiques en C5 (acide angélique, acide tiglique), C7 (acide lasiocarpique, (+)-trachélanthique, (-)-viridiflorique, etc.), C8 (acide monocrotalique) ou C10 (acide sénécique, jacobinécique, rétronécique)

2818

Acide angélique

2819

Acide tiglique

2820

Acide (+)-trachélanthique

Les composés sont des mono- et diesters :

2821

Intermédine

2822

Lycopsamine

2823

Symphytine (7-tiglyl-9-viridiflorylrétronécine)

Ou des diesters macrocycliques (les pyrrolizidines 7,9-diols sont estérifiés par un acide dicarboxylique)

2824

R=H : sénécionine
R=OH : rétrorsine

2825

Senkirkine

La voie de synthèse de ces alcaloïdes part de la L-ornithine chez les plantes et la L-arginine, chez les animaux.

Toxicité

La plupart des alcaloïdes pyrrolizidiniques3,4 sont mutagènes et inducteurs de tumeurs hépatiques.

Il a été montré chez le rat1 que des alcaloïdes pyrrolizidiniques comme les rétrorsine, senkirkine, monocrotaline, lasiocarpine et symphytine et plusieurs plantes (Tussilago farfara L., Symphytum officinale L., Petasites japonicus Maxim. etc.) pouvaient provoquer des tumeurs hépatiques lorsqu'ils sont administrés régulièrement par voie orale. Il a aussi été prouvé expérimentalement que plusieurs alcaloïdes du groupe étaient mutagènes et tératogènes.

Les diesters macrocycliques (sénécionine, rétrorsine, sénéciphylline, ridelline) sont les plus toxiques. Puis viennent les diesters, qui sont plus toxiques que les monoesters.

Chez l'homme

La consommation régulière d'herbes médicinales5 contenant ces composés peut être responsable de graves intoxications hépatiques. L'intoxication chronique se traduit par une perte d'appétit, des douleurs, une distension abdominale, une augmentation du volume du foie (hépatomégalie).

Toutes les parties de la consoude (Symphytum officinale) contiennent des alcaloïdes pyrrolizidiniques comme l'intermédine, la lycopsamine, la 7-acétyl-intermédine. En raison de leur toxicité, l'usage interne de Symphytum officinale est interdit dans de nombreux pays.

En Guadeloupe, une plante commune, la sonnette (Crotalaria retusa L.) sert à confectionner un "thé de sonnette" remède populaire contre beaucoup d'indispositions. D'après Fournet6 "De nombreux cas d'intoxications graves ont été constatés, surtout chez les enfants".

Les autres "plantes médicinales" contenant ces composés hépatotoxiques sont : le tussilage, la bourrache, héliotropes, cynoglosses et séneçons etc.

Des alcaloïdes pyrrolizidiniques ont été identifiés dans les herbes médicinales de Chine, d'Amérique du Sud et du Sri Lanka.

Chez l'animal

En général, le bétail évite les plantes à alcaloïdes pyrrolizidiniques. Mais des fourrages et des ensilages contaminés peuvent conduire à une intoxication chronique. Les animaux les plus sensibles sont les porcs, suivis par les chevaux et les bovins et les chèvres. Le lait de vache ou de chèvre peut être contaminé par ces composés hépatotoxiques.

De grands épisodes d'empoisonnement ont été décrits en Afghanistan, en Inde et dans l'ancienne URSS du fait de la contamination des récoltes de blé par des Boraginacées2 (Heliotropium lasiocarpum, H. popovii, H. europaeum).

Plantes contenant des alcaloïdes pyrrolizidiniques

Ces alcaloïdes ont été trouvés dans 350 espèces de plantes. En voici un échantillon :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire