DIOÏQUE

Étymologie

De di- (« deux ») et du grec ancien οκος, oïkos (« maison ») : ces plantes ayant les fleurs mâles et les fleurs femelles sur des pieds différents.

Dioïque

(Botanique) Se dit d'une espèce dont les fleurs unisexuées mâles (à étamines) et femelles (à pistil) sont portées par des pieds différents.

  • Le palmier-dattier ou pommier des landes sont des plantes dioïques.
  • Les mots de bissexuel et d’unisexuel, d’hermaphrodite et d’androgyne, de monoïque et de dioïque, de polygame et de dichogame… etc., n’atteignent guère jusqu’à la subtilité des distinctions qui demanderaient à être faites. — (Raoul Baron, Méthodes de reproduction en zootechnie, Firmin-Didot, 1888, p. 17)
  • Mais le houx, lui, a une sexualité du type dioïque, c’est-à-dire qu’il connait la séparation physique des sexes entre specimen mâles et femelles. Le phénomène est répandu chez l’animal comme on le sait depuis Adam et Eve, mais il est rare chez le végétal, et pour cause : quand on est cloué au sol par les racines, incapable de se déplacer pour trouver un partenaire de l’autre sexe, c’est un atout d’avoir les deux sexes sur soi, comme l’observe le botaniste Pierre-Henri Gouyon, professeur au Museum national d’histoire naturelle. — (Corinne Bensimon, « Houx lala… » in le supplément Next de Libération, 18 décembre 2009)

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire