EXTRÊMOPHILE

Un organisme extrêmophile, assez souvent un micro-organisme, est susceptible de vivre dans des conditions extrêmes, dans des environnements fréquemment considérés comme impropre à la vie, très différents de ceux où vivent la plupart des formes de vie sur Terre.

Comme plante verte carnivore, la droséra est une extrêmophile:
870
Drosera capensis est une plante carnivore, donc extrêmophile car elle vit dans des conditions habituellement impropres à la vie des plantes supérieures, avec des sols très pauvres en nutriments, oligotrophes, et souvent très acides comme des tourbières. Les tourbières elles-mêmes sont des biotopes extrêmophiles.
Un (ou une, les masculin et féminin sont valides) extrêmophile peut aussi être métalotolérant, psychrotolérant, radiotolérant, etc. C'est le cas de certaines bactéries des fonds abyssaux sous-marin qui vivent dans des biotopes sans oxygène. Par exemple, la bactérie Sulfolobus acidocaldarius est extrêmophile mais est également acidophile (pH bas) et hyperthermophile (plus de 100 °C).

D'autres organismes peuvent être: xérophiles (milieu sec, conditions de dessiccation, désertiques), ombrophiles (forte ombre, lumière quasi-absente), thermophiles (températures élevées, entre 45 et 85 °C), barophiles, piézophiles (haute pression), psychrophiles (psychrotolérant, cryophile, basses températures), alcalophiles ou halophiles (forte concentration de sels), métalophiles (métalotolérant, forte concentration de métaux), radiophiles (radiotolérant, niveaux élevés de rayonnement), microaérophile (niveau d'oxygène faible) ou encore d'autres "demandes" souvent peu compatibles avec le développement biotique. Par exemple, les enzymes que possèdent les organismes extrémophiles (surnommées extrémo-enzymes), sont fonctionnelles quand les autres ne le sont pas.

Les polyextrêmophiles (ou polyextrémophile) sont des organismes résistants à beaucoup de moyens hostiles et appartenant à plusieurs des catégories: Deinococcus radiodurans, Kineococcus radiotolerans, Thermococcus gammatolerans, Sulfolobus acidocaldarius...

Sont également considérés comme des polyextrémophiles, car ils peuvent survivre dans divers environnements hostiles (à des températures élevées de plus de 100 °C, à des températures très basses jusqu'à -200 °C, à des pressions atmosphériques élevées jusqu'à 6000 atm, à l'ionisation de l'espace extérieur) les organismes effectuant la cryptobiose, avec laquelle ils réduisent considérablement leur métabolisme pour s'adapter à de telles conditions extrêmes.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire