LES GYMNOSPERMES

A. Les caractéristiques des Gymnospermes

Peu représentées actuellement à la surface du globe (700 espèces environ), les Gymnospermes constituent le reliquat d'un ensemble autrefois très important qui, à son apogée au Jurassique (environ 150 millions d'années), comptait quelque 20.000 espèces.

Plusieurs caractères différencient les Gymnospermes des Angiospermes :

  • leurs ovules nus (avec une certaine tendance à l'angiospermie) ;
  • des « fleurs » généralement unisexuées ;
  • un sac embryonnaire (gamétophyte femelle) pluricellulaire (7 cellules, le plus souvent, chez les Angiospermes y compris le gamète) ;
  • un gamétophyte mâle pluricellulaire (3 cellules chez les Angiospermes, y compris 2 gamètes) ;
  • la pollinisation (phénomène nouveau dans l'évolution des plantes qui désigne la rencontre du grain de pollen et de la structure femelle) qui se fait toujours directement sur l'ovule par l'intermédiaire d'une goutte de pollinisation située dans le micropyle (la goutte micropylaire) et la germination du pollen qui s'effectue sur le nucelle (alors que chez les Angiospermes, pollinisation et germination du pollen s'effectuent sur le stigmate de la fleur) ;
  • une surface adaptée de l'enveloppe qui entoure les ovules ;
  • une fécondation simple le plus souvent alors qu'elle est double chez les Angiospermes ;
  • un tissu de réserve haploïde (triploïde chez les Angiospermes) dans la graine ;
  • des processus de croissance secondaire confèrent, le plus souvent une forme d'arbre ou d'arbrisseau ligneux au sporophyte des Gymnospermes mais habituellement, le xylème est composé de trachéides et ne différencie pas de vaisseaux.

Gymnospermes, conifères, résineux ... est-ce la même chose ?

Gymnospermes :

Les gymnospermes sont des plantes faisant partie d'un sous-embranchement des phanérogames (plante à graines) qui inclut les plantes dont l'ovule est à nu (au lieu d'être enfermés à l'intérieur d'un ovaire, puis d'un fruit clos, comme chez les angiospermes) et est porté par une feuille fertile.

Conifères:

Tous les conifères sont des gymnospermes. Les "conifères" forment le groupe principal des Gymnospermes, qui comprennent aussi des groupes plus primitifs auxquels appartiennent les Cycas ou les Ginkos.

Résineux:

Synonyme de conifères. Les conifères sont communément appelés "résineux" du fait que leur bois est pourvu de canaux ou de poche de résine.

B. Morphologie des Gymnospermes

B.1. Critères de reconnaissance propres aux gymnospermes

Les Gymnospermes font partie des espèces les plus primitives de l’évolution. L’organisation anatomique est basée sur un seul type de cellules : « les trachéides ». Les organes floraux sont peu développés. Les principales caractéristiques des résineux reprisent ci-dessous, aide à une meilleure reconnaissance des espèces.

https://www.biologievegetale.be/img/croissance.jpg

Figure II.4.1 - Illustration d'un résineux

B.2. Les organes végétatifs

1. Croissance

La croissance des résineux est monopodique et les ramifications secondaires sont latérales et verticillées. Chez certains genres comme les Tsugas, la localisation anarchique des bourgeons axillaires fait que le port est diffus comme chez les feuillus.

2. Tige

On peut rencontrer trois types de rameaux :

  • A. Auxiblaste : rameau long.
  • B. Mésoblaste : rameau compris entre quelques mm à deux à trois centimètres au maximum. Rameau à croissance réduite portant des inflorescences et des feuilles.
  • C. Brachyblaste : rameau nain des pins à taille très réduite et portant exclusivement le fascicule d'aiguilles.

3. Feuilles

Les feuilles des résineux peuvent avoir différentes formes :

3.a. Aciculaire ou en forme d'aiguille

Ces feuilles peuvent avoir quatre faces, trois faces ou aplaties (deux faces). Les stomates peuvent se situer à la face inférieure (hypostomatique) ou sur toutes les faces (amphistomatique). Les bourgeons terminaux peuvent être soudés par trois (Abies) ou être seul (Picea, Tsuga, etc.). 

https://www.biologievegetale.be/img/feuille_aciculaire.jpg

Figure II.4.2

La disposition des aiguilles sur le rameau peut être :

  • Distique ou sub-distique : les aiguilles sont disposées dans un même plan (Abies grandis)
    https://www.biologievegetale.be/img/distique.jpg

Figure II.4.3

  • En brosse : les aiguilles sont disposées sur plusieurs rangs, soit rabattues vers l'avant (Abies nordmanniana), soit dressées.
    https://www.biologievegetale.be/img/en_brosse.jpg

Figure II.4.4

  • En écouvillon : les aiguilles disposées radialement autour du rameau.
    https://www.biologievegetale.be/img/ecouvillon.jpg

Figure II.4.5

  • En éventail : les angles d’insertions des aiguilles varient de l’une à l’autre.
    https://www.biologievegetale.be/img/eventail.jpg

Figure II.4.6

  • Fasciculées : les aiguilles sont groupées par petits nombres souvent deux (Pinus nigra), trois ou cinq (Pinus strobus).
    https://www.biologievegetale.be/img/fasciculee.jpg

Figure II.4.7

  • Verticillées par 3 : Juniperus communis